20160914_104257-1Traduc­tion de l’an­glais par Pierre CLINQUART entiè­re­ment revue et corri­gée

4
Je suppose que cette remarque « entiè­re­ment revue et corri­gée » veut dire qu’il existe une première traduc­tion un peu moins fidèle au texte ? Je suis restée quelques jours en compa­gnie d’un groupe de lapins diri­gés par Hazel, un chef par qui beau­coup de groupes humains aime­raient être eux-mêmes guidés : il est intel­li­gent, éprouve de la compas­sion et est ouvert à tous les conseils qui peuvent aider sa petite meute de lapin à survivre dans un milieu qui ne veut que leur destruc­tion. Merci Keisha, ton enthou­siasme est commu­ni­ca­tif et je comprends d’au­tant mieux ton plai­sir qu’en­fant, tu avais déjà lu ce roman. Parce qu’il fait partie des rares livres qui peuvent être lus à tout âge. Les enfants adore­ront ces histoires de lapins confron­tés à des aven­tures abso­lu­ment extra­or­di­naires racon­tées de façon palpi­tantes. Ils auront peur pour Hazel et son jeune frère qui sait prédire l’ave­nir, Fyveer. Ils seront séduits par le courage de leurs amis Bigwig et le talent de conteur de Dande­lion. Les adultes aime­ront cet hymne à la nature , même si comme moi il leur faudra souvent recher­cher des jolis noms aussi étranges que : les « mercu­riales véné­neuses »

mercper

ou » la jaco­bée »

imgres

mais le nom que je préfère est : « eupa­toire pourpre »

eupatorium_purpureum

en plus de son amour de la nature que le lecteur est prêt à parta­ger avec le mili­tant Richard Adams, on est abso­lu­ment saisi par la prouesse d’écri­ture qui fait qu’à travers les diffé­rentes garennes et orga­ni­sa­tions des lapins, on retrouve toutes les conduites humaines. Il n’y a pas de message à propre­ment parler, mais quelque que soit la façon dont ils s’or­ga­nisent, il s’agit toujours de résoudre le terrible sort des lapins de garenne :

La terre tout entière sera ton enne­mie. Chaque fois qu’ils t’at­tra­pe­ront, ils te tueront. Mais d’abord ils devront t’at­tra­per…

Les solu­tions varient pour échap­per à la mort :

  • accep­ter que des hommes vous protègent en accep­tant qu’ils prélèvent au hasard de leurs envie leur pour­cen­tage de lapins afin de les manger.
  • orga­ni­ser un système très bien caché de tous les préda­teurs sous la houlette d’un tyran impi­toyable.
  • Deve­nir lapin domes­tique dans un clapier
  • et enfin comme dans la garenne d’Ha­zel trou­ver un lieu suffi­sam­ment reculé et à l’abri du regard des hommes pour mener une vie de lapin sauvage qui doit se proté­ger de tous les « vilous ».

J’ou­bliais de dire que peu à peu nous appre­nons le langage des lapins, nous « farfa­lons » nous suivons les exploits des Hour­das, nous crai­gnons que les « shaar-tchoun » les plus faibles des lapins soient aban­don­nés par les autres. Comme toute société , les lapins ont leur mythe fonda­teurs et Dande­lion raconte ces histoires soit pour donner du courage soit pour distraire la compa­gnie. On y retrouve Shraa­vilsa intel­li­gent et rusé et son fidèle lieu­te­nant Prim­sault, tous les deux se sortent toujours d’af­faire mais ils mettent aussi leur vie en grand danger. Ce n’est pas très juste de ne mettre que 4 coquillages à un tel livre, car c’est une oeuvre origi­nale, je n’ai rien lu de tel depuis long­temps, c’est évident que si j’avais gardé tota­le­ment mon âme d’en­fants je lui mettais 5 coquillages sans hési­ter.

Citations

un moment de bonheur

Voir s’ache­ver le temps de l’an­goisse et de la crainte ! Voir se lever puis se dissoudre les nuées lugubres suspen­dues au-dessus de nous – ces sombres nuages qui attristent le cœur et réduisent le bonheur en vague souve­nir ! rares sont les êtres qui n’ont jamais éprouvé cette joie-là.
L’en­fant qui attend sa puni­tion et que voilà, à sa grande surprise, pardonné, et le monde retrouve aussi­tôt ses couleurs, ses exquises promesses.

Changer ses habitudes pour mieux s’adapter

Tu dis que les mâles ne creusent pas. C’est vrai. Mais ils le pour­raient s’ils le voulaient. ça ne te plai­rait pas de dormir au fond de terriers bien douillets ? D’être sous terre par mauvais temps ou lorsque la nuit tombe ? Nous serions en sécu­rité. Et rien ne nous en empêche, à part le fait que les mâles ne sont pas censés creu­ser. Pas parce qu’ils n’en sont pas capables, mais parce qu’il en a toujours été ainsi.

Les lapins et la peur

Les lapins étaient mal à l’aise, déso­rien­tés. Ils s’apla­tirent, respi­rant les parfums émanant de l’eau dans l’air frais du crépus­cule. Puis ils se regrou­pèrent, chacun espé­rant ne pas déce­ler chez son voisin l’an­goisse qu’il éprou­vait lui même.

25 Thoughts on “Watership Down – Richard ADAMS

  1. Oh mais je pense avoir gardé mon âme d’en­fant ! Je l’ai lu il y a 20 ans (dans l’an­cienne traduc­tion, où pour ce que j’en sais les lapins avaient d’autres noms, cinquain au lieu de Hazel, bref un truc comme ça) mais à l’époque j’étais large­ment adulte ! ^_​^ (en appa­rence en tout cas)
    Bon, on se conten­tera de 4 coquillages, et j’es­père que d’autres lecteurs s’ajou­te­ront

    • C’est un livre hors norme et mon plai­sir de lecture a été total, ce que je veux dire avec cette allu­sion à une âme d’en­fant, c’est que ce genre de livres traversent les âges et ils sont très rares a pouvoir le faire.

  2. keisha en a aussi dit beau­coup de bien, je vais peut-être me le procu­rer fina­le­ment…

  3. Il m’at­tend !

  4. Déjà repéré chez Keisha !

  5. La couver­ture est belle c’est vrai ; déjà vu chez Keisha et chez Clau­dia-Lucia, aussi enthou­siastes l’une que l’autre. Noté évidem­ment.

  6. Déci­dé­ment tout le monde succombe à ces lapi­nous !

  7. delph on 1 octobre 2016 at 09:30 said:

    Ouahhh, ça donne hyper envie!!!..Merci Luocine !

    • Oui et je trouve qu’il peut séduire un public rural qui connaît bien les lapins de garenne et un public cita­din qui a des regrets de ne plus être en contact avec la nature.

  8. je l’ai trouvé en poche d’oc­ca­sion donc dans la traduc­tion ancienne je verrai si cela me pose problème
    je rapproche ce livre à lire vos billets du Vent dans les saules non ?

  9. je ne connais pas « Le vent dans les saules ». D’après Keisha les noms sont fran­ci­sés dans la première version mais tu pour­ras compa­rer car la traduc­tion sera certai­ne­ment dans une de tes média­thèques.

  10. Ton enthou­siasme renforce mon avis de décou­vrir ce roman qui a l’air vrai­ment singu­lier !

  11. oui et très prenant ; il mérite son succès.

  12. Cinq coquillages en ce qui me concerne, sans hési­ter !!!!

  13. Très origi­nal en tout cas. Encore une preuve que suivre les blogs litté­raires permet de décou­vrir des choses que je n’au­rais jamais trou­vées seul. Merci !

  14. Reçu hier. Il me tarde de décou­vrir ce livre qui fait tant parler…

  15. Moi j’ai beau­coup aimé mais je l’ai prêté à un ami qui peine à le lire, je ne comprends pas pour­quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation