20141220_142838

L’horreur d’être élevée par une mère suicidaire :

Souvent, elle raconte à Char­lotte qu’au ciel tout est plus beau.
Et ajoute:quand j’y serai, je t’enverrai une lettre pour te racon­ter.
L’au – delà devient une obses­sion.
Tu ne veux pas que maman devienne un ange ?

Ce serait prodi­gieux, n’est ce pas ?
Char­lotte se tait.

La grand-mère neurasthénique

Évidem­ment, sa grand mère l’aime profon­dé­ment.
Mais il y a comme une force noire dans son amour.
Comment cette femme peut-elle s’occuper d’une enfant ?
Elle, dont les deux filles se sont suici­dées.

Le grand amour de Charlotte le professeur de chant et ses intéressantes théories

Il a déve­loppé des théo­ries nouvelles sur les méthodes de chant.
Il faut aller cher­cher la voix au plus profond de soi.
Comment est-il possible que les bébés puissent crier si long­temps ?
Et sans même abîmer leurs codes vocales.

On en parle

Allez sur Babe­lio vous verrez que ce roman a touché tant de lecteurs et de lectrices.

22 Thoughts on “CHARLOTTE – David FOENKINOS

  1. Merci pour ce coup de coeur concer­nant le livre CHARLOTTE. Je le partage abso­lu­ment. Il y a dans cet ouvrage, du fait d’un style d’écriture à vif et sans complai­sance, le récit-témoi­gnage remar­quable d’une desti­née artis­tique pure et affir­mée d’une jeune femme juive. Malgré de grandes épreuves, certes liées au contexte histo­rique et parti­cu­liè­re­ment aux forces destruc­trices de l’époque mais pas que, Char­lotte Salo­mon choi­sit la Vie, jusqu’au bout.

  2. Pour l’instant, je ne veux pas lire ce livre que j’ai feuilleté en librai­rie pour le repo­ser. C’est le style qui m’a rebu­tée. Mais il faudrait peut-être que je persé­vère… un jour…

    • Plus ça va et plus je suis hési­tante pour juger du style. De forma­tion litté­raire clas­sique je croyais savoir , et puis je me dis aujourd’hui, que le style doit corres­pondre à l’émotion que l’on veut faire ressen­tir. Ici , ce n’est pas à propre­ment parlé le style qui choque mais le procédé d’écriture. aller à la ligne à chaque phrase cela n’a pas plu à tout le monde et comme Sandrine tu peux refu­ser le roman pour cette raison. Comme je le dis dans mon billet , moi, cela m’a aidée à suppor­ter l’insupportable horreur du monde des suici­daires et du Nazisme. Je me souviens aussi du livre de Lafer­rière (« l’énigme du retour ») qui a utilisé à peu près le même procédé et je ne crois pas que cela ait choqué quiconque.

  3. C’est un livre que je pren­drai à la biblio­thèque quand la ruée sera passée ..

  4. Très joli billet, qui me donne – et c’était pas gagné – envie de tenter la lecture de ce roman. Par ailleurs, bien­ve­nue à ta petite Char­lotte ! Quelle merveille les petits-enfants ! Et enfin, bonne année :)

  5. (Et je suis telle­ment d’accord avec ça : » Plus ça va et plus je suis hési­tante pour juger du style. De forma­tion litté­raire clas­sique je croyais savoir , et puis je me dis aujourd’hui, que le style doit corres­pondre à l’émotion que l’on veut faire ressen­tir. » Je ne saurais mieux dire !

    • oui, j’ai remar­qué à la lecture des blogs que l » »on » (dont moi) se réfu­gie derrière « le style » quand on n’aime pas trop un livre. Cela semble un argu­ment défi­ni­tif. Pour ce livre le mot est mal choisi, car Foen­ki­nos a choisi « un procédé » , origi­nal : une phrase et un passage à la ligne. Son style sinon est simple et clas­sique.
      J’ai adhéré à ce procédé car je ne le trouve pas gratuit, je comprends bien que les avis soient diffé­rents du mien.

  6. Je suis comme Sandrine je n’ai pas adhéré du tout du tout, l’idée était bonne mais je me suis lassée après quelques dizaines de pages, dommage car le person­nage méri­tait un vrai bon roman ou une vraie bio, là on est à mi chemin et le parti pris d’écriture n’ajoute rien

    • peut être, mais Char­lotte Salo­mon n’a ni roman ni bio, donc on ne peut pas repro­cher à cet auteur d’avoir pris la place de quelqu’un d’autre. Ce que j’ai appris sur cette grande artiste, je ne l’oublierai jamais cela grâce à ce roman. Et moi j’ai complè­te­ment accepté son parti pris. C’était comme une forme de respi­ra­tion. Je trouve qu’il rend très bien les tensions fami­liales et le nazisme. Il y a un moment où on n’a plus envie d’un bon roman ou d’une Biogra­phie trop sèche.
      Mais je sais bien qu’il n’a pas plu à tout le monde.

  7. Char­lotte, quel beau prénom pour ta petite fille ! Féli­ci­ta­tions aux parents.
    Bon, je n’ai pas aimé ce livre mais je peux comprendre que l’on appré­cie énor­mé­ment cette lecture.

    • Char­lotte c’est un beau prénom et elle promet notre Char­lotte. J’ai vrai­ment été très touchée par ce roman et la desti­née de cette artiste.

  8. Je suis en train de le finir, et je suis sous le charme, alors qu’au départ je n’avais pas du tout envie de le lire ! Billet à venir

    • Peut-être m’aideras-tu à comprendre pour­quoi des blogueurs et blogueuses dont nous parta­geons souvent les goûts sont aussi critiques et détestent autant le style qui pour moi convient bien à l’émotion de l’écrivain qu’il nous fait alors bien ressen­tir.

  9. Il y a aussi des lecteurs que ce livres n’a pas touché.. ailleurs que sur Babe­lio…

    • Oui c’est vrai, et tu vois j’ai mis tes réfé­rences en tête de mon billet car je suis une lectrice assi­due de ton blog dont j’aime les avis. Je trouve que ce roman vaut mieux qu’un geste d’humeur. Le procédé d’écriture m’a fait penser à celui qu’avait utilisé Dany Laffe­rière pour « l’énigme du retour » je ne me souviens pas qu’il ait provo­qué des moque­ries.

  10. J’ai lu en effet des billets miti­gés sur ce roman, mais je suis sûre d’avoir vu des avis posi­tifs. C’est le tien qui me donne envie de le noter ! J’ai du mal à juger le style d’un auteur (à part gros problèmes de traduc­tions), mais je n’aime pas quand il empêche l’émotion d’affleurer… Cela n’a pas l’air d’être le cas ici , au contraire !
    Bien­venu à la petite Char­lotte, un 2015 sous le signe des premiers sourires, gazouille­ments, purées et décou­vertes donc :-)

  11. Un livre que l’on m’a beau­coup conseillé, je le lirai sûre­ment ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation