http://ecx.images-amazon.com/images/I/41SVk6eN7vL._SS500_.jpg

4
Depuis « Où on va papa » on sait que Jean-Louis Four­nier peut nous faire sourire des plus terribles des tragé­dies de la vie. Il écrit ce livre après la mort de celle qu’il a aimée pendant quarante ans. Il réussi son pari : faire revivre une femme qu’on aurait envie de mieux connaître et sans doute, parvient-il à un peu moins souf­frir en la rendant si présente. Il réus­sit cela à sa façon en nous faisant sourire et rire parfois aux éclats .

Je vous recommande pour les soirées de morosité le formulaire de satisfaction du crématorium du cimetière du Père-Lachaise

J’ai reçu un ques­tion­naire du créma­to­rium du Père-Lachaise, ils veulent savoir si j’ai été satis­fait des pres­ta­tions. Je dois mettre des croix dans les petites cases , de « insa­tis­fai­sant » à « très bien » . on demande aussi mes obser­va­tions et mes sugges­tions. Tout est passé en revue, l’accueil, la cour­toi­sie, le choix des textes, le choix des musiques. Il y a aussi un service trai­teur. À la rubrique « sugges­tion » , je vais propo­ser un barbe­cue géant.

Et une petite citation une phrase que je crois très vraie

Un bon souve­nir, c’est comme une bonne bouteille , il ne faut pas le boire seul.

Un brin d’humour

J’invite des veuves à déjeu­ner à la maison. Monsieur Picard est la provi­dence du veuf, je dégèle des petits plats pour réchauf­fer les veuves. On parle de nos conjoints qui n’avaient que des quali­tés parce que, c’est bien connu, ce sont les meilleurs qui partent en premier. On est quelque fois gênés d’être encore là.

On en parle

Moi clara et les mots, par exemple mais je pense qu’il y a beau­coup de beaux billets sur ce merveilleux petits livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation