SONY DSC 3
J’ai lu chez Jérôme une critique d’un roman que j’ai eu très envie de lire « Concerto pour la main morte », ma média­thèque ne l’a pas encore reçu mais cela m’a permis de décou­vrir avec grand plai­sir (surtout au début) celui-ci , dont le sujet est : Paris lors de la construc­tion de la tour Eiffel. Cela me donne encore plus envie de lire les autres romans de cet auteur qui dégage une grande éner­gie posi­tive. Si j’ai bien aimé ce roman, je ne sais pas si d’autres l’aimeront. Ce qui m’a plu c’est le talent avec lequel Olivier Bleys fait vivre Paris en 1889. Malheu­reu­se­ment, les diffé­rentes intrigues, senti­men­tales et poli­cières sont moins inté­res­santes. Encore que.… si on accepte d’y voir un pastiche des romans d’aventure de la fin du XIXe et du début du XXsiècle, on pren­dra un certain plai­sir. On retrouve, en effet, du Roule­ta­bille et du Arsène Lupin dans les person­nages d’Armand et de son ami Odilon.

La construc­tion de cette tour, si symbo­lique de notre capi­tale et de la France, fut l’objet de bien des contro­verses et même de haine. Les artistes la trou­vaient le comble du mauvais goût et signèrent moult péti­tions pour qu’elle ne sorte pas de terre ou au moins qu’elle soit démo­lie après l’exposition univer­selle de 1900. Si Maupas­sant venait déjeu­ner au deuxième étage, ce n’était pas tant pour profi­ter de la vue, mais plutôt selon ses propres mots  « parce que c’est le seul endroit de Paris où la vue n’est pas gâchée par la Tour ».

La France se remet de la guerre de 70 et de la Commune, une partie de la popu­la­tion est dans une misère terrible. Ainsi de multiples petits métiers pour éviter de mourir de faim fleu­rissent dans la capi­tale, du vendeur d’asticots, à la trieuse de crotte de chien, au récol­teur et vendeur de toiles d’araignées, tout ce monde regarde avec scep­ti­cisme cette tour de 300 mètres de haut s’élever au dessus de leur ville.

L’intrigue étant un peu faiblarde le roman semble parfois un prétexte pour nous apprendre des petits détails de la vie au début du siècle. C’est une recons­ti­tu­tion vivante et enle­vée, bien dans un esprit fran­çais,. Je l’ai lu comme je regarde ma série culte : Mad-Men, non pour l’intrigue mais pour l’exactitude des détails. Saviez vous qu’à l’époque les Bretonnes vendaient leurs cheveux pour embel­lir « les cocottes » de la capi­tale. Aujourd’hui ce sont les Chinoises ou les Indiennes, la pauvreté a changé de conti­nent !

Citations

Portrait d’un homme petit uniquement par la taille

Au premier coup d’œil on était frappé par sa petite taille , aggra­vée encore par la vous­sure des épaules : sans être un phéno­mène d’allongement, Armand le passait d’au moins une tête – ce qui lais­sait Eiffel, pour­tant en chapeau, à la hauteur de son ster­num. Par quel hasard un homme si court combi­nait-il des édifices si impor­tants ? Le viaduc de Gara­bit, celui de Porto, à présent la tour de 300 mètres ! » Il compense … » , supposa le garçon. 

Les inventions

Alors c’est ça votre télé­phone ? lançait Armand quand se mani­fes­tait l’étrange appa­reil. Il sonne et vous répon­dez ? Un valet fait de même ! »

J’aime cette phrase, on dirait un sujet du bac

La science a besoin d’intuition, comme l’art a besoin de disci­pline.

Je me souviens d’une sortie analogue d’Umberto Ecco à propos du téléphone portable

Alors c’est ça votre télé­phone ? lançait Armand quand se mani­fes­tait l’étrange appa­reil. Il sonne et vous répon­dez ? Un valet fait de même ! »

Voir le sommet de la tour

La diffé­rence entre l’homme et l’animal n’est pas seule­ment que le premier va debout quand le seclnd va sur quatre pattes, elle est aussi que l’homme scrute le ciel quand la bête regarde la terre.

Méthode de construction

Suivant la méthode Eiffel, chaque pièce était présen­tée avec les trous déjà percés et deux tiers des rivets posés, tel un élément de Meccano qu’il suffi­sait de mettre en place et d » assu­jet­tir, et qu’on pour­rait pareille­ment démon­ter. Grâce à la rela­tive légè­reté des poutres – aucune ne dépas­sait trois tonnes-, quelques heures et quelques hommes suffi­saient à l’opération. Ce chan­tier tita­nesque, rival pour les dimen­sions de celui des pyra­mides, ne devait jamais réunir plus de deux cent cinquante ouvriers.

Petits détails

Armand jouait avec les usten­siles posés sur la coif­feuse : les chignons postiches, les bandeaux, les rouleaux, les fausses nattes en vrais cheveux de Bretonne…
Une superbe réali­sa­tion de Gustave Eiffel le pont de Garabit

15 Thoughts on “Le Fantôme de la Tour Eiffel – Olivier BLEYS

  1. Je l’ai lu quand il est sorti en poche, j’avais beau­coup aimé !

  2. » le roman semble parfois un prétexte pour nous apprendre des petits détails de la vie au début du siècle » : c’est ce que je n’aime pas dans les romans histo­riques ratés et qui m’a agacée dans celui-ci. De longs tunnels didac­tiques plombent le reste malheu­reu­se­ment…

  3. Je retiens plutôt celui qui était conseillé par Jérôme.

  4. « parce que c’est le seul endroit de Paris où la vue n’est pas gâchée par la Tour ». Valable aussi , plus tard, pour la tout Mont­par­nasse
    Psst c’est Gara­bit

  5. Je vais corri­ger mais en ce moment je n’ai que mon télé­phone ce n’est pas toujours facile.

  6. Pas lu celui-là mais j’aime beau­coup cet auteur. Je te conseille « Haut Vol », son dernier roman, excellent lui aussi. Et il en sort un nouveau fin août ;)

  7. Ce sont tes conseils qui m’ont conduite vers cet auteur. Les remarques de Sandrine me semblent très justes, sans que cela ne m’enlève le plai­sir de lecture.

  8. J’ai bien aimé « concerto pour la main morte », alors pour­quoi ne pas pour­suivre par celui-là

  9. Il a écrit beau­coup de romans, je vais noter son nom et je verrai si je le croise à la bibli ! J’aime bien l’histoire avec un grand H et évidem­ment Mad Men .. culte !

  10. Je vais lire d’autres livres de cet auteur , car semble-t-il celui-ci n’est pas son meilleur , et déjà j’ai bien appré­cié.

  11. Même s’il n’y a pas vrai­ment d’intrigue, je note car la période me passionne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation