Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Nico­las Richard.

5Atten­tion, chef d’œuvre ! Ne soyez pas rebuté par les 760 pages, ni par les réfé­rences aux tech­niques musi­cales, ni par les expli­ca­tions sur la rela­ti­vité. Vous serez emporté par ce roman, vous compren­drez ce que le racisme repré­sente de violence,de souf­france et d’humiliation pour toute une nation. Vous reli­rez l’histoire des Etats-Unis à la lumière des crimes raciaux et des émeutes qui finirent par en décou­ler.

L’histoire de cette famille est boule­ver­sante, j’ai passé de longues heures avec Délia, David, Jonah, Joseph et Ruth Strom, en espé­rant que les idéaux des parents, et la musique puissent triom­pher de la haine ! Seul reproche : j’aurais aimé avoir des notes en bas de page mon incul­ture améri­caine m’a obli­gée à consul­ter très souvent Wiki­pé­dia : je ne connais­sais pas o’fay,Ashan, Movie­tone, Sol Hurok , FRA etc.

Merci Fran­çoise de m’avoir offert ce cadeau qui a enchanté le début du mois de septembre 2009.

Citations

Les trois-quarts de tous les Noirs améri­cains ont du sang blanc – et la plupart d’entre eux ne l’ont pas choisi.

« Votre temps est plus lent que le mien. Le mien est plus lent que le vôtre. La raison en perd la raison.
– Oui ! » L’homme s’esclaffe. « Ça aussi c’est vrai ! Mais seule­ment parce que notre raison a été créée à des vitesses plus lentes. »

Lors de ces pénibles après-midi où Jonah et moi sommes bannis de la maison ……Nous restons allon­gés jusqu’au jour où nos cama­rades recréent la chute de Berlin en nous incen­diant. Après cela, pendant long­temps, nous avons eu le droit de rester à la maison.

Était-il possible qu’il exis­tât des Blancs qui, fina­le­ment, ne la détestent pas d’emblée pour l’impossible pardon qu’ils atten­daient d’elle ?

L’oiseau peut aimer le pois­son unique­ment pour l’étonnement qu’ils éprouvent en filant de concert vers l’inconnu.

La plupart des audi­teurs ignorent combien il est plus diffi­cile d’effleurer un son plutôt que de le marte­ler. Un démar­rage sur les chapeaux de roue fera toujours plus d’effet, sur scène, qu’un légato, plus diffi­cile à tenir.

Elle aime­rait marcher dans la rue avec son mari sans avoir à jouer la domes­tique. Elle aime­rait pouvoir lui prendre le bras en public. Elle aime­rait qu’ils puissent aller au cinéma ensemble, ou aller dîner quelque part, sans se faire expul­ser comme des malo­trus. Elle aime­rait pouvoir asseoir son bébé sur ses épaules, l’emmener faire les courses sans que pour autant tout le maga­sin en soit pétri­fié. Elle aime­rait pouvoir rentrer à la maison sans être couverte de venin. Cela n’arrivera pas de son vivant. Mais il faudra bien que cela se produise du vivant de son fils. La rage l’agrippe chaque fois qu’elle quitte la maison. Il n’y a que l’instinct mater­nel pour conte­nir cette rage.

3
Roman chau­de­ment recom­mandé par la blogo­sphère et à lire pour ne jamais oublier le poids néga­tif du racisme dans les socié­tés. L’au­teure est fran­çaise et connaît visi­ble­ment bien la société améri­caine, comme à chaque fois qu’une étran­gère pose son regard critique sur le fonc­tion­ne­ment d’une société , je suis toujours moins convain­cue que lors­qu’un écri­vain du pays le fait lui-même. Et sur le sujet les Améri­cains décrivent fort bien ce qu’a été la condi­tion des noirs et les reten­tis­se­ment sur les compor­te­ment actuels.

Je pense, par exemple, au livre incon­tour­nable « le temps où nous chan­tions » de Richard Powers. Tout va mieux depuis l’élec­tion d’Obama qui rassure enfin cette commu­nauté et a donné, en France,davantage confiance dans la société améri­caine. Le sujet du roman tourne autour d’une tragé­die : des adoles­cents d’une même famille noire meurent parce qu’ils ne savent pas nager. S’ils ne savent pas nager, c’est que le fameux poids du racisme fait que les enfants noirs ont été si long­temps inter­dits de piscine , qu’ils en sont venus à penser qu’ils n’étaient pas faits pour la nata­tion.

Tragé­die qui permet d’en évoquer une autre, celle où un jour en 1949, des enfants noirs ont cru qu’ils pour­raient eux aussi jouer dans les piscines. La vieille femme noire, enfer­mée dans ses propres souve­nirs et dans ceux, encore plus horribles, de ses parents, ne peut pas comprendre la façon de vivre de sa fille , avec des enfants sans père et de son petit fils qui risque d’al­ler vers la délin­quance.

C’est un roman très fort, mais un peu trop démons­tra­tif.

Citations

La grand-mère à son petit fils

Tu ne comprends pas que tu ressembles à ce qu’ils pensent de toi, à ce qu’ils attendent de toi, que tu fais mal aux tiens, à ceux qui sont là, comme à ceux qui sont morts.

La piscine et les noirs

- Que voulez-vous dire par là ? Que les jeunes Noirs ont eux mêmes inté­grés ce mythe qui veut qu’ils ne puissent pas nager ?

- Abso­lu­ment. Leurs parents n’avaient pas accès aux piscines et ils ne leur ont pas appris à nager.

Les hommes

Mais le monde s’en fout des souve­nirs des dames noires flétries, qui racontent que le long zizi de l’homme noir, ça n’existe pas, que nos homme s ont peur , qu’ils hurlent en silence comme Howard, qu’ils pleurent en secret comme henry, qu’ils frappent comme le fils de Madame King, qu’ils s’en vont comme les amours de Dana, qu’il n’y a pas d’hommes pour élever nos hommes.

On en parle

Les fans des livres où j’avais noté ce roman.

Traduit de l’an­glais (États-Unis) par Josée Kamoun.

5
Livre éton­nant, boule­ver­sant qui ne vous lâche pas une fois que vous êtes entré dedans. Les person­nages vous hante­ront long­temps après avoir refermé le livre, un peu comme ceux de : Le temps où nous chan­tions de Richard Powers. On y retrouve le problème du métis­sage aux USA. Ici le person­nage prin­ci­pal a décidé de se faire passer pour blanc et réussi une carrière univer­si­taire presque parfaite. Un jour, il prononce un mot malheu­reux « zombie » pour parler d’étudiants qui se révèlent être noirs et le « poli­ti­que­ment correct » va l’obliger à démis­sion­ner.

Philip Roth n’épargne dans ce roman, ni le manque de courage de ses collègues univer­si­taires, ni la culture fran­çaise, mise à mal à travers une norma­lienne frus­trée qui sera à l’origine de sa perte, ni la pudi­bon­de­rie améri­caine sous la prési­dence de Clin­ton. J’ai pour­tant failli passer à côté de ce roman, à cause du style, les accu­mu­la­tions de mots, le four­mille­ment des idées me fati­guaient, et j’ai commencé à tour­ner trop vite les pages. J’en ai repris la lecture de façon atten­tive et en ralen­tis­sant mon rythme de lecture. Plus l’auteur allait vite, plus je lisais lente­ment et le charme a joué : j’ai passé huit jours complè­te­ment ailleurs dans les trans­ports pari­siens, grâce à ce livre.

Citations

Cet été là, chacun ne pensait plus qu’au sexe du président : la vie, dans toute son impu­reté impu­dente, confon­dait encore une fois l’Amé­rique.

Mais en Amérique en géné­ral ce fut l’été du mara­thon de la tartuf­fe­rie : le spectre du terro­risme qui avait remplacé celui du commu­nisme comme menace majeure pour la sécu­rité du pays, lais­sait place au spectre de la turlute.

Seule­ment le danger avec la haine, c’est que quand on commence il en monte cent fois plus qu’on en aurait voulu. Je ne connais rien de plus diffi­cile à brider que la haine. Il est plus facile de renon­cer à la bouteille que de jugu­ler la haine, et ça n’est pas peu dire.

La boutique d’an­ti­quité mori­bonde, le restau­rant infâme, l’épi­ce­rie de survie, le débit de bois­son cambrou­sard, le coif­feur péque­not, la maga­sin de vête­ments pour homme d’un autre âge, la librai­rie au fond étique, la phar­ma­cie mal éclai­rée, le salon de thé cucul, la taverne dépri­mante, le marchand de jour­naux sans jour­naux, la boutique de magie énig­ma­tique et vide – tous avaient cédé la place à des établis­se­ments où l’on pouvait manger conve­na­ble­ment, boire un bon café, ache­ter des médi­ca­ments sur ordon­nance, trou­ver une bonne bouteille, un livre trai­tant d’autre chose que des Berk­shires, et faire des achats vesti­men­taires qui ne se limitent pas à des cale­çons bien logs bien chauds pour l’hi­ver.

On en parle

link.