20160202_1131043
J’ose main­te­nant me prome­ner dans le rayon BD et en choi­sir une sans même avoir lu de critiques dans vos blogs ! Quelle révo­lu­tion, toute person­nelle (la révo­lu­tion !), et qui affecte surtout mes finances… mais non, cela me procure aussi beau­coup de plai­sirs. Ce n’est pas un sujet très gai que la dispa­ri­tion de ses parents, pas plus que le vieillis­se­ment, mais vous l’avez remar­qué entre « Mamette  » et« Les vieux Four­neaux  » je m’y inté­resse et le thème semble porteur. Vivrions-nous dans des socié­tés vieillis­santes ?

Roz Chast, raconte avec un humour et un réalisme éton­nant la vie de ses parents dans un quar­tier popu­laire de Brook­lyn, ils sont juifs d’origine russe. Ce qui veut dire, qu’entre les pogroms et la Shoa, leurs familles respec­tives n’ont pas été épar­gnées. Mais là, n’est pas le sujet de ce roman graphique. Roz nous fait le portrait de ses parents , et c’est parfois à mourir de rire. Sa mère a un tempé­ra­ment explo­sif, et son père est gentil et déli­cat malheu­reu­se­ment c’est aussi un grand angoissé. Avec le grand âge, il est atteint de séni­lité et tout devient alors effroya­ble­ment compli­qué.

Roz Chast raconte très bien les diffi­cul­tés et le coût de la vieillesse aux USA, elle a réussi à ce que ses parents soient à peu près correc­te­ment pris en charge, mais il s’en est fallu de peu qu’elle ne puisse pas faire face finan­ciè­re­ment. Cette plon­gée dans le monde améri­cain qui n’est pas dans la misère mais qui a du mal à s’en sortir est vrai­ment inté­res­sante, tout cela raconté avec humour. Je pensais mettre cinq coquillages et n’avoir aucune réserve et puis les cinq pages finales me rendent mal à l’aise. Le livre se termine sur les dessins que Roz Chast a fait de sa mère sur son lit de mort. Je me suis sentie très mal tout à coup, sa mère meurt, elle est là avec elle et elle la dessine… bref je ne comprends pas et pire je suis un peu choquée. Dommage car le début et 99 % de ce roman graphique sont si bien.

20160202_113048

16 Thoughts on “Est-ce qu’on peut parler d’Autre Chose ? – Roz CHAST

  1. Et bien bravo tu deviens auto­nome ! Moi, j’ai encore bien du mal à ache­ter une BD sans l’avoir vu sur des blogs amis… je préfère les emprun­ter à la biblio­thèque, le risque (finan­cier) est moins grand. Bon, là, tu ne me convaincs qu’à moitié, je ne saurais dire pour­quoi, peut-être à cause de cette fin ? Peut-être parce qu’il s’agit des parents de l’auteur ? (trop biblio­gra­phique).

    • Pour moi c’est la fin qui ne passe pas, mais voilà je suis choquée par quelque chose qui ne choquera que moi peut être .Sinon c’est très bien. Mais je suis comme toi j’aime mieux ache­ter avec des avis de blogueurs et blogueuses « spécia­listes en B D »

  2. Je m’arrêterai 5 pages avant la fin alors. On te sent telle­ment enthou­sias­mée par tout ce qui les précède.

    • oui, j’ai vrai­ment beau­coup beau­coup appré­cié, et peut être que tu ne seras pas choqué par la fin. Mon expé­rience person­nelle de la mort de mes proches m’a inter­dit toute forme de dessins, photos ou autre textes à écrire. On est happé par l’agonie d’une personne qu’on aime , du moins c’est ce que j’ai éprouvé.

  3. Malgré ta réserve finale, je suis tentée par cette BD. J’espère la trou­ver à la biblio­thèque.

    • ma réserve n’est pas là pour empê­cher de lire ce roman graphique qui est abso­lu­ment éton­nant , émou­vant et drôle.

  4. Le sujet m’intéresse mais si les dessins sont comme ceux de la couver­ture, ils ne me plaisent pas du tout…

    • Les dessins sont aussi une expres­sion de cette auteure, comme toi, sans doute, j’aimais les dessins plus travaillés et puis peu à peu j’ai accepté les expres­sions graphiques diffé­rentes . Si tu trouves cette BD tu verras que son style ecrit et dessiné se marient parfai­te­ment. Si le thème te plaît , n hésite pas à la regar­der de plus près.

  5. delph on 8 mars 2016 at 09:30 said:

    bonjour Luocine!..Comme je sais que nous avons à peu près les mêmes goûts -source sûre, la souris jaune!!-, et que j’ai adoré Mamette et Zaï Zaï.., alors je tente­rai celle-là, merci!…Moi, je viens de finir « la tris­tesse de l’éléphant », je te le conseille, mais comme le titre l’indique, larmes assu­rées…

    • Bonne réfé­rence que cette petite souris.… sur le vieillis­se­ment en géné­ral et aux USA en parti­cu­lier cette BD est très bien . Comme toi je suis bien avec Mamette et Zaï Zaï Zaï Zaï est vrai­ment un petit chef d’oeuvre d’humour et de réflexion sur notre société. A bien­tôt Delphine

  6. tu vas deve­nir spécia­liste !

  7. Pour­quoi ne peut-elle dessi­ner sa mère sur son dernier lit ? Pour une personne qui aime, sait dessi­ner, c’est peut-être impor­tant et pas du tout un geste déplacé, au contraire. Mais pas courant, en effet.

    • Voilà pour­quoi je dis que cela ne choque peut être que moi ! et j’aimerais pouvoir confron­ter mon impres­sion avec d’autres lecteurs.

  8. L’auteur est dessi­na­trice, ceci explique peut être cela ? A une époque (?) on photo­gra­phiait les gens ou prenait un moulage… (Man Ray et Proust par exemple) mais je recon­nais que c’est … spécial !

    • mais cela me choque que leur propre fille le fasse, j’étais telle­ment en pleurs lors de la mort de mes parents que je n’avais pas une seule idée ration­nelle si quelqu’un les avait dessi­nés à côté de moi je l’aurais inju­rié , poussé dehors bref je ne l’aurais pas supporté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation