20161130_175730Traduit de l’allemand par Leïla PELISSIER. Lu grâce au club de lecture de la média­thèque de Dinard.

2
Ce roman est « gentillet » pour les lectrices de notre club de lecture. Nous nous atten­dions à mieux et surtout à comprendre pour­quoi plus personne ne vient dans cette librai­rie. Nous voulions aussi savoir si la jeune femme qui en hérite réus­sit à renta­bi­li­ser cette affaire. Car Valé­rie hérite d’une librai­rie qu’une vieille tante Char­lotte origi­nale lui a confié le temps de son absence, on ne sait pas si elle est morte ou tout simple­ment partie se distraire ailleurs.

Aucun person­nage n’est crédible, et rien ne permet de comprendre le pour­quoi de la désaf­fec­tion pour ce lieu, si ce n’est que les livres se vendent moins. Elle va se lier d’affection avec une rate ce qui ne rajoute vrai­ment rien à l’histoire et va rencon­trer un beau jeune homme dont on ne saura pas grand chose. Quant à l’importance des livres, c’est dit dans le roman sans convaincre, certes Valé­rie a plus de temps pour lire puisque peu de gens passent dans sa boutique mais cela ne donne pas l’explication ni la solu­tion à la désaf­fec­tion des lieux qui autre­fois enchan­taient les grands lecteurs. Bref un livre que je vais très vite oublier comme tous les membres de notre club

Citations

Un magasin vieillot

Ce maga­sin était comme un vête­ment que la vieille dame aurait confec­tionné autour de sa vie. Certai­ne­ment confor­table pour elle, il était informe et peu pratique pour la jeune femme

Humour

Elle était juste introu­vable. Si aucun indice ne permet­tait de penser qu’elle était partie de son plein gré, rien n’indiquait non plus qu’elle était quelque part contre son gré, fut-ce dans l’au-delà.

Le pouvoir de la littérature

La litté­ra­ture peut en effet fasci­ner un être et capter toute son atten­tion. Elle peut le sous­traire aux petites misères du quoti­dien et les trans­por­ter vers d’autres mondes au point de s’y aban­don­ner corps et âmes

Je fais souvent ça dans une librairie

Elle prit toute une pile de livres pour son petit fils (en veillant à se faire conseiller en détail, pour faire ensuite des choix person­nels forts différents).

17 Thoughts on “Une année particulière – Thomas MONTASSER

  1. Dommage, l’idée de départ était séduisante…

  2. Une BD ? Un roman ?

    • Keisha !!!! il est dans la caté­go­rie« roman » mais tu as le droit, en tout cas je te le donne de survo­ler mes articles surtout quand je ne suis pas passion­née par l’auteur

  3. Dommage car c’est toujours sympa de décou­vrir des romans alle­mands contemporains…

  4. Une lecture pour rien, ça peut arri­ver, la suivante ne pourra qu’être meilleure :-)

    • c’est » le jeu » du club qui veut ça, j’essaie de lire un peu tout ce qui est proposé et j’ai parfois d’excellentes lectures mais là , nous étions toutes d’accord pour dire que ce n’était pas très intéressant.

  5. Un raté quoi, ça arrive malheureusement.

  6. gentillet j’adore , j’ai eu une ensei­gnante extra qui étant reli­gieuse ne disait jamais du mal de personne et quand une ensei­gnante était nulle elle disait d’elle : oh elle est gentille cela m’est resté !!!

  7. la biblio­thé­caire de notre média­thèque dit que quand on part sur le mot « gentillet » elle sait qu’il ne sortira rien de bon de ce roman pour nous.

  8. oh, enfin un livre à ne pas noter !

    • comme je suis d’accord avec cette remarque moi qui croule en ce moment sur une liste de livres à lire que je n’épuiserai certai­ne­ment pas !

  9. Chouette rien à noter ce dimanche matin !

    • c’est pour ça que j’aime les blogs qui mettent aussi des livres qu’ils aiment moins, cela permet d’avoir confiance quand ces blogs aiment beau­coup des livres.

  10. Je ne lirai donc pas ce livre mais le résumé en devient comique. Dommage, la couver­ture est très belle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation