20141123_113333Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

4
Voici le genre de romans qui a ma préfé­rence : des romans en appa­rence léger et qui m’amène à réflé­chir sur notre société. Celui-ci commence par une arri­vée au para­dis où rien ne fonc­tionne comme le nouvel élu s’y atten­dait , c’est drôle et en même temps … certains d’entre nous ont sûre­ment gardé au coin de leur mémoire des images naïves du para­dis. Son accueil commence par un sourire grin­çant, on propose à l’élu de retrou­ver sa mère. Mais celui-ci n’a qu’une envie fuir la personne qui ne l’a pas beau­coup compris de son vivant. Mauvais point pour lui ! Au para­dis on se doit d’ai­mer sa famille. Le person­nel du para­dis est complè­te­ment débordé et les réali­tés terrestres ont conta­miné les Cieux, la surpo­pu­la­tion des défunts ont rendu impos­sible un tri honnête des bons et des méchants. Autant appli­quer les méthodes du libé­ra­lisme sauvage et renon­cer aux valeurs chré­tiennes ou tout simple­ment humaines. C’est un moment très drôle.

Puis, nous redes­cen­dons sur terre et là, en nous inté­res­sant à Simon un secré­taire d’état du gouver­ne­ment , très vite le monde va deve­nir fou, parce que tous les moyens de commu­ni­ca­tion sur le net se dérèglent. Tout devient trop « trans­pa­rent » , ce qui devait être privé devient public. Et Simon qui a malen­con­treu­se­ment prononcé , hors micro, LA phrase qui ne fallait pas dire à propos des « femmes » et des « homo­sexuels » se trouve être à la Une de tous les réseaux sociaux. Il est alors victime d’un véri­table lynchage média­tique et comme en même temps tous les ordi­na­teurs deviennent fous et révèlent des mails détruits au monde entier et les visites sur les sites divers et variés Simon a de quoi se faire beau­coup de soucis , il a, en effet beau­coup visi­ter le site de très belles et jeunes femmes peu vêtues et il a, aussi, beau­coup chat­ter avec une certaine Natacha.… .

Ce que j’aime dans cette satyre, c’est que le trait est tout juste forcé, il s’agit bien de notre société qui se repasse en boucle des photos indis­crètes, des confi­dences d’une femme aban­don­née par son trop célèbre amant, des phrases qui n’étaient pas desti­nées à être publiques et qui collent à la peau de celui qui les a pronon­cées , une opinion qui exige une trans­pa­rence de ses élus même sur leur vie intime, des dévoi­le­ment de leur vie sexuelle à l’as­sem­blée natio­nale.… Tout cela fait partie de notre quoti­dien et la fameuse « trans­pa­rence » ne me semble ne pas se placer là où il le faudrait .

Citations

Humour de Benoît Duteurtre

J’avais appris à me méfier du mot « espace » depuis que le local poubelles de mon immeuble s’était trans­formé en « espace propreté ».

Les enfants sont parfois cruels

Cette biblio­thèque présen­tait toute­fois l’in­con­vé­nient d’en­va­hir un espace toujours plus grand, ce qui avait obligé Simon de créer de nouveaux rayons, sans parler des volumes amas­sés à son domi­cile. Un jour son fils Tris­tan, venu lui rendre visite, lui avait infligé une cruelle observation :
-Dire que tout cela tien­drait sur une clé USB !

Humour ?

10 Thoughts on “L’ordinateur du Paradis – Benoît DUTEURTRE

  1. Il a l’air inté­res­sant ce roman ! Je n’ai jamais lu l’au­teur. Peut-être à décou­vrir si je trouve en bibliothèque…

  2. j’aime le sujet et j’ai déjà croisé cet auteur chez Aifelle je crois mais je n’ai rien lu, c’est noté, le sujet est fran­che­ment d’actualité

  3. J’ai lu « les pieds dans l’eau » sur ses souve­nirs d’Etre­tat. Celui d’au­jourd’­hui me tente, même si je ne suis pas toujours d’ac­cord avec lui. Il a de l’es­prit et le sens de l’observation.

  4. J’en avais entendu parler à sa sortie, et puis oublié ! Merci de me le remettre en mémoire

  5. Ah les ordis, la trans­pa­rence et l« abon­dance d’in­for­ma­tions. On n’est pas sorti de l’au­berge si même au ciel, il a des bugs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation