20161127_093233Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk NEUHOFF. Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thè­que de Dinard

3
Décep­tion ! Que je veux aussi parta­ger avec vous car j’avais noté ce roman dans un blog, mais lequel ? Le début m’a accro­chée, car je ne peux imagi­ner cette conduite : une femme, de 70 ans envi­ron, propose à un homme du même âge qu’elle connaît sans s’être jamais rappro­chée de lui, de parta­ger ses nuits. Je trouve que c’est d’une audace inima­gi­nable, autant je peux croire qu’on invite une personne à parta­ger des moments dans la jour­née mais les nuits ? Alors, sans aucune hési­ta­tion, je suis partie dans la vie de ces deux auda­cieux person­nages. Et j’ai aimé que leurs deux exis­tences n’aient rien d’audacieux, bien au contraire, cadres moyens d’une petite ville de province, ils se découvrent l’un l’autre dans une vie faite surtout de frus­tra­tions et de coups du destin. Et puis la fin gâche vrai­ment tout, cette femme qui s’en fiche du « quand dira-t-on » est inca­pable de résis­ter à son taré de fils qui a déjà fait le malheur de sa femme et de son fils.

Alors évidem­ment le roman m’a agacée, je ne cher­chais pas un happy-end mais à ce que les person­na­li­tés se tiennent un peu plus que ça. J’ai revi­sité alors ma lecture et je me suis rendu compte que beau­coup de détails ne fonc­tion­naient pas pour moi. Pour­quoi ne vient-elle jamais chez lui ? Pour­quoi n’en parlent-ils pas à leurs enfants et qu’ils laissent la rumeur arri­ver jusqu’à eux ? Mais il faut sans doute passer au-dessus de tout cela, pour décou­vrir que l’Amérique sous des allures de pays de la liberté est, du côté des mœurs, un pays étroit et mesquin. Et je rajoute que j’ai été toute seule à avoir des réti­cences par rapport à cette histoire qui a beau­coup plu aux membres du club qui lui ont donné un coup de cœur à l’unanimité moins une voix : la mienne.

Citations

Lorsque j’ai cru beaucoup aimer ce roman

Ça fait trop long­temps que nous sommes sans personne. Des années. La compa­gnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me deman­dais si vous accep­te­riez de venir dormir avec moi certaines nuits. Non, il ne s’agit pas de sexe… Je parle de passer le cap des nuits. Et être allon­gés au chaud sous les draps de manière complice.

24 Thoughts on “Nos âmes la nuit – Kent HARUF

  1. Peut-être es-tu la lectrice la plus exigeante de ton club de lecture :-) En tout cas, je te rejoins : une bonne histoire ne suffit pas, il faut aussi la cohé­rence psycho­lo­gique et la consis­tance des person­nages.

    • Non je ne crois pas. Mes co-lectrices sont souvent plus perti­nentes que moi. Pour ce roman , elles ont comme moi, aimé la plon­gée dans l’Amérique ordi­naire d’une petite ville comme on les imagine. Que cette femme se laisse priver de son bonheur par son fils leur a semblé normal, alors que moi j’y ai vu une contra­dic­tion qui rendaient les person­nages invrai­sem­blables.

  2. Bon, il te reste à lire son premier roman, tiens !

  3. C’était sur le blog de keisha, il me semble, et son article m’avait donné sacré­ment envie…

  4. Ah toi de te faire une opinion . Le rôle de l’homme est tota­le­ment inexis­tant. Il n’a aucune person­na­lité mais il accepte d’être le passe-temps des nuits de madame.

  5. La fin m’a rendue triste pour eux, mais ne m’a pas gâché le plai­sir de cette très jolie histoire. A la fin, elle cède à son fils par amour pour son petit-fils, cela peut se comprendre… J’ai très envie de lire d’autres titres de cet auteur.

    • Et elle laisse tomber son jouet qu’elle a mis elle même dans son lit. Ce n’est pas grave il ne se plaint pas , il faut dire qu’il existe si peu.

  6. Ah dommage, jusqu’à présent j’avais lu plutôt des avis posi­tifs. Je l’emprunterai à la biblio­thèque quand je pour­rai.

  7. Tiens, j’adore quand tu vas à contre-courant. Du coup, j’ai très envie de le lire pour me faire ma propre opinion !

  8. Je vois que la fin t’a autant agacée que moi !

  9. un sujet qui me laisse de marbre :-)

    • l’intérêt c’est de parta­ger la vie de la classe moyenne éduquée améri­caine, sinon pour moi le sujet ne tient pas la route à cause de la fin.

  10. Je n’aurais pas dépa­reillé dans ton club car ça a été un coup de cœur pour moi aussi ;)

  11. dommage, avec un si beau thème :-)

  12. Merci pour ce petit article perti­nent. Comme quoi l’audace ne mène pas toujours à tout !

  13. et non, pas à faire un bon roman , à mon avis.

  14. roh zut ! j’allais le lire mais comme je sors d’une demi-décep­tion, je vais attendre, je crois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation