Édition stock

J’ai lu, sans le chro­ni­quer, « Soudain seuls » de cette écri­vaine que je retrouve avec un plai­sir de lecture mitigé. Le roman est certes, très bien construit : Iouri brillant cher­cheur améri­cain qui a passé sa jeunesse en URSS (qui n’était pas encore rede­ve­nue la Russie), vient voir son père qui est sur son lit de mort. Rubin, son père a été un véri­table tortion­naire afin d’in­cul­quer à son fils les seules valeurs qu’un homme sovié­tique doit trans­mettre à son fils : la violence – s’en servir pour ne pas avoir à la subir. Son père, sur son lit de mort, lui demande de partir à la recherche de Klara, sa mère qui a été dépor­tée lors des purges stali­niennes. Le roman est construit sur des allées et retour entre le monde d’au­jourd’­hui et les souve­nirs du passé. Nous y trou­vons tous les ingré­dients clas­siques des romans se situant dans le monde sovié­tique. Une mère dépor­tée pour ne pas avoir dénoncé un supé­rieur juif, un mari lâche qui a essayé de survivre, des hommes violents et alcoo­liques, la honte de l’ho­mo­sexua­lité. Tout cela est bien raconté, la partie la plus inté­res­sante concerne la pêche indus­trielle, Isabelle Autis­sier connaît bien la mer et n’a aucun mal à imagi­ner la violence des rapports entre les marins pêcheurs.
Mais alors pour­quoi est ce que je manque d’en­thou­siasme ? Je trouve que les person­nages manquent tota­le­ment d’hu­ma­nité. Le père ultra violent, Rubin, s’est marié avec une femme qui semble là unique­ment pour le décor. Iouri ne rencon­trera de l’af­fec­tion qu’au­près d’une femme que son père a violé mais qui finira par s’at­ta­cher à lui. C’est un monde d’une cruauté extrême mais quand même crédible. La dernière cita­tion explique ce que j’ai éprouvé oui, c’est une histoire crédible, oui, l’au­teure s’est bien rensei­gnée sur ce qui pouvait se passer à cette époque en URSS mais on a l’im­pres­sion que la famille de Iouri est une éven­tua­lité mais n’est pas réelle. Je crois que je préfère lire des témoi­gnages ou des romans d’écri­vains qui ont connu ce monde-là.

Citations

Le ressort du roman

Devait-il s’ho­no­rer d’avoir pour aïeul cette femme qui avait fait bascu­ler le roman fami­liale ? Au nom de quoi cette trace indé­lé­bile avait-elle été infli­gée, boule­ver­sant la vie de son père et la sienne ?
Robin resta long­temps silen­cieux. Puis sembla puiser dans une dernière réserve d’énergie. 
- Je n’ai jamais su. Jamais pu savoir. Et …
Sa voix passa dans un étrange registre, presque enfantin.
Pour un homme dont l’au­dace avait guidé la vie et qui avait tenté de l’im­po­ser à coups de cein­ture à son fils, l’aveu était aussi imprévu qu’incongru. 
Iouri ressen­tit un vertige. Il savait d’avance ce que son père allait lui deman­der. Il ne pour­rait pas refu­ser, mais tout, en lui, se dres­sait contre cette pers­pec­tive. Il n’au­rait jamais dû venir. Rubin le piégeait une dernière fois. Malgré son impos­sible carac­tère et sa violence, il deve­nait une victime qu’il fallait secou­rir. Iouri s’arc-bouta menta­le­ment pour refu­ser la propo­si­tion qu’il sentait poindre. Mais il y avait Klara, sa grand-mère, il et ce récit qui ne pour­rait plus jamais igno­rer, un fétu dans le tour­billon de l’His­toire, mais une poutre pour sa propre famille, un nom dans la lita­nie des sacri­fiés, mais le nom qu’il portait. Le regard bleu pâle de Rubin se planta dans ses yeux. 
-Tu dois trou­ver. Vite, avant que je crève. Au moins que je sache. 
Enfin il lâcha l’inconcevable. 
-Je t’en prie.

La pêche et la souffrance des mousses

À peine le cul du chalut était-il ouvert qu’une marée de bêtes luisantes submer­geait le pont, dans un grand chuin­te­ment d’écailles. Une masse indis­tincte s’agi­tait en tous sens, haletait,se débat­tait dans un sursaut atavique. Les pois­sons glis­saient les uns sur les autres et s’en­che­vê­traient. Les queues battaient déses­pé­ré­ment, les yeux exor­bi­tés, les gueules asphyxiées s’écar­te­laient, les corps s’ar­quaient, fouet­taient l’air, se tordaient.L’urgences vitales saisis­sait chaque animal dans un affo­le­ment tardif. Les hommes, eux, n’en n’avez cure. Selon un balai bien établi, ils se préci­pi­taient sur les pois­sons les plus nobles : morues, rares turbots, aigle­fin ou perches dorées, hurlant qu’on leur apporte des caisses pour jeter les prises. Les mousses s’ac­ti­vaient, fendant parfois jusqu’aux cuisses la masse grouillante ressem­blant à des centaures marin. Puis il leur fallait tirer les caisses alour­dies jusqu’au tapis roulant qui convoyait les animaux vers les tables de dépe­çage, à l’in­té­rieur. La tâche était rude. Les jeunes, parfois déséqui­li­brés par une vague, déra­paient sur le mucus. Si la caisse se renver­sait, il récol­tait un torrent d’in­jures de Seri­kov ou un coup de pied qui les envoyait la tête la première dans la masse grouillante. Ils aidaient aussi au tri, pous­sant par-dessus bord les innom­brables animal­cules raclés en même temps que les pois­sons comes­tibles, petits crus­tacé, méduses, hippo­campes, coquillages, bestioles écra­sées dans la bataille. Puis ils manœu­vraient les lourds manches à eau pour nettoyer le pont.

La famille de Iouri

Il en savait assez pour se repré­sen­ter les person­nages de sa légende fami­liale : une grand-mère éner­gique et sensible jusqu’à l’im­pru­dence ; un grand-père aimant , mais faible et veule ; un père tenu de se battre dont la bruta­lité avait dévoré la vie, une mère inexis­tante qui s’était dévo­lue aux objets, puisque les être la des sauvé. Et au final lui, Youri, dont l’en­fance avait été impré­gnée de ces espoirs, de ces combats, de ces renon­ce­ments. Un destin iden­tique à celui de millions de famille tour­men­tée par les soubre­sauts de l’his­toire, qui cachaient un cadavre dans le placard, croyant ainsi se faci­li­ter la vie.

8 Thoughts on “Oublier Klara – Isabelle AUTISSIER

  1. Je suis restée en dehors du roman, très froid, scolaire, une écri­ture loin d’être flam­boyante. Elle ne m’a pas du tout convaincue.

  2. Je ne suis pas très atti­rée par cette auteure. J’aime bien l’écou­ter en inter­view, mais ça me suffit.

  3. Je passe, je n’ai pas envie de tant de cruauté, j’ai besoin d’humanité !

  4. J’accorde beau­coup d’importance au style d’écriture, mais ici elle ne semble pas vrai­ment à la hauteur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation