http://ecx.images-amazon.com/images/I/413oiod0F9L._SL500_AA300_.jpg

3Dans une autre vie , je n’ai manqué aucune des émis­sions de cet anima­teur grand amateur de livres. J ai toujours appré­cié qu’il sache faire la diffé­rence entre lui, qui faisait décou­vrir les auteurs, et ceux qui créaient la litté­ra­ture.

Je le trou­vais bien­veillant et sa curio­sité toujours en éveil. Alors ‚quand sur les rayons de ma « pauvre » biblio­thèque en cours de démé­na­ge­ment j’ai trouvé son roman , je n’ai pas résisté. On retrouve bien l’impertinence et le sens du plai­sir de l’ani­ma­teur de télé­vi­sions, à travers toutes les ques­tions que le narra­teur ne cessent de poser à tout le monde. Le procédé est parfois fati­gant mais je n « oublie­rai pas certains passage , et comme lui je me sens parfois une frus­trée de la vie quand je n’ai pas su poser le bon « pour­quoi ? » au bon moment. Je trouve terrible son histoire d’amour avec Douchka , j « ai eu envie que celle-ci se recon­naisse et lui laisse un message pour lui expli­quer sa soudaine froi­deur.

J « ai souri à son récit de confes­sion. Ce n’est pas un grand livre, mais assu­ré­ment un bon moment de lecture. Les ques­tions à Dieu sont très drôles et parfois émou­vantes.

Citations

la justification absolue du questionneur

C « est simple : au para­dis on répon­dra à toutes vos ques­tions ; en enfer, on ne répon­dra à aucune.

Questions au Seigneur, question sérieuse

Seigneur, qui sont les auteurs et les comman­di­taires de la fusillades anti­sé­mite de la rue des Rosiers, Paris VI, le 9 août 1982, qui a fait six morts et vingt deux bles­sés ?

Curiosité personnelle de l’auteur

Seigneur, qui est l’hon­nête et discrète personne qui , le 23 septembre 1985, a glissé sans un mot, dans ma boîte aux lettres avec argent et papiers, mon porte-feuille que j’avais perdu quelques heures plus tôt dans la rue ?

Question que je ne me suis jamais posée

Seigneur, chez les hyènes tache­tées, – et seule­ment chez les tachetées‑, pour­quoi la femelle est-elle plus grosse et plus agres­sive que le mâle- ce qui est rare chez les mammi­fères- et pour­quoi est-elle pour­vue d’un clito­ris géant par lequel naissent ses petits ?

On en parle

Lira­touva