Édition du sous-sol paru en août 2023

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel Guedj

Oh là là ! quel roman ! À vous dégoûter de mettre un pied sur un bateau . Si vous vous embarquez dans ce roman de 370 pages, sachez que vous connaîtrez le pire des éléments naturels et le pire des conduites humaines. J’ai lu plusieurs avis positifs dont celui de Claudia-lucia . Puis bien d’autres que j’ai oublié de noter : Sandrine et Kathel très récemment. David Grann a fait un travail colossal pour écrire un roman qui décrit les difficultés de la navigation au XVIII° siècle sur un bateau de la Navy, la rudesse de la nature dans l’extrême sud du Chili, la violence des hommes qui font naufrage et qui pensent mourir de faim sur une île inhospitalière, enfin la complexité de la justice britannique pour les marins qui ne sont pas restés sous les ordres de leur capitaine. Mais avant tout cela, on assiste à la façon dont les bateaux sont préparés, armés et équipés d’hommes qui sont loin d’être volontaires pour monter à bord de ce qui est pire qu’une prison car on ne peut jamais s’en échapper. La vie sur les bateaux est un véritable enfer, la promiscuité des hommes d’équipage est inimaginable, et quand les éléments se déchaînent alors les marins n’ont plus de mots pour décrire ce qu’ils doivent supporter ; rappelons que pour cette expédition

Sur les presque deux mille hommes qui avaient pris la mer, plus de mille trois cents avaient péri – un tribu effarant, même pour un périple aussi long.

La façon dont a été préparée cette expédition est en grande partie responsable du naufrage, surtout le recrutement des marins. Comme personne n’est vraiment volontaire, les recruteurs écument les campagnes, les prisons et même les hôpitaux. Ainsi des hommes malades et invalides seront embarqués de force sur les bateaux. Évidemment, ces mêmes malades mourront en grand nombre par les différentes maladies qui s’abattent sur les bateaux qui font de très longues traversées, la plus terrible d’entre elle, le scorbut, dont on ne connaissait pas, à l’époque, l’origine.

Les descriptions des tempêtes australes sont très réalistes (et comme il y en a beaucoup un peu répétitives) enfin le naufrage sur une île déserte et balayée par les vents termine cette navigation dantesque. Là encore les marins ont continué à subir la loi de la Navy et doivent obéissance au Capitaine Cheap, mais la faim et le caractère violent de certains marins – il ne faut pas oublier que plusieurs d’entre eux avaient été recrutés en prison- ont fait voler en éclat les beaux principes de la marine anglaise.

Il existe pourtant des populations qui vivent dans ces régions inhospitalières. En particulier des « Nomades de la mer » les Kawésquar qui vivent sur des canoë à fond plat menés par des femmes. Ils résistent au froid en s’enduisant le cops de graisse et en utilisant des fourrures de bêtes pour se couvrir. Ils viendront en aide aux naufragés mais peu de temps car ces indiens se méfient des populations blanches qui les ont exterminés ou réduits en esclavage.

Enfin un homme arrivera à mener une mutinerie et à s’enfuir par le passage de Magellan . C’est sa version qui fera autorité tant que l’on croie le capitaine mort. Mais celui-ci reviendra trois ans plus tard après une incarcération par les espagnols. Personne ne sera jugé coupable par le tribunal car personne n’a vraiment intérêt à faire la lumière sur ce naufrage. Ni les autorités anglaises qui ne veulent plus entendre parler de cette expédition qui a été trop lourde en pertes humaines, Ni ceux qui ont peur d’être traités de mutins et donc être pendus, ni le capitaine Cheap qui n’a pas non plus la conscience tranquille car il a tué un de ses marins .

 

Le travail de recherche de cet auteur est absolument colossal et son souci d’objectivité remarquable mais cela rend le récit très fouillé donc répétitif . C’est pourquoi j’ai une petite réserve, je dois avouer qu’il m’est arrivé de lire en diagonal certains passages.
Je pense que tous les amoureux de navigation, et ils sont nombreux autour de moi sur la côte d’émeraude, seront ravis de lire ce roman.

 

Extraits

Début.

 Chaque membre de l’escadre embarqués à bord avec un coffre de marine est le poids de son histoire intime : chagrin d’amour, peine de prison passer sous silence, femme enceinte éplorée laissée sur le carreau. Ou encore soif de gloire et de richesses, peur de la mort.

J’adore cette image et ce portrait.

Cheap semblait ne pas avoir d’avenir sur la terre ferme, incapable de naviguer par-delà les hauts-fonds inattendus de la vie. Mais juché sur la dunette d’un vaisseaux de ligne britannique, croisant sur les vastes océans, coiffé d’un bicorne et armé d’une longue-vue, il débordait d’assurance avec, diraient certains, un soupçon d’arrogance.

L’équipage.

 L’équipage comptait au minimum un homme noir  » John Duck, esclave affranchi originaire de Londres. La British Navy défendait le commerce des esclaves, mais les capitaines en manque de marins expérimentés enrôlaient souvent des hommes noirs et libres. Quoique la société d’un bateau ne fût pas toujours aussi soumise à la ségrégation que sur la terre ferme, il s’y exerçait une discrimination omniprésente. Et sur Duck, qui n’a laissé aucun écrit, pesait une menace dont nul autre n’avait à s’inquiéter : s’il était capturé outre-mer, il risquait d’être vendu comme esclave.
 Il y avait également à bord des dizaines de très jeunes mousses dont certains n’avaient peut-être pas plus de six ans qui s’entraînaient à devenir marins ou officiers, et de vieux bonshommes fléchissement : le cuisinier Thomas Maclean avait dans les quatre-vingts ans.

Dicton pour parler d’un pendu.

Il était monté à la ruelle de l’échelle, descendu dans la rue du Chanvre.

Le cap Horn.

Au fil des ans, des marins se sont efforcés de trouver un nom adapté à ce cimetière marin aux confins de la Terre. Certains l’ont appelé le « Terrible », d’autres « la route des hommes morts » . Rudyard Kipling l’a surnommé « la haine aveugle du Horn ».
David Cheap étudia de près les cartes sommaires dont il disposait. Les noms des autre sites de la région n’étaient pas moins effrayants : l’île de la Désolation. Le port de la Famine. Les rochers de la Tromperie. La baie de la Séparation des amis.

Sur les flots déchaînés.

 Chaque fois que le Wager franchissait une vague, Bulkeley sentait le navire dévaler une avalanche liquide comme précipité dans un gouffre privé de lumière. Il ne distinguait qu’une montagne d’eau derrière lui, et devant lui, une autre montagne non moins terrifiante. La coque basculait d’un bord à l’autre, piquant parfois si fortement du nez que les vergues plongeaient sous l’eau tandis que les gabiers tout en haut s’agrippaient aux cordages comme des araignées à leur toile

Les Kawésquars.

 Des explorateurs européens déconcertés de découvrir des populations capables de survivre dans les environs et cherchant à justifier leurs attaques brutales contre ces groupes d’indigènes, traitaient souvent les Kawésquars et les autres peuples aux canoës de « cannibales » mais il n’existe aucune preuve de leur anthropophagie. Ces habitants avaient conçu quantités de moyens de puiser leur subsistance de la mer. Les femmes qui se chargeaient de presque toute la pêche, attachaient les patelles à des tendons longs comme des cordes et les lâchaient dans la mer, en attendant de pouvoir remonter une proie d’un coup et l’attraper à la main

30 Thoughts on “Les Naufragés du Wager – David GRANN

  1. Je note ta réserve, importante pour moi que les récits maritimes peuvent ennuyer. Il vaut sûrement le coup quand même mais ça tempère mes attentes.

  2. keisha on 28 mars 2024 at 08:15 said:

    Oui, ce bouquin a du succès mais il m’attend (enfin!) à la bibli. j’espère aimer beaucoup. Mais actuellement je lis pas mal de livres avec temp^tes et naufrages, je dois m méfier!

  3. Je n’ai même pas été frappée par les répétitions que tu notes, pour un peu j’aurais même trouvé le livre trop court ! ;-) Et quel travail documentaire, c’est impressionnant !

  4. Je me suis laissée totalement embarquer par ce livre. Il est écrit comme un roman d’aventure. Le passage que tu cites sur le recrutement des marins est tragiquement drôle. David Grann démystifie complètement l’histoire maritime. J’ai adoré son approche historique, son style d’écriture et j’ai été bluffée par son minutieux travail de recherche.

  5. Ton incipit m’a fait bien sourire mais je vois que tu l’as finalement, et malgré ta petite réserve, finalement tout de même apprécié.

  6. C’est un récit vraiment prenant que j’ai beaucoup apprécié (même si, comme toi, la succession des descriptions de tempêtes m’a un peu lassé). Sans doute est-ce pour cela que je lui ai préféré La note américaine, du même auteur

  7. Pas trop répétitif pour moi, je crois que j’adore les tempêtes… dans les livres bien sûr car je ne m’embarque sur le bateau de mon cher et tendre que sur une mer d’huile pour faire des ronds dans l’eau en baie de Lannion :-)

  8. Très envie de l’offrir à mon père qui aime les romans historiques.

  9. Bonjour Luocine, ah oui, quelle histoire! La vie des marins n’était pas de tout repos. Sinon, je suis assez d’accord sur tes réserves. C’est un peu trop factuel. On ne ressent pas beaucoup d’empathie pour les personnages. C’est un monde d’hommes brutal. Bonne journée.

  10. Je n’aime pas trop les histoires de navigation, alors je me tiens encore à distance de ce roman. J’y viendrai peut-être un jour, mais il vaut mieux que je me tourne vers « la note américaine » qui fait aussi quasiment l’unanimité.

  11. les avis dans l’ensemble sur ce récit sont très positifs, je comprends ton impression, pour avoir lu ce type de livre effectivement si l’auteur veut être complet et juste il y a des redites
    je l’ai mis dans ma PAL pour dans quelques mois quand j’aurai un peu épuisé mes lectures actuelles

    • J’explique un peu plus : les tempêtes sont dantesques, mais le problème c’est que quand il y a plusieurs tempêtes à se suivre, les effets sont connus et les mots semblables, c’est pour ces raisons que j’ai éprouvé une impression de répétition à propos d’un excellent roman.

  12. Dès qu’il sort en poche je me jette dessus !

  13. J’ai survoler ton article, je l’avoue, parce que je suis certaine qu’il va passer entre mes mains. Je vois que les quatre étoiles correspondent à une petite réserve qui j’espère ne me gênera pas trop. Mais j’aime trop les tempêtes et la mer pour résister au plaisir du récit.

    • je mets toujours une réserve quand je remarque que parfois je survole des passages d’un roman , tu me diras si ton attention est restée toujours en éveil dans ce roman qui reste un très bon roman pour moi.

  14. Tout le monde le lit ce livre. Il va falloir que je m’y mette.

  15. Je vois ce roman partout, il semble incontournable, d’autant que tous les avis sont positifs. Il est aussi à la bib de St Lu. Et vu que je participe au challenge book trip en mer de Fanja, je vais peut-être finir par m’embarquer dans ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation