3
Les éditions Perrin m’ont offert ce livre grâce à l’opération Masse Critique de Babe­lio du mois de novembre 2009.J’entends souvent Nico­las Bave­rez à la radio, je le comprends, je le trouve clair et précis et non dépourvu d’humour. Je me suis donc portée candi­date, pour faire une critique de son livre, avec cette idée en tête : est-ce qu’une réfrac­taire à la compré­hen­sion des phéno­mènes écono­miques, comme je le suis, peut mieux comprendre la crise que nous venons de vivre, grâce au livre de Nico­las Bave­rez.
En d’autres termes, ce livre est-il grand public ? La réponse est : oui et non ! Oui, j’ai mieux compris. Non, ce n’est pas un livre très acces­sible : j’ai dû ramer comme une malade pour en comprendre à peu près un tiers. C’est grâce à ce tiers que je comprends mieux la crise. Certains petits détails seraient vrai­ment faciles à chan­ger et cela aide­rait beau­coup la compré­hen­sion : l’explication des sigles FED , BRIC, BCE,OMC …, des notes en bas de page sur des noms qui parlent aux écono­mistes mais pas à moi : Breton Woods, Yuan renminbi, Smoot-Hawley .. Le méca­nisme de la bulle finan­cière est bien expli­qué, on se demande si les krachs sont évitables.Ce n’est pas un livre opti­miste car il décrit une France très affai­blie par la dette publique, et les protec­tions sociales qui ne servent qu’à masquer la réalité de la crise. Je ne recom­mande cet ouvrage qu’à ceux et celles qui s’y connaissent un peu en écono­mie.

Citations

Voici une jolie phrase

L’économie mondiale n’a tenu qu’au fil de soie de la poli­tique écono­mique.

Une des phrases que je ne comprends pas

L’innovation finan­cière s’est déployée au croi­se­ment de la titri­sa­tion …

Une image de la bourse et des banques que j’ai découverte dans ce livre

Loin d’être ration­nels et guidés par la juste évalua­tion de la valeur des actifs, les marchés cotent au premier chef les opinions et les pulsions collec­tives, encou­ra­geant les compor­te­ments mouton­niers des épar­gnants et des inves­tis­seurs à la hausse comme à la baisse. Surtout, les banques, large­ment reca­pi­ta­li­sées et restruc­tu­rées, béné­fi­ciant d’une courbe des taux favo­rables, fortes de la garan­tie d’être sauvées par le contri­buable, ont renoué avec leur stra­té­gie à risque.

Une phrase où j’ai trouvé un peu d’humour

La banque demeure la seule acti­vité où il faut passer par la le casino et jouer pour avoir le droit d’accéder à la boulan­ge­rie

Et fina­le­ment j’ai appris que « cala­mi­teux » est l’adjectif qui décrit tout ce qui est mauvais pour l’économie

On en parle

link

3
Comme le titre l’indique l’historienne spécia­liste de la révo­lu­tion fran­çaise, Mona Ozouf raconte son enfance bretonne, sa double appar­te­nance :

  • à la lutte pour la recon­nais­sance à l’identité bretonne à travers le combat de son père.
  • à l’école publique et répu­bli­caine par sa mère et son propre plai­sir d’être une bonne élève.

Ces deux premières parties sont très inté­res­santes et agréables à lire. Ensuite elle explique son enga­ge­ment intel­lec­tuel, ses lectures et sa compré­hen­sion des idées poli­tiques qui ont construit la France. La lecture devient alors beau­coup plus diffi­cile, les idées sont inté­res­santes mais ce n’est plus du tout le même livre, on quitte le récit pour un débat d’idées un peu long et froid.

Citations

Les hommesselon lui (Jules Ferry) , doivent être lais­sés libres d’errer, car la liberté, fût-elle payée par l’erreur, est plus dési­rable que le bien.

Jamais sans sa coiffe. L’attacher est son premier geste du matin, bien avant l’éveil de la maison­née.

Son souci constant est la dignité .. sa règle morale essen­tielle est de ne jamais se mettre dans une situa­tion telle qu’on puisse en avoir honte. « Gand var vez » , « avec la honte » est l’expression qui, pour elle englobe tout ce qu’il est incon­ve­nant de faire et même de penser.

Trois péle­ri­nages, donc, qui résu­maient assez bien les trois lots de croyances avec lesquelles il me fallait vivre : la foi chré­tienne de nos ancêtres, la foi bretonne de la maison, la foi de l’école dans la raison répu­bli­caine.

5
La BD, ce n’est pas toujours ma passion, le plai­sir de lecture n’a rien à voir avec celui procuré par un bon texte. Mais j’ai appré­cié les dessins, l’humour et la nostal­gie qui se dégagent de ces 18 nouvelles, mises en images par des dessi­na­teurs talen­tueux. J’aime bien , Le View-Master de Jordi Sempere, un homme confronté à l’Alzheimer de sa mère. Ma préfé­rée , surtout pour le dessin , Les Brûlures de Simon Hureau. Pour cette nouvelle, la qualité du graphisme ajoute beau­coup à l’histoire de la rencontre dans une piscine d’un poli­cier noir et d’une jolie fille qui cache un secret doulou­reux. Le sous-titre du livre « autres nouvelles qui font du bien » est tout à fait vrai : c’est une lecture qui fait du bien.

Citations

- Vous avez raison patron. je dois être le seul chauf­feur qui de fasse conduire par son patron.
– Le coup de la voiture avec chauf­feur, ça épate beau­coup les coréens.
– Et vous patron, qu’est ce qui vous épate ?
– Que vous soyez parvenu à vous faire enga­ger comme chauf­feur sans même possé­der votre permis de conduire !

On en parle

Voici le site qui m’a donné envie de lire cette BD : link.

3
Emma­nuel Carrère est un auteur étrange qui se plaît à décrire le malheur absolu des autres. J’avais été très déran­gée par son livre sur Roman, ce faux méde­cin qui a assas­siné toute sa famille pour cacher qu’il n’avait jamais réussi ses examens de troi­sième année de méde­cine. D’autant plus déran­gée, que cet écri­vain est d’un sérieux et d’une objec­ti­vité redou­tables, dans ce roman là aussi, mais c’est beau­coup plus agréable car il met son talent au service d » émotions qui me touchent. « D’autres vie que la mienne » commence par le récit du Tsunami de 2003. Malgré moi, je me suis dit : encore ! Je n’étais pas convain­cue par son récit.

L’autre vie qui n’est pas la sienne mais qui le touche de près, est celle de Juliette la sœur de sa compagne, jeune femme qui meurt d’un cancer. L’évocation de cette femme à travers les regards de ceux qui ont accom­pa­gné sa vie est d’une rare sensi­bi­lité et déli­ca­tesse. Comme elle est juge, l’auteur se trans­forme en jour­na­liste d’investigation pour expli­quer le suren­det­te­ment et son travail pour enle­ver des griffes des nouveaux usuriers (les compa­gnies de crédit à la consom­ma­tion) le justi­ciable trop naïf. Il est aidé par le témoi­gnage du collègue de Juliette : Etienne qui est amputé d’une jambe à la suite d’un cancer des os. C’est un person­nage inté­res­sant et émou­vant qui dira de Juliette « c’est un grand juge ».

Citations

Il n’empêche qu’il est prison­nier de ce que les psychiatres appellent un double bind, une double contrainte qui le fait perdre sur les deux tableaux. Pile tu gagnes, face je perds. Être rejeté parce qu’on a une jambe c’est dur, être désiré pour la même raison c’est pire.

Ça fait toujours plai­sir une visite si ce n’est pas à l’arrivée, c’est au départ. (Paroles de Béatrix Becq)

On en parle

link.

2
Flop ! Je n’ai pas été sensible à cette histoire d’amour. Ce roman fait partie de la longue, très longue liste des romans fran­çais qui raconte un si petit monde et une si petite histoire. Les critiques sont pour la plupart excel­lentes.

Citations

Je marche dans la nuit, je voudrais ne penser à rien, n’être qu’un corps qui marche, un corps en mouve­ment dans la ville endor­mie.

Dehors l’air est tendre. Tu marches à côté de moi, lente­ment. Nos pas s’accordent. Ils se sont toujours accor­dés.

On en parle

link

5
J’aime la poésie, avoir quelques vers en mémoire m’aide à suppor­ter le quoti­dien ou à le trou­ver plus beau. Ce recueil m’a touché, et, j’ai pu faire parta­ger cette émotion à tous ceux qui souffrent de la dispa­ri­tion d’êtres chers. Plus que mes phrases maladroites lisez et écou­tez ce poème réson­ner en vous :

Je veux te dire cette sorte de secret
qu’on ne lit qu’en soi loin
derrière les paupières fermées
long­temps après que sur le cercueil
se sont refor­més les liens du jour

tes morts ne sont qu’à toi

toi seule sais leur nom véri­table
celui qu’on n’écrit pas aux registres
parce qu’il n’est signe dans nulle langue humaine
et qu’il n’est pas d’oreilles
pour la voix qui le dit

toi seule les vois tes morts
hors leur visage de cendre
et les vois sans faillir dans l’absence même
toi seule l’ombre plus claire dans l’ombre
où leur regard paraît

et l’exacte main de douceur sur ton front
pareille au flux des herbes dans la brise
toi seule la recon­nais
qui n’est pas la matière des songes
ni comme le souve­nir appa­riée du désert

toi seule sais
la douceur des morts qui t’appartiennent
car tu es né de leur douceur
et tu prolonges dans chacun de tes gestes
la douceur qui fut le pli heureux de leur vie
à tes yeux désor­mais
de voir clair dans la trans­pa­rence
que fait leur dispa­ri­tion
à toi de comprendre dans la vie requise
l’effacement et le soleil unanimes
ta joie volon­taire
et la beauté des choses

comme endor­mis tes morts rêvent à tes côtés

tu ne guéri­ras pas de leur nuit
mais tu accom­pli­ras
comme l’île conti­nuant la terre où elle n’est plus
leur part perdue
car fille des tes morts
tu es ce qu’ils igno­raient d’eux-mêmes

3
Lors de la lecture de ce roman, on ne cesse de penser que l’auteur a vécu très souvent cette situa­tion. Il s’agit d » un dîner parmi les puis­sants du si petit monde des pari­siens friqués et bran­chés, avec une surprise l’invitation à table de la bonne, une beurette qui ne corres­pond pas aux clichés de la bonne société de gauche pari­sienne. Les scènes sont souvent drôles, le roman se lit vite. Le ton est parfois très caus­tique surtout à propos de la bonne société qui se croit ouverte. Le démar­rage est un peu long. (normal : il faut camper les person­nages). « Mada­medu » Sophie du Vivier et monsieur Thibaut du Vivier reçoivent George Banon qui doit signer un gros contrat avec Monsieur. Ils reçoivent :

  • Sybil Costière et Erwan Costière des jeunes qui réus­sissent et qui aiment l’argent ce seront les seuls person­nages qui seront anti­pa­thiques tout au long du roman
  • Stanis­las Stevil­lano homme lettré et homme de goût.
  • Adrien Le Chate­lard avocat et Chris­tina Le Chate­lard ne dit rien (leucé­mique ?) mais attire le regard de tout le monde créera le roman par sa super­sti­tion : jamais 13 à table.
  • Marie Do « minique » dit tout ce qu’elle pense femme de Stanis­las odieuse et sympa­thique à la fois
  • Stanis­las raté du quai d’Orsay
  • José­phine appar­te­nant au monde des médias « toujours prête à aider les puis­sants dans le besoin en authen­tique petite sœur des riches »
  • Dandieu acadé­mie fran­çaise et son épouse biolo­giste
  • Sonia la bonne maro­caine sympa et pas du tout la beurette de service qui ne s’appelle pas Sonia mais Oumeil­kheir.

Le repas va être mouve­menté !

Critique du monde

Pierre Assou­line ne cesse de tour­ner autour de la table, pour nous offrir une savou­reuse et cruelle gale­rie de portraits. Voici Sybil Corbières, person­nage insi­gni­fiant, abon­née à la chirur­gie esthé­tique : « Elle était ainsi faite et refaite que même ses cordes vocales sonnaient comme un piano accordé de la veille. » Voici Dandieu, l’écrivain, membre de l’Académie fran­çaise, qui se garga­rise de phrases creuses : « Il se voulait si répu­bli­cain qu’il se disait laïque et obli­ga­toire tout en regret­tant de ne pouvoir être égale­ment gratuit. » Et Marie-Do, l’épouse de l’ambassadeur au placard, « celle qui dit tout haut ce que tout le monde n’osait même pas penser plus bas, encore que la bassesse soit égale­ment parta­gée ». Quant à maître Le Chate­lard, spécia­liste des divorces (« Il avait le génie de la sépa­ra­tion »), c’est un bavard impé­ni­tent. À écou­ter les silences de son épouse, « on compre­nait vite qu’elle avait plusieurs fois divorcé de lui sans même qu’il s’en aper­çoive ».

Le cruel Assou­line n’y va pas avec le dos de la cuillère. Par moments, il donne l’impression de forcer inuti­le­ment le trait. Les convives, à deux ou trois excep­tions près, méri­te­raient d’être jetés par la fenêtre, alors que la char­mante – trop char­mante ? – Sonia, alias Oumel­kheir Ben Saïd, nous éblouit par sa finesse. Elle n’est pas spécia­liste du cous­cous, mais termine une thèse de docto­rat à la Sorbonne sur un mouve­ment archi­tec­tu­ral assez complexe qui s’était épanoui en Europe au début du XVIIIe siècle…

Ce monde n’est pas le sien, mais, à force de l’observer, elle en connaît les codes et les usages. Ayant « le goût des autres », elle n’arrive pas à détes­ter cette faune. Quoique née à Marseille, elle restera toujours en France « une invi­tée ». Comme les juifs, fina­le­ment, remarque Pierre Assou­line : ils ont derrière eux un tel passé d’exclusion, de persé­cu­tion et de noma­disme « que ce sont eux, les invi­tés perma­nents, en dépit des appa­rences »… Le titre du roman, qui parais­sait bien banal, prend soudain une autre dimen­sion.

5
L’écriture est extra­or­di­naire, j’ai été envou­tée par ce livre, on retrouve l’Espagne du début du 20e siècle, ses violences, l’obscurantisme, les croyances reli­gieuses et la condi­tion des femmes. On pour­rait avoir un livre aux accents complè­te­ment déses­pé­rés les histoires sont toutes plus tragiques les unes que les autres (par exemple « l’ogre » qui viole et tue des enfants) mais grâce au style de Carole Marti­nez, on peut tout lire, ce qui ne veut pas dire tout accep­ter. C’est vrai­ment un beau livre que j’ai décou­vert grâce à mon club de lecture et qui depuis a gagné neuf prix litté­raires.

Citations

Un dimanche, la mère surprit ces œillades et, de retour chez elle, la jeune fille fut giflée.
- Tes yeux ne doivent voir que le padre ! Hurla Fran­cisa.
- Pour­quoi ? lui demanda la future fian­cée.
- Parce qu’il porte des jupes, conti­nua sa mère en larmes. Si quelqu’un surprend ton manège, on te pren­dra pour une fille perdue, on ira racon­ter que tu te donnes, que tu écartes les jambes quand on te paye et alors plus personne ne voudra de toi. Pense à la grand Lucia qu’on couche dans tous les buis­sons, qu’elle le veuille ou non, tout ça parce qu’on l’a vue se retour­ner pendant la messe vers celui auquel on l’avait promise.

La Maria privi­lé­giait l’hygiène, la Blanca, la magie. L’une repré­sen­tait l’avenir, la science ; l’autre le passé et ses forces obscures bien­tôt oubliées. Situées chacune à un bout du temps, en regard de part et d’autres du moment présent, ces deux femmes ne se parlaient jamais direc­te­ment. Seule l’une des deux était présente lors d’un accou­che­ment. Pour­tant, quand la chose se présen­tait mal, elle faisait appe­ler l’autre. Alors, sans s’adresser un mot, les deux femmes agis­saient de concert et il était bien rare qu’elles ne sauvent pas la mère, car toutes les deux contrai­re­ment à un bon nombre de celles qui les avaient précé­dées, faisaient passer la vie de la femme avant celle de son enfant et c’était sans doute sur cet accord silen­cieux que se fondait leur entente.

Cette fois, elle ferma les volets, couvrit le miroir, ce piège à âmes, arrêta l’horloge … Elle venait faire un mort.

En cousant les linceuls, on regretta le curé et l’église. Les maigres discours des anar­chistes loque­teux ne valaient pas la pourpre des rituels catho­liques, ils ne pouvaient promettre à ces hommes tombés pour la cause le moindre au-delà ! Les adieux prenaient un carac­tère défi­ni­tif et déri­soire.

Depuis le premier soir et le premier matin, depuis la Genèse et le début des livres, le mascu­lin couche avec l’Histoire. Mais il est d’autres récits. Des récits souter­rains trans­mis dans le secret des femmes, des contes enfouis dans l’oreille des filles…….Ce qui n’a jamais été écrit est fémi­nin.

5
J’ai ri et en rit encore, c’est plus qu’un coup de cœur c’est le coup de cœur des coups de cœurs et toutes mes amies de notre club de lecture étaient bien d’accord avec moi. Tout est parfait dans ce livre l’écriture la struc­ture roma­nesque et la gale­rie des portraits. Un noir du Congo raconte sa vie et sa sépa­ra­tion avec la mère de sa petite fille dans le Paris d’aujourd’hui. Le style de Maban­ckou est vrai­ment savou­reux, j’aurais pu tout reco­pier , il faut lire de toute urgence ce livre, et comme moi je suppose que vous n’oublierez pas le « fesso­logue » de sitôt !

Citations

… Ce groupe fait la pluie dilu­vienne et le beau temps là-bas… C’est pour ça qu’à la diffé­rence de notre Arabe du coin, moi je respecte les Chinois et les Pakis­ta­nais. Ce sont de braves types à qui on colle injus­te­ment la mauvaise répu­ta­tion qu’ils se démènent ou restent cois alors qu’ils ne font de mal à personne…

Le jour on inven­tera des tams-tams sans bruit, beau­coup de vieux nègres perdront leur raison de vivre…

2
L’auteur nous fait décou­vrir la famille de Roth­schild à travers le portrait de la baronne Betty peint par Ingres en 1848. C’est l’occasion pour l’auteur-historien de faire revivre une époque et aussi de témoi­gner de l’antisémitisme fran­çais. Il s’amuse aussi à faire des bons mots et à répé­ter ceux qui ont fait sourire le tout-Paris de cette époque. Je n’ai pas trop aimé le livre mais il faut avouer que je n’ai que peu d’intérêt pour la famille de Roth­schild.

Citations

On croit toujours qu’on dispose de beau­coup de temps devant soi quand on se souvient qu’on en a beau­coup derrière

Funèbre, la pompe n’en est pas moins mondaine

Elle paraît en forme, preuve que la méchan­ceté conserve. On hési­te­rait à lui arra­cher son masque de crainte qu’il ne cache rien.

Au fond, si nous avions dû bannir les anti­sé­mites de nos maisons, dîners et bals auraient eu lieu en petit comité.

… ne pas oublier que les gens ne vous pardon­ne­ront jamais le bien que vous leur avez fait. C’est là une constante de la loi d’ingratitude… Un bien­fait ne reste jamais impuni

… elle lui lança « Monsieur vous êtes ivre » qui se voulait cinglant, à quoi il répli­qua aussi­tôt d’un ton placide : « et vous madame, vous êtes laide, mais moi au moins demain je serai sobre »

Mais en vérité les Anglais ne sont pas froids ils sont lents. Il leur faut plus de temps qu’aux autres pour ressen­tir la même chose qu’eux. L’Anglais est ému à retar­de­ment.