Édition LA TABLE RONDE

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard

Qui aurait pu imagi­ner que je lise avec autant de passion une biogra­phie de Jeanne d’Arc ? Sandrine et Domi­nique peut être, et d’autres sans doute, qui avaient mis des commen­taires élogieux sur leur blog et qui semblaient prêts à se lancer dans cette lecture… Cet auteur a un don, chaque livre est un cadeau car ils nous trans­portent dans un univers qui n’est pas le nôtre et que pour­tant nous connais­sons. Quelles connais­sances avais-je de Jeanne : Bergère à Domrémy … entend des voix … Pucelle… délivre Orléans… fait couron­ner le roi Charles VII à Reims… brûlée sur la place publique à Rouen. C’est peu ! mais si on réflé­chit, c’est déjà beau­coup. J’en sais beau­coup moins sur Charles VII qui pour­tant a été roi de France. J’ai détesté les statues la repré­sen­tant que je voyais dans les églises du temps de mon enfance et encore plus sa récu­pé­ra­tion par un parti qui n’a guère ma sympa­thie.

Malgré toutes ces remarques, je savais que je lirai cette biogra­phie puis­qu’elle avait été écrite Par Michel Bernard dont j’ai tant aimé « Les forêts de Ravel » et » Deux remords de Claude Monet ». Aucune réserve sur ce roman qui a été couronné du prix du roman histo­rique en 2018. Il nous plonge au XV°siècle dans une époque terrible pour la France, les Bour­gui­gnons sont alliés avec l’Angleterre et ces deux puis­sances réduisent le royaume de France à un très petit terri­toire. C’est dans ce contexte, très bien rendu par l’au­teur que s’ins­crit l’épi­sode de Jeanne d’Arc, qui par sa bravoure et son assu­rance a rendu le courage aux troupes du roi. C’est raconté avec une écono­mie de moyens éton­nante, ce qui fait la preuve qu’un bon roman histo­rique n’a pas forcé­ment besoin de milliers de pages pour faire comprendre beau­coup de choses même si la situa­tion est complexe. Le plus frap­pant chez Jeanne, c’est sa déter­mi­na­tion, et le fait que grâce à cela elle s’im­pose à tous ceux qui l’ont connue de près même les horribles soudards chefs de guerre. Les autres traits de son carac­tère même s’ils nous étonnent aujourd’­hui sont plus ordi­naires pour son temps : son immense piété qui s’ac­corde bien avec celle de son roi, son courage et sa bravoure au combat, à cette époque, on se tue et on se fait tuer avec plus ou moins de panache. Mais là, il s’agit d’une femme enfin d’une Pucelle, c’est à dire un peu plus qu’une enfant et un peu moins qu’une femme. Une femme héroïne de guerre et domi­nant les hommes, il y a peu d’exemples dans l’his­toire de l’hu­ma­nité et en plus elle a permis à la France de retrou­ver son éner­gie pour bouter les anglais hors des fron­tières de son pays. Elle a mal fini, certes, mais quand même un court moment on a pu croire que la domi­na­tion (nom fémi­nin) pouvait chan­ger et deve­nir l’apa­nage des femmes.

Citations

Première rencontre avec Baudricourt

Des folles, des illu­mi­nées, il en avait vu des dizaines depuis quinze ans qu’il comman­dait la place au nom du roi, mais comme celle-là, qui non seule­ment lui deman­dait une lettre de recom­man­da­tion et une escorte pour la conduire sur la Loire, auprès de son souve­rain, mais préten­dait qu’il lui donne­rait, à elle , cette gamine, l’ar­mée à conduire, ça jamais il n’avait connu. Les extra­va­gants couraient les rues et la campagne en ces temps cala­mi­teux. La guerre, la famine et les épidé­mie les faisaient sortir de nulle part, pullu­ler et brailler sur les places les carre­fours et jusqu’aux porches des églises, chaque fois en se récla­mant de Dieu, de la Vierge et de tous les saints.

Le portrait de Jean d Orléans

Jean d’Or­léans l’avait vue à Chinon et il avait encou­ragé le roi à l’écou­ter et tenter le coup. Il n’était pas sûr qu’elle parvien­drait à déli­vrer la ville, mais sa promesse, en versant l’es­poir dans le cœur des gens, l’ai­dait à tenir. C’était déjà ça. Le roi lui avait confié la défense de ces murs. C’était son affaire, puisque le fief de la famille se trouve et là, et que Charles d’Or­léans et son autre demi-frère étaient déte­nus en Angle­terre. Il n’avait que 27 ans, mais c’était aussi l’âge du roi. Assez vieux pour s’être beau­coup battu, il avait non seule­ment du courage, chose commune chez les gens de guerre, mais de l’ins­truc­tion, du juge­ment et de la mesure. Sa bâtar­dise empê­chait que lui soit donné le comman­de­ment de l’ar­mée, mais il avait l’es­time du roi et de ses pairs qui cher­chaient ses avis. Lui aussi avait décelé dans la paysanne de Domrémy ce qui faisait le plus défaut en France, la foi, le désin­té­res­se­ment et le sens d’une gran­deur retrou­vée. 

Des formules bien trouvées

Le comman­dant de l’ar­mée anglaise Lord Glas­dale, était préoc­cupé. Les affaires prenait mauvaise tour­nure. Mécon­tents de leurs alliés, les Bour­gui­gnons avait retiré leur force du siège à la fin de l’hi­ver. L’en­tente entre les deux puis­sances, celle qui faisait bouillir le bœuf et celles qui le mouillait de vin rouge, s’était refroi­die.

Un autre portrait et un soldat vaincu par le charme de Jeanne d’Arc

La Hire, de la gueule diri­geait sa compa­gnie, des yeux suivait sa Pucelle et le grand guer­rier qu’il avait dévolu à sa sauve­garde. Le capi­taine le plus brutal de l’ar­mée fran­çaise se montrait le plus atten­tif à son inté­grité. Dans la furie du combat, s’il la savait près de lui, il rava­lait ses jurons, ce qui lui coûtait plus que de renon­cer à ache­ver un Anglais à terre. Cela aussi, au nom de Dieu, elle l’avait inter­dit

L’aspect très religieux de Jeanne et de l’époque

Dans cette petite ville sur le Cher , en lisière de la forêt de Sologne, se trou­vait une des grandes abbayes du royaume. D’Alen­çon consi­dé­rait l’ap­pui logis­tique que les moines pour­raient appor­ter à un grand rassem­ble­ment d’hommes et de chevaux , Jeanne pensait au soutien spiri­tuel que les saints hommes dispen­se­raient à une armée de pêcheurs. La débauche ne pour­rait se donner libre cours dans un pays bâti et labouré par les hommes de Dieu. C’est par la vertu que nous vain­crons, répé­tait Jeanne, car c’est elle qui donne au bras sa force et à l’épée son tran­chant.

20160908_1133254
J’avais telle­ment appré­cié « les forêts de Ravel » que je me suis préci­pi­tée sur ce roman. C’est encore une fois Sandrine qui m’a fait noter son arri­vée dans une rentrée litté­raire trop encom­brée pour moi. Michel Bernard a deux talents, il sait décrire la guerre dans toute son horreur et les senti­ments patrio­tiques qui conduisent des hommes jeunes à risquer leur vie. Et cet auteur sait aussi racon­ter la créa­tion artis­tique. Le premier remord de Monet, c’est l’his­toire de ce jeune talen­tueux, coura­geux et très beau Frédé­ric Bazille  qui est mort pendant la guerre de 1870, alors que Monet est réfu­gié à Londres loin des tumultes des armes. Frédé­ric Bazille c’est ce grand jeune homme allongé sur ce tableau.dejeuner-pouchkine

Le début du roman commence par la quête du père de Frédé­ric, il veut retrou­ver son fils, Michel Bernard nous décrit, alors, ce qu’a repré­senté cette défaite de la France. Une armée mal prépa­rée, une répu­blique toute neuve qui n’a pas pu se défendre des soldats prus­siens qui venaient de vaincre Napo­léon III. La quête de ce père, fou de chagrin, à travers le pays dévasté, puis son retour sur ses terres avec le corps de son fils pour qu’il soit enterré digne­ment est boule­ver­sant. On retrouve le talent de cet écri­vain pour nous parler de la guerre comme il l’avait fait pour racon­ter celle que Maurice Ravel a faite en 14 – 18.

L’autre qualité du roman de Michel Bernard , c’est de nous faire parta­ger l’élan créa­teur de ce peintre. Et ce sera le second remord de Monet que son amour pour Camille dont il a laissé de nombreux portraits . L’écrivain cerne au plus près les sensa­tions du peintre et nous compre­nons peu à peu les forces qui l’ont poussé à créer toute sa vie. Le roman suit l’ar­tiste à Londres, à Argen­teuil, sous le soleil, sous la neige, il épouse les diffé­rents moments de la vie de Monet et nous retrou­vons des tableaux si célèbres et tant de fois admi­rés. Comme celui-ci dont j’ai toujours trouvé la lumière si belle :monet-la-piePuis vien­dra, pour Monet, le moment des séries et toujours la remise en ques­tion de son travail que ce soit à travers les peupliers, la cathé­drale de Rouen. Je crois qu’a­près avoir lu ce roman, on comprend mieux la quête de la lumière pour les peintres en parti­cu­lier les impres­sion­nistes. Et quel superbe final que cette réali­sa­tion de son jardin de Giverny et sa séries des nymphéas. Monet a réussi sa vie, je ne sais toujours pas s’il a eu des remords mais ce qui est sûr, c’est qu’il a offert à la France une oeuvre magis­trale à laquelle Michel Bernard rend un très bel hommage.

Citations

Les phrases que j’aime lire

Les cyprès, lanternes des morts au soleil de la Médi­ter­ra­née, fusaient au-dessus des murs du cime­tière.

L’élan patriotique

Les armées prus­siennes étaient entrées en France et marchaient sur Paris. Cela avait décidé Frédé­ric, le doux rêveur Frédé­ric, à s’en­ga­ger. Il avait lui aussi trouvé stupide ce conflit, stupide ce régime à bout de souffle, stupides ces géné­raux carrié­ristes ressas­sant les nosta­gies impé­riales. La défaite et l’in­va­sion chan­geaient tout. Le pays était malheu­reux, la France était bles­sée, il fallait faire son devoir.

La création des nymphéas

Les teintes glauques, où les effets de lumières assour­dis mêlaient l’air et l’eau, baignaient volup­tueu­se­ment le regard blessé du peintre. Une autre dimen­sion des choses vivantes lui appa­rais­saient qu’il n’au­rait pas su voir quand il était jeune. Elle était supé­rieure, il le sentait, parce qu’elle lui appor­tait une certaine séré­nité dans la contem­pla­tion. Il avait fallu la longue prépa­ra­tion d’une vie pour l’at­teindre et le comprendre. Il y a vingt ans, il avait deviné que quelque chose était là, qui l’at­ten­dait, mais c’était encore trop tôt. Impa­tient, tumul­tueux et désor­donné, il s’était préma­tu­ré­ment jeté à la conquête de ce qu’il fallait encore attendre. Main­te­nant, devant ses yeux usés, un monde inter­mé­diaire s’ou­vrait, neuf pour lui et vieux comme la Créa­tion.

thm_nympheas-paneel-c-ii

P1030101

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

5
Un grand merci égale­ment à Sandrine qui m’avait déjà donné envie de lire ce roman-biogra­phie, le style est abso­lu­ment magni­fique. L’au­teur est tota­le­ment impré­gné de l’œuvre de Ravel , et il veut que son écri­ture rende compte à la fois du carac­tère de Ravel, de son inspi­ra­tion musi­cale, et de la violence de la guerre 1418. Je vous conseille une expé­rience : lire la page 165, en écou­tant le concerto pour la main gauche , les phrases plus belles les unes que les autres parlent si bien de la musique que j’ai eu du mal à maîtri­ser mon émotion.

Quelques notes claires dans les ténèbres, et c’est comme une énorme bulle remon­tée des profon­deurs, gorgée de lumière, qui s’ou­vri­rait au visage. La souf­france s’éteint, l’an­goisse dispa­raît, et la beauté fami­lière, si mal connue et tout à coup dévoi­lée, donne son dernier baiser. C’est la vie qui reflue à celui qui la perd, juste avant la fin le meilleur de la chan­son.

Je ne connais­sais pas la vie de Ravel, et long­temps je ne pouvais citer de son œuvre que Le Boléro. Peu à peu , j’ai appris à aimer sa musique et j’aime beau­coup ce qu’il a écrit pour la voix. Cette biogra­phie lui rend un hommage vibrant et discret, à l’image de ce qu’a été la vie de ce grand compo­si­teur fran­çais. Une élégance et une discré­tion qui allait de pair avec un enga­ge­ment total dans ce qu’il croyait. Sa déter­mi­na­tion à servir son pays, alors que, trois fois, il avait été réformé par la méde­cine mili­taire est admi­rable, mais ce qui m’a la plus touchée, c’est lors­qu’il refuse après la guerre la Légion d’Hon­neur. Lui qui avait vu tant d’hommes mourir au combat ne pouvait pas accep­ter la moindre récom­pense pour sa musique qu’il savait par ailleurs admi­rable.

Il faut lire ce livre, pour ressen­tir la genèse de la créa­tion musi­cale, la vie de ce compo­si­teur hors du commun et pour comprendre la force du patrio­tisme en 1914, mais par dessus tout il faut le lire pour le style de Michel Bernard qui m’a récon­ci­liée avec la litté­ra­ture fran­çaise, c’est un grand plai­sir de lire de si belles phrases dans sa langue mater­nelle.

Citations

Le désir de servir sa patrie

La guerre

A‑D

A

Abecas­sis (Eliette) ( Le Maître du Talmud 24 juillet 2018)

Ackroyd (Peter) (Trois frères 23 mais 2015.)

Adam (Olivier) (le Cœur Régu­lier 22 septembre 2010) (Poids léger 24 mars 2016)

Adams (Richard) (Water­ship Down 30 septembre 2016)

Adiga (Aravind) (Le Tigre Blanc 22 mai 2010)

Adimi (Kaou­ther) (Nos Richesses 29 janvier 2018)

Alan­gui­lan (Gerry) (Elmer 5 décembre 2014)

Alcoba (Laura) (le bleu des abeilles 11 mai 2017)

Alexie (Sher­man) (le premier qui pleure a perdu 27 juillet 2009)

Alexie­vitch (Svet­lana) (La fin de l’homme rouge 18 janvier 2014)

Al Khamissi (Khaled) (Taxi 14 mai 2011)

Alliot (David) (Céline, idées reçues sur un auteur sulfu­reux 2 août 2011)

Altan (Ahmet) (Je ne rever­rai plus le jour 23 septembre 2019)

Amadou Amal (Djaili) (Wallaande, l’art de parta­ger un mari 3 mai 2015)

Ambjørn­sen (Ingvar) (Potes pour la vie 22 décembre 2014, Elling 28 janvier 2015)

Antoine (Amélie) (Quand on n’a que l’amour 31 juillet 2017)

Appe­feld (Aharon) (L’his­toire d’une vie 22 juillet 2010) (Des jours d’une stupé­fiante clarté 5 novembre 2018)

Appeyri (Yann) (Farrago 15 août 2009)

Arditi (Metin) (Loin des Bras ; 19 novembre 2009) (Prince d’or­chestre 30 octobre 2012) (L’en­fant qui mesu­rait le monde 10 août 2017)

Arnaud (Emma­nuel) (Le théo­rème de Kropst 12 février 2012)

Aslam (Nadeem) (Le jardin de l’aveugle 30 septembre 2013)

Assou­line (Pierre) (Les invi­tés 27 aout 2009, Le portrait 27 aout 2009)

Atkin­son (Kate) (Dans les coulisses du musées 24 janvier 2010) (Une vie après l’autre 25 juillet 2016)

Aubry (Gwenaëlle) (Personne 24 décembre 2009)

Audiard (Michel) (le chant du départ 31 mars 2018)

Azze­dine (Saphia) (Mon père est femme de ménage 7 novembre 2011)

B

Ba (Omar) (je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus 27 juillet 2009)

Badel (Ronan) ( loup gris  1 septembre 2017)

Bake­well (Sarah) (Comment Vivre 30 mars 2015)

Baltas­sat (Jean-Daniel) (Le Divan de Staline 8 septembre 2013)

Banks (Russell) (Un Membre perma­nent de la Famille 20 mars 2015)

Barbery (Muriel) (L’élé­gance du Héris­son 25 août 2009)

Bardy(Gérard) (Les femmes du Général 18 octobre 2018)

Barnes (Julian) (Quand tout est déjà arrivé 15 janvier 2018)

Baron (Cécile) (Le Louvre inso­lent 6 juin 2016)

Barral (Le guide mondial des records 29 mai 2018)

Barrows (Annie) (Le cercle de mangeurs d’éplu­chures de patates 27 août 2009)

Barry (Sébas­tian) (Le testa­ment caché 27 octobre 2009)

Bartol (Vladi­mir) (Alamut 9 aout 2015)

Bass (Olivier) (La musique des Kergue­len 17 janvier 2012)

Bauchau (Henry) (L’en­fant bleu 27 juillet 2009)

Baudouin (Jacques) (Petit Mao 23 avril 2010)

Baus­sant (Philippe) (Le roi se lève aussi 27 juillet 2009)

Bave­rez (Nico­las) (après le déluge 22 octobre 2009)

Beins­tin­gel (Thierry) (Ils désertent 16 octobre 2014)

Bel (Hervé) (La femme qui ment 4 janvier 2018)

Bello (Antoine) (Les funam­bules 24 novembre 2009) (Ada 12 décembre 2016)

Bena­meur (Jeanne) (Les Insur­rec­tions Singu­lières 12 novembre 2012)

Bena­quista (Tonino) (Homo Erec­tus 14 mai 2011) (Roma­nesque 7 novembre 2016) (Le guide mondial des records 29mai 208)

Bender (Aimée) ( La Singu­lière Tris­tesse du Gâteau au Citron 16 décembre 2019)

Benke­moun (Brigitte) (Albert le Magni­fique 12 janvier 2017)

Bennett (Alan) (La dame à la Camion­nette 3 juin 2014)

Bentoumi (Farid) (Good Luck Algé­ria 4 mars 2016)

Besson (Philippe) (Retour parmi les hommes 14 avril 2011)

Bernard (Michel) (Les Forêts de Ravel 18 mai 2015) (Deux remords de Claude Monet 23 septembre 2016)(Le bon cœur 12 août 2019)

Bertin (Charles) (la petite dame en son jardin de Bruges 22 juillet 2012)

Berton (Benja­min) (La Chambre à Remon­ter le Temps 2 décembre 2011)

Beuglet (Nico­las) (Le Cri 19 juin 2017)

Bichet (Yves) (L’homme qui marche 6 mais 2019)

Bine­bine (Mahi) (le fou du roi 5 mars 2018)

Birgis­son (Berg­sveinn) (La lettre à Helga 16 octobre 2013)

Bihel (Frédé­ric)( Exauce-nous 27 juillet 2009)

Bizouerne (Gilles) (Loup gris 1 septembre 2017)( Pierre et la sorcière 1 septembre 2017)

Bizot (Véro­nique) (Mon couron­ne­ment 22 mai 2010) ( Un avenir 18 novembre 2011)

Blan­chot (Mathieu) (une vie avec Alexan­dra David-Neel 15 mars 2018)

Blanc-Gras (Julien) ( Touriste 8 octobre 2018) (Comme à la guerre 13 mais 2019)

Blake (Stépha­nie) ( Caca boudin 2 février 2017)

Blank (Sébas­tien) (L’un et l’autre 24 janvier 2010)

Bleys (Olivier) (Le fantôme de la Tour Eiffel 28 juillet 2015)

Blon­del (Jean-Philippe) (Au Rebond 27 octobre 2007) (G229 24 mai 2017) (Juke box 24 mai 2017) (Un minus­cule inven­taire avril 2018) (Rester vivant 26 novembre 2018)

Blun­dell (Judy) (Ce que j’ai vu et pour­quoi j’ai menti 15 août 2012)

Bois­ro­bert (Anouk) (Dans la forêt du Pares­seux 2 février 2017)

Boley (Guy) (Fils du feu 4 juillet 2018)

Boltansky (Chris­tophe) (La cache 3 décembre 2015))

Bombar­dier (Denise) (une enfance à l’eau bénite 4 janvier 2014)

Boncenne (Colombe) (Comme Neige 30 mai 2016)

Bondoux (Anne-Laure) (le Temps des Miracles 27 juillet 2009) (Pépites 11 janvier 2016) (Et je danse Aussi 28 janvier 2016)

Bonneau (Renée) (Meurtre chez Sir Alfred 4 décembre 2019)

Bonne­foix (Miguel) (Sucre noir 28 février 2018)

Bonnet (Laurent) ( Bordeaux, Carnet de Voyage 19 octobre 2012)

Bordas (Camille) (Isidore et les Autres 18 février 2019)

Bose (Buddha­deva) (la fille de nos rêves 21 janvier 2012)

Bouraoui (Nina)( Stan­dard 7 février 2014)

Bour­bon Parme (de) (Amélie) (Le secret de l’Em­pe­reur 29 mai 2017)

Bour­deaut (Olivier) (En atten­dant Bojangles 18 avril 2016)

Bour­geau (Vincent) (Au Secours Sortez moi de là 2 février 2017)

Boyd (William) (L’at­tente de l’Aube 21 août 2013)(Orages Ordi­naires 22 juin 2012)

Boyden (Joseph) (Le chemin des âmes 27 août 2009) (Les saisons de la soli­tude 24 septembre 2009)

Bragde (Anna B.)(Zona Frigida 14 novembre 2014)

Bredin (Jean-Denis) (L’af­faire 19 juin 2015)

Brijs (Stefan) (Cour­rier des tran­chées 10 septembre 2018)

Brink (André) (Une saison blanche et sèche 24 janvier 2014)

Brocas (Alexis) (Dieu dans la machine 20 mai 2019)

Brocas Sophie (le cercle des femmes 29 mars 2016)

Bronsky (Alina) (Le dernier Amour de Baba Dounia 4novembre 2019)

Brooks (Géral­dine) (Le livre d’Hanna 10 novembre 2009) (la soli­tude du docteur March 29 septembre 2010)

Bruder (Jessica) (Nomad­land 6 janvier 2020)

Bryson (Bill) (Ameri­can rigo­los 22 août 2012) (Motel Blues 12 septembre 2012) (une histoire de tout ou presque 28 septembre 2012) (Shakes­peare anti­bio­gra­phie 5 janvier 2013) (Nos voisins du dessous 18 janvier 2013) (Une Histoire du monde sans sortir de chez moi 19 juillet 2014)

Burton (Jessie) (Minia­tu­riste 16 juin 2015)(Les filles au lion 21 septembre 2017)

C

Caillé-Bastide (Virgi­nie) (Le Sans-Dieu 12 novembre 2018)

Calvetti (Paola) ( L’Amour est à la lettre A 8 février 2016)

Campos (Llanos) (Le trésor de Barra­cuda 02 décembre 2019)

Campoy (Fred) (Une vie avec Alexan­dra David-Neel15 mars 2018)

Capus (Alex) (Le faus­saire, l’es­pionne et le faiseur de bombes 7 septembre 2015)

Carerre (Emma­nuel) (D’autres vies que la mienne 16 septembre 2006) (Un Roman Russe 22 mars 2017)

Carlain (Noé) (les nouveaux dino­saures 13 novembre 2011)

Carle­ton (Jetta) (Les fleurs de Lune 24 décembre 2009) mars

Caro (Fabrice) (Le discours 4 mars 2019)

)assidy (Anne) (Inno­cents 24 novembre 2009)

Cathrine (Arnaud)(Edvar Munch L’en­fant terrible de la pein­ture 23 avril 2010)

Caugant (Caro­line) (Les Heures Solaires 10 juin 2019)

Cauuet (Paul)( Les vieux four­neaux tome 1 15 décembre 2014)

Cayre (Hanne­lore) (La Daronne 28 août 2017)

Céline (Louis-Ferdi­nand) (Voyage au Bout de la Nuit 14 aout 2011)

Cendres (Axl) (la drôle de vie de Bibow Bradwley 19 décembre 2013)

Cercas (Javier) (le Monarque des Ombres 21 janvier 2019)

Cestac (Florence) (Un amour exem­plaire 8 octobre 2015)

Ceylan (Nuri Bilge) (Il était une fois l’Ana­to­lie , 28 janvier 2012)

Chalen­don (Sorj) (Retour à Killy­begs 17 novembre 2011) (Le quatrième mur 26 novembre 2013) (Profes­sion du père 13 février 2017) (Le jour d’avant 9 novembre 2017)

Chang (Kang Myoung) ( Parce que je déteste la Corée 10 décembre 2017)

Chast (Roz) (Est ce qu’on peut parler d’autre chose, 7 mars 2016)

Châte­let (Noëlle) (Au Pays des Vermeilles 26 novembre 2009)

Chau­veau (Sophie) (Noce de Char­bon 1 février 2014)

Charles (Maryse et Jean-Fran­çois) (Far Away 10 octobre 2012)

Ches­nel (Fanny) (Une jeune fille au cheveux blancs 14 juin 2011)

Ches­not (Chris­tian) (Qatar : le sacret du coffre fort 19 mai 2014)

Cheva­lier (Tracy) (Prodi­gieuses Créa­tures , 14 aout 2011) (Le Réci­tal des Anges 13 janvier 2015)

Chia­rello (Fanny) (Une faiblesse de Carlotta Delmont 14 avril 2016)

Chirousse (Myriam) (Miel et Vin 15 avril 2010)

Choplin (Antoine) (L’in­cendie 13 mars 2015)

Chou­kri (Moham­med) (Le pain nu 8 mai 2017)

Cipolla (Carlo M.) (les lois de la stupi­dité humaine 7 mai 2012)

Clarke (Brock) (guide des incen­diaires des maisons d’écri­vains 23 novembre 2009)

Clau­del Philippe (Tous les soleil film 14 avril 2011) (L’arbre au pays Toraja 21 avril 2016) (les âmes grises 19 avril 2018)

Clemen­ceau (Fran­çois) (Vivre avec les Améri­cains 24 janvier 2010)

Clement (Jenni­fer) (Prières pour celles qui furent volées 9 mars 2015)

Cloa­rec (Fran­çoise) (L’in­do­lente le mystère de Marthe Bonnard 19 janver 2017)

Coe (Jona­than) (La pluie avant qu’elle ne tombe 23 avril 2010) (expo 58 6 avril 2014)

Coet­zee ( John Maxwell) (l’abat­toir de verre 10 décembre 2018)

Cohen Hadria (Victor) (les trois saisons de la rage 3 décembre 2011)

Coher (Sylvain) (Nord Nord Ouest 10 avril 2015)

Coman (Caro­lyn)( Céleste et la banque des rêves 25 janvier 2013)

Commengé (Béatrice) (Le Paris de Modiano 14 août 2017)

Confiant (Raphaël) (Rue des Syriens 6 mars 2017)

Conroy (Pat) ( Le Prince des Marées 4 avril 2016) ( la mort de Santini 14 septembre 2017)

Constan­tine (Barbara) (Tom petit Tom tout petit Homme Tom 24 février 2010)

Cook (Eileen) (Ne dites pas à ma mère .. 5 juilet 2012)

Cook (Kenneth) (à coups redou­blés 23 avril 2010) (la vengeance du Wombat 23 avril 2010) ( Le Koala Tueur 22 Mai 2010)

Cordier (Daniel) (Alias Cara­calla 25 décembre 2009)

Cossé (Laurence) (La grande Arche 10 mars 2018)

Cossery (Albert) (Mendiants et Orgueilleux 5 mais 2016)

Court­ney Sulli­van (Julie) (Maine 14 aout 2014)

Crown (Jona­than) (Sirius 13 juin 2016)

Curiol (Céline) (Les vieux ne pleurent jamais 7 avril 2016)

Cush­man (Karen) (Le livre de Cathe­rine 24 février 2010)

Czapski (Joseph) (Proust contre la déchéance 5 juin 2017)

D

Dalam­bert (Louis-Philippe) (Avant que les Ombres s’ef­facent 7 février 2018)

Damas (Gene­viève) (Si tu passes la rivière 25 avril 2015)

Daoud (Kamel) (Meur­sault Cont mars re-Enquête 4 novembre 2014)

Daull (Sophie) ( Au grand Lavoir 18 mars 2019)

David (Michel) (Un bonheur si fragile 11 juin 2015)

David­sen (Leif) (à la recherche d’Hemingway 24 juin 2010)

Davo­deau (Etienne) (Le chien qui louche et les Igno­rants 21 septembre 2014)

Davri­chewy (Kéthé­vane) (Les Sépa­rées 4 avril 2012) (Quatre Murs 15 mars 2014) (La mer noire 14 avril 2017)

Deghelt (Frédé­rique) (La grand mère de Jade 14 janvier 2011)

Dela­court (Grégoire) (la liste de mes envies 4 janvier 2013) (La femme qui ne vieillis­sait pas 9 juillet 2018)

Dela­motte (Isabelle) (le roman de Jeanne à l’ombre de Zola 24 novembre 2009)

Dele­croix (Vincent) (La chaus­sure sur le toit 27 août 2009)

Delisle (Guy) (Les Chro­niques de Jéru­sa­lem 5 février 2012)

Delmaire (Julien) (Minuit Mont­martre 24 mars 2019)

De Luca (Erri) (le jour d’avant le bonheur 23 février 2012) (le tort du soldat 18 août 2014) (Le poids du papillon 11 mars 2019) (La nature expo­sée 25 novembre 2019)

De Vigan (Delphine) (No et moi 27 août 2009)

Depestre (René) (Hadriana dans tous mes rêves 20 février 2010)

Desarthe (Agnès) (Le Rempla­çant 20 août 2009) (Ce cœur chan­geant 29 février 2016)

Despentes (Virgine) (Apoca­lypse Bébé 21 novembre 2010)

Destre­mau (Yolaine) (White noise 24 février 2010)

Detam­bel (Régine) ( Trois ex 17 mai 2017 )

D’Hal­luin (Bruno) (L’égaré de Lisbonne 3 aout 2015) (Jon l’Is­lan­dais 2 novembre 2015)

Dicker (Joël) (La Vérité sur l’af­faire Harry Quebert 1 décembre 2009)

Didier­laurent (Jean-Paul) Le liseur du 6H27 26 décembre 2016)

Dilies (Abélard tome 1 et 2, 11 juillet 2016)

Dongala (Emma­nuel) (Photo de groupe au bord du fleuve 14 juin 2011)

Donner (Chris) (Mes débuts dans l’art 20 novembre 2014)

Douglas (Louise) (Nos mensonges 10 décembre 2014)

Dowd (Siob­han) (L’éton­nante dispa­ri­tion de mon cousin Salim 2 octobre 2009)

Doxia­dis (Apos­to­los) (La Conjec­ture De Gold­bach 16 aout 2018)

Doyle (Roddy) (The Commint­ments 25 octobre 2017)

Drey­fus (Pauline) (Ce sont des choses qui arrivent 18 décembre 2014) ( le déjeu­ner des barri­cades 2 février 2018)

Dryansky (Joanne et Gerry) (L’ex­tra­or­di­naire histoire de Fatima Mansour 22 mai 2010)

Dudek (Arnaud) (Une plage au pôle nord 8 mai 2015)

Duenas (Maria) ( L’es­pionne de Tanger 3 octobre 2016)

Dugain (Marc) (L’in­som­nie des étoiles 14 février 2011)

Dune­ton (Claude) (Rires d’hommes entre deux pluies 16 novembre 2011)

Dupont-Monod (Clara) ( le roi disait que j’étais le diable 25 février 2015)

Duro­selle (Jean-Baptiste) (La grande guerre des Fran­çais 19141918 30 mai 2012)

Duroy (Lionel) (Le chagrin 15 septembre 2011)

Duteurtre (Benoît) (Les pieds dans l’eau 27 juiller 2009) (Le Retour du Géné­ral 22 mai 2010) (l’Or­di­na­teur du Para­dis 8 décembre 2014) (Livre pour adulte 21 août 2017)

Duyck Alexandre ( Augus­tin 8 avril 2019)