Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.


Lu en une nuit et sans aucune passion. Ce pauvre Benja­min vit dans une famille suisse très riche qui a les appa­rences d’une famille très heureuse. Malheu­reu­se­ment pour lui, elle n’a que ça, les appa­rences. Sa vie est à jamais boule­ver­sée par la dispa­ri­tion de sa sœur Summer, et vingt cinq ans plus tard, il est anéanti par ce souve­nir qu’il croyait avoir maîtrisé. Il lui faudra un courage incroyable pour remon­ter dans des souve­nirs et comprendre peu à peu ce qui était évident pour son entou­rage.

L’intérêt du roman vient de ce que nous parta­geons les efforts de cet homme dont le cerveau est embrumé par les mensonges de sa famille. Mais je n’ai pas été inté­res­sée par cette lecture, je me rendais compte que j’étais indif­fé­rente à l’histoire et pour­tant Monica Sabolo sait très bien la racon­ter, elle ne tranche jamais entre la mort ou la dispa­ri­tion de Sumer et ceci grâce à son narra­teur, celui qui était là, mais qui est aveu­glé par le poids de sa famille.

Citation

Voici la clé de l’histoire

- Et puis tes parents…
- Quoi, mes parents ? J’avais été surpris par le son d e ma voix, j’avais peut-être crié. Il fixait le mur, comme s’il regar­dait les images qui défi­laient derrière mon dos.
- On finit toujours par retrouve les gens, tu sais. Ils laissent une trace quelque part, ils passent un coup de télé­phone, se font repé­rer dans un super­mar­ché. J’avais envie d e vomir. Il avait des traces sombres de trans­pi­ra­tion sous les bras ; alors évidem­ment, s’il n’y a aucun indice aucun mouve­ment…

L’inspecteur a soupiré, comme si cette idée était trop déplai­sante. Il avait brus­que­ment baissé les yeux sur moi.

- quoi qu’il en soit, les gens ne dispa­raissent pas comme ça. Il y a toujours une expli­ca­tion. Et elle est souvent extrê­me­ment simple. A portée de main.

29 Thoughts on “Summer – Monica SABOLO

  1. A la bibli, emprunté je crois, mais je n’en ferai pas une prio­rité, fina­le­ment.

  2. Une auteure qui m’a déjà laissé de marbre une fois, on ne m’y repren­dra pas.

  3. Les avis sont parta­gés sur ce roman ; à l’occasion, je tente­rai à la biblio­thèque, mais sans urgence.

  4. J’ai tourné autour de ce bouquin pendant des semaines mais fina­le­ment j’ai dans l’idée qu’il n’est pas vrai­ment pour moi.

  5. Voui, bah, comment dire, pas très envie de le lire…

  6. Ah oui, je vois que tu as été déçue. Je l’ai beau­coup aimé pour ma part.

  7. Comme toi j’ai été un peu déta­chée par rapport à cette histoire !

    • le mot est juste « déta­chée » en revanche la façon de décrire la psycho­lo­gie de quelqu’un qui ne veut pas savoir est très juste.

  8. Telle­ment vu sur les blogs que cela a défi­ni­ti­ve­ment freiné mes envies et j’ai l’impression que je n’ai rien à regret­ter
    je viens de lire le dernier roman de Michel Bernard que j’ai beau­coup aimé et pour­tant sur un person­nage qui m’agace mais quel talent que cet écri­vain

  9. J’en ai lu quelques pages je ne sais plus où… et ça ne m’a pas donné envie de pour­suivre. (mais je suis sûre que d’autres doivent adorer !)

  10. J’avais jusqu’à présent entendu beau­coup de bien de ce roman.

  11. mais c’est mauvaise pioche sur mauvaise pioche en ce moment ! Je te souhaite de prochaines jolies lectures :)

  12. Commencé. Je n’ai pas eu envie d’aller au-delà des 50 pages…

  13. Margotte on 22 janvier 2018 at 17:52 said:

    C’est drôle comme les impres­sions sur un roman peuvent être tota­le­ment oppo­sées. A l’inverse, j’ai été tota­le­ment empor­tée par cette lecture et j’ai trouvé le style très beau… au point d’en faire un de mes coups de cœur de l’année ! Comme quoi, les goûts en matière de roman… Mais celui-ci semble peu suppor­ter les demi-mesures !

  14. Je l’ai laissé de côté, une décep­tion aussi pour une amie dont je suis les conseils de près !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation