Édition Pocket

Jérôme aime beau­coup cet auteur et moi qui crai­gnais être rebu­tée par la langue ce n’est abso­lu­ment pas le cas, son style est adapté à son récit et fait une grande partie du charme de cet auteur que je vais conti­nuer à lire. Voici un roman très impor­tant pour toutes celles et tous ceux qui prennent des bonnes réso­lu­tions pour la nouvelle année : ça ne marche pas ! En tout cas pour Fred, ça ne marche jamais et il aurait mieux valu pour lui qu’il ne s’y « mette jamais » et qu’il reste dans son quar­tier pari­sien à soute­nir le bar d’Omar plutôt qu’al­ler en Espagne pour fuir un certain M. Zyed qui n’avait peut-être pas comme projet de l’empêcher de faire la maque­reau à Pigalle. Voilà tout est dit ou presque ! Fred est un éter­nel perdant qui nous fait rire grâce au talent de Florent Oiseau. Cet art d’être à côté de la plaque tout le temps est un bon ressort dans la litté­ra­ture . Je ne peux pas dire que c’est complè­te­ment ma tasse de thé mais, je dois l’avouer, parfois, j’ai ri malgré les outrances trop répé­ti­tives à mon goût. J’ou­bliais l’al­cool c’est aussi un person­nage impor­tant du livre, c’est sûr qu’a­près la deuxième bouteille de côte du Rhône on a les idées moins claires qu’a­près la « petite » bière du matin mais la vie devient telle­ment plus cool que cela permet à Fred de passer une après midi de plus « avec » Sophie Davant.

Citations

Moment que j’aime bien

C’est sur ce chemin du retour que j’ai croisé un pote au café, rue de Para­dis. Le pauvre vieux venait de se faire plaquer, du coup on a bu quelques canons. J’ai le soutien facile, on se confie aisé­ment à moi, je ne parle pas beau­coup. Dans les moments compli­qués, ça doit être récon­for­tant, un gars qui écoute.
Quinze ans de vie commune, qu’il rabâ­chait. Quinze putains d’an­nées, il râlait, le gars. Quinze ans, un voyage de noce aux Seychelles avec ses écono­mies à lui, des sacri­fices, pour qu’en fin de compte elle se barre avec un profes­seur d’his­toire (vaca­taire en plus)en lui repro­chant de se lais­ser sombrer.

Une vision genrée du monde (mais si drôle !)

Avec un million, je l’au­rais gardée, Séve­rine. Un alcoo­lique million­naire qui ne prend pas d’ini­tia­tives, ça lui aurait convenu. Les femmes disent toutes qu’elle se foutent de l’argent. Tu parles. Elles ne peuvent rien y faire, elles l’ont en elle. C’est une chose qu’on doit leur faire couler dans les veines, à la nais­sance. Un genre de truc irré­ver­sible, incon­trô­lable. Très souvent, cette atti­rance pour le fric est volon­tai­re­ment ignoré. Une sorte de déni s’opère. Elles ont envie de se convaincre qu’une vie bohème fait d’amour, de poils et de vin pour­rait leur conve­nir. Elles en meurent d’en­vie de cette vie là, simple, roman­tique et insou­ciante, mais le truc qui a été mis à l’in­té­rieur d’elle au sujet du fric prend le dessus chaque fois. J’ap­pelle ça, le gène confort. Le virtuose pauvre avec ces jolis mots peut bien aller se faire foutre. Terminé le petit studio sous les toits, éclairé à la bougie, avec un chat qui minaude en nous regar­dant faire l’amour. Place au DRH, au mec de la télé, aux spor­tifs de haut niveau, au trader, au chirur­gien, à l’avo­cat. Le ski à Cour­che­vel, le weekend à Cabourg. Les gonzes, elles préfèrent s’en­nuyer dans un cabrio­let qui sent le cuir que s’écla­ter en camping. Les mecs, ce serait un peu la même chose concer­nant la fidé­lité. Ils sont inca­pables de se contrô­ler. J’ap­pelle ça, le gène bite. La situa­tion est simple, les hommes ne peuvent se vouer au même sein, tandis que les femmes, elles, sont machi­na­le­ment envoû­tées par l’at­trac­tion qu’exercent des cartes de crédit sur leur culotte.

De hautes réflexions philosophiques

Si les secondes étaient des heures, on vivrait beau­coup plus vieux.

Sophie Davant

J’ai pensé très fort à Sophie Davant, au fait que c’était la femme avec laquelle j’avais vécu le plus de choses. Elle l’igno­rait sans doute.

14 Thoughts on “Je vais m’y mettre – Florent OISEAU

  1. keisha on 1 janvier 2021 at 10:12 said:

    Tiens tiens ça a l’air plai­sant quand même

  2. Moi j’ai lu Les magno­lias, suite aux articles de Jérôme et j’ai beau­coup aimé. Ce n’est pas un roman qu’on garde en mémoire pendant des années, mais c’est plaisant.

  3. A priori, ce n’est pas ce que je préfère, mais je peux au moins essayer à la bibli.

  4. début d’an­née à la bière : origi­nal ça
    Meilleurs voeux à toi et à ton blog que je viens toujours lire avec plaisir
    une belle année à venir c’est le voeu de tous aujourd »hui

    • La bière dans ce roman c’est pour avant le petit déjeu­ner, après c’est plutôt le côte du Rhône.…
      Et oui que 2021 nous permette de revivre normalement !

  5. La bière me tente bien même si je viens de prendre la réso­lu­tion de ne pas boire en janvier :-). Voilà un titre dont je n’avais jamais entendu parler ; pour­quoi pas, ça fait du bien de rire en lisant aussi !

    • J’aime bien ces vies de perdants racon­tés avec humour et tendresse. Enfin en roman car dans la vie ces mêmes perdants alcoo­li­sés me désespèrent.

  6. un person­nage qui fait rire, moi je dis que ça peut faire du bien, surtout ces temps ci !

    • Voilà pour­quoi j’ai fait paraître ce billet un premier janvier d’une année qu’on espère diffé­rente, mais qui commence bien mal.

  7. Histoire de chan­ger un peu de mes habi­tudes, pour­quoi pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation