Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard

Voici mon deuxième auteur de ma famille affec­tive. C’est encore d’un deuil dont il s’agit, celui de son frère. Ils sont quatre garçons, dans la famille, Daniel a partagé pendant onze ans sa chambre avec son frère de quatre ans son aîné. C’était le préféré de la famille, et comme il le lui avouera plus tard ce n’est pas toujours facile de porter ce titre sur ses épaules. Lui, Daniel, c’est celui qui rate l’école dans une famille ou être reçu à une grande école , si possible poly­tech­nique était la règle, ce n’était pas facile non plus. Mais Daniel avait Bernard qui d’une simple phrase savait le rassu­rer. Quand l’en­fant rentre très triste avec de très mauvaises notes, et qu’il hurle de colère le plus fort qu’il le peut : « je suis con, je suis con » d’une voix douce son frère lui répond

- Mais non, si tu étais con, je le saurais !

Citations

Manger ou dîner ?

L’heure tour­nant, je me lavais :
- Bon, ce n’est pas tout ça mais il faut qu’on y aille, on va manger chez les R.
Ma tante me regarda comme si elle avait avalé son diction­naire. 
-Mais non, voyons, vous allez « dîner », chez les R.
Mon frère tempera douce­ment. 
-Oui, et tu connais Daniel, il en profi­tera certai­ne­ment pour manger quelque chose. Toute notre vie je me suis alimenté à son humour.

Vocation ?

Il était ingé­nieur en aéro­nau­tique, spécia­liste des vibra­tions. Il aurait préféré les eaux et forêts, les arbres, les animaux. Il aurait fait un bon étho­logue. Des concours d’en­trée en déci­dèrent autre­ment. Ainsi va la vie dans certaines familles qui ont accès aux grandes écoles, recalé à ce concours ci, reçu à celui-là, tu aurais aimé t’oc­cu­per d’oi­seau, tu t’oc­cupes d’avion. La préfé­rence ? Qu’est-ce que ce caprice, au regard du rang à tenir ?

Humour

La proba­bi­lité jouait un grand rôle dans sa vie, le pire étant sûr ‑ques­tion de probabilités‑, il n’y avait aucune raison de drama­ti­ser. Nous échan­gions beau­coup de blagues autour de la proba­bi­lité. La veille de mon permis de conduire il me conseilla de convaincre l’ins­pec­teur qu’il valait beau­coup mieux traver­ser les carre­four à cent quatre-vingt à l’heure qu’à vingt
– Neuf fois moins de chances de percu­ter un autre véhi­cule, Monsieur l’Ins­pec­teur.

Le couple

C’est donc l’his­toire d’un couple, me disais-je, où le mari ne m’aura jamais dit de mal de sa femme qui ne m’en n’aura jamais dit du bien.

19 Thoughts on “Mon frère – Daniel Pennac

  1. Très belle sugges­tion de lecture et très beaux extraits égale­ment. Merci !

  2. Voilà un roman qui m’a l’air à la fois touchant et drôle. Et de jolis extraits en prime !

  3. Je n’en ferai pas une prio­rité, mais s’il croise ma route, je le lirai.

  4. Toujours un bonheur de lire Pennac !

  5. Bonsoir Luocine, je pense que je le préfé­re­rais à « Le cas Malaus­sène » qui m’avait rela­ti­ve­ment déçue, j’en atten­dais trop. Là, Mon frère, c’est auto­bio­gra­phique, Pennac est à l’aise dans ce registre. Bonne après-midi.

  6. J’aime bien cet auteur et je ne connais pas celui-là – je note.

  7. lire, relire Pennac fait partie de mes réso­lu­tions des mois à venir, tu enfonces le clou ! Il le faut!!!

  8. Un Daniel Pennac ne se refuse pas. C’est comme un bon vin.

  9. Belle sélec­tion d’ex­traits. J’ai aimé ce récit, lu récem­ment, et j’ajou­te­rai ce billet en lien.

  10. J’ai appré­cié ce récit, l’émo­tion y est palpable et Pennac n’a pas oublié de rendre hommage à l« humour de ce grand frère.

  11. Je n’ai pas encore lu ce récit, j’aime beau­coup Pennac et son huma­nisme.

Répondre à christw Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation