Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard. 

Un livre qui m’a davan­tage éton­née que plu. Il y a deux livres en un, d’abord le récit de forma­tion de Pol Pot du temps où il s’ap­pe­lait Saloth Sâr . C’est dans toutes les faiblesses de cet enfant, puis du jeune homme que Nancy Hous­ton traque tout ce qui a pu faire de cet homme qui a tant raté, ses études, ses amours, un tyran parmi les plus sangui­naires. Il ne réus­sit pas à obte­nir ses diplômes, il fera tuer tous les intel­lec­tuels. Il puisera dans les discours révo­lu­tion­naires fran­çais, de 1789 à 1968, le goût des têtes qui doivent tomber ! Les chiffres parlent d’eux mêmes, Pol Pot est respon­sable de 1,7 million de morts, soit plus de 20 % de la popu­la­tion de l’époque. L’ar­ticle de Wiki­pé­dia, en apprend presque autant que ce livre, mais l’émo­tion de l’écri­vaine rend plus palpable l’hor­reur de ce moment de l’his­toire du Cambodge.

Et puis nous voyons la très jeune narra­trice, qui doit avoir plus d’un point commun avec l’au­teure, passer une enfance et adoles­cence très marquée par le mouve­ment hippie pendant son enfance et mai 68 à Paris pendant sa jeunesse. Le but de ces deux histoires, est de montrer les points communs entre cet horrible Pol Pot et la narra­trice. Je pense qu’il n’y a qu’elle qui voit les ressem­blances. En revanche, le passage par Paris et la descrip­tion des intel­lec­tuels , Jean-Paul Sartre en tête qui soutiennent les Khmers Rouges est terrible pour l’intelligentsia fran­çaise. La seule excuse à cet aveu­gle­ment volon­taire, c’est de ne pas vouloir prendre partie pour les améri­cains qui ont envoyé sur le Cambodge plus de bombes que pendant la deuxième guerre mondiale sur toute l’Eu­rope. Et voilà toujours le même dilemme : comment dénon­cer les bombar­de­ments améri­cains sans soute­nir le commu­niste sangui­naire, Pol Pot.

Citations

l’écriture

De toute façon, elle a appris depuis l’en­fance à neutra­li­ser par l’écri­ture tout ce qui la blesse. Les mots réparent tout, cachent tout, tissent un habit à l’évé­ne­ment cru et nu . Dorit ne vit pas les choses en direct mais en différé : d’abord en réflé­chis­sant à la manière dont elle pourra les écrire, ensuite en les écri­vant. Proté­gée quelle est par la maille des mots, une vraie armure, les agres­sions ne l’at­teignent pas vrai­ment.

Mai 68

Un jour Gérard vient l’écou­ter jouer du piano dans l’ap­par­te­ment de la rue L’ho­mond. Au bout d’une sonate et demie de Scar­latti, il pousse un soupir d’en­nui : » C’est bien joli, tout ça dit-il, mais je n’y entends pas la lutte des classes. »

Les Khmers rouges

Le 9 janvier 1979, les troupes nord-viet­na­mienne se déploient à Phnom Penh, révé­lant au monde la réalité du Kampu­chéa démo­cra­tique, la capi­tale déser­tée, dévas­tée… Les champs stériles… Les monceaux de sque­lettes et de crânes… De façon directe ou indi­recte, au cours de ces quarante cinq mois au pouvoir, le régime de Pol Pot aura entraîné la mort de plus d’un million de personnes, soit envi­ron un cinquième de la popu­la­tion du pays. Le Cambodge gît inerte, tel un corps vidé de tout son sang .

17 Thoughts on “lèvres de Pierre – Nancy HOUSTON

  1. keisha on 3 décembre 2018 at 14:10 said:

    Pas trop envie, je l’avoue…

  2. une auteure décou­verte à ses débuts mais dont je me suis éloi­gnée plus vrai­ment convain­cue par ses écrits

  3. Je n’ai pas adhéré à son paral­lèle, très tiré par les cheveux. Et puis sa vie ne m’a pas passion­née. D’ha­bi­tude j’aime beau­coup ce qu’elle écrit mais là je suis restée perplexe.

  4. J’aime beau­coup cette auteure, au point d’avoir acheté ce titre sans savoir de quoi il y était ques­tion. Je ne l’ai pas encore lu, mais les avis souvent miti­gés à son sujet me font un peu retar­der cette lecture. Ceci dit, j’avoue en même temps qu’il suscite ma curio­sité… à voir, donc !

  5. J’ai un roman d’elle dans ma PAL depuis bien long­temps ; ses prises de posi­tion des dernières années dans les medias m’ont lais­sée très dubi­ta­tive. Je n’ai pas envie de la lire.

    • Je ne l’avais jamais entendu parler dans les médias mais si son auto­por­trait est réaliste, on peut imagi­ner toutes les bêtises qu’elle a pu assé­ner d’un ton péremp­toire.

  6. Pas du tout un sujet qui m’at­tire. Je veux par contre depuis long­temps décou­vrir Nancy Huston, mais ce sera sans doute avec un autre titre

  7. Bizarre. Je passe mon tour moi aussi.

  8. Bonjour Luocine, j’ap­pré­cie l’écri­ture de Nancy Huston mais je ne suis pas du tout tentée par ce roman. Bonne jour­née.

  9. Melanie B on 9 décembre 2018 at 16:13 said:

    Pour ma part, j’ai énor­mé­ment aimé les livres de N. Huston jusqu’à ce qu’elle publie « Reflets dans un oeil d’homme ». Là, je n’ai pas compris ce qui lui était arrivé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation