20141014_114702

Traduit de l’anglais par Elisa­beth Peelaert

Livre critiqué dans le cadre du programme Masse Critique de Babelio.com
Un petit déjeu­ner complet ne se conçoit pas sans un bon roman. Livre criti­qué dans le cadre du programme Masse Critique de Babe​lio​.com

3
J’avais décidé de ne plus parti­ci­per à « Masse Critique » de Babe­lio depuis ma dernière décep­tion. Mais pour ce livre, je me suis lais­sée tenter. D’abord, parce que je n’avais pas à choi­sir, et que, de plus, cet auteur m’avait scot­chée avec « Enfant 44 « . Même si je n’ai pas été passion­née, je ne regrette pas ma lecture. Donc merci Babe­lio pour ce cadeau.

Dans mes blogs amis, je lis souvent des billets enthou­siastes à propos de thril­lers, j’aimerais que mon texte vous donne envie de lire celui-la pour savoir s’il s’agit d’un bon thril­ler, car je me sens incom­pé­tente en la matière. Le suspens me gêne pour la lecture si bien que je commence toujours par la fin pour lire tran­quille­ment le roman. Que les fans du genre se rassurent, je ne la dévoi­le­rai pas ! Je sais que cela consti­tue une grande partie de leur plai­sir.

Ce roman raconte de façon très détaillée un complot qui a abouti à la dispa­ri­tion d une jeune femme en Suède. Mia est une très jeune fille qui a été adop­tée par un couple de riches fermiers suédois. Très jolie jeune femme noire , elle est le centre d’intérêt et des ragots du petit village.

La personne qui a conscience que rien n’est normal dans cette dispa­ri­tion, c’est Tilde, la mère du narra­teur. Seule­ment voilà personne ne veut la croire et tout le monde la croit folle même son mari. C’est là que réside l inté­rêt du roman : montrer comment l’impression d’un complot est proche de la folie , quand on commence à voir des signes d’hostilité dans le moindre des compor­te­ments d’autrui, les lignes entre la folie et la raison deviennent floues.

Il est certain qu’être victime d’un complot doit donner à la victime des compor­te­ments para­noïaques, et l’inverse est vrai égale­ment, quelqu’un qui est para­noïaque peut lire tout compor­te­ment hostile comme une preuve du complot qui veut la faire taire. Le narra­teur a bien du mal à démê­ler les fils de l’histoire qui a tant perturbé sa mère. Et la façon dont celle-ci essaye de se raccro­cher de toutes ses forces à la chro­no­lo­gie pour convaincre son fils est très émou­vante.

Si lire ce roman sans en connaître la fin, permet­trait de savoir si c’est un bon thril­ler, je ne peux pas répondre à cette ques­tion. Mais ce que je peux dire, c’est que ce roman analyse très bien les ressem­blances et la souf­france engen­drées par le fait d’être victime d’un complot ou par la folie. Un petit détail agaçant dans la typo­gra­phie, c’est la redon­dance des deux types de guille­mets pour les cita­tions.

Citation

Le poids des ragots dans le monde rural

Au sujet de cet enfant malheu­reux, il y aura des ragots. Ces ragots seront la plupart du temps des mensonges. Mais cela ne change rien, car lorsqu’on vit dans une commu­nauté qui croit à ces mensonges, qui les répète, ils deviennent réalité -pour toi et pour les autres. Impos­sible d’y échap­per, parce qu’il n’y a pas de preuve qui tienne. Il s’agit là de méchan­ceté, et la méchan­ceté se moque des preuves.

On en parle

Kitty la mouette (encore un oiseau de mer !), qui a beau­coup aimé.

12 Thoughts on “La ferme – Tom Rob SMITH

  1. J’ai lu « enfant 44 » sans être parti­cu­liè­re­ment enthou­sias­mée, mais je refe­rai volon­tiers un essai avec l’auteur.

  2. j’ai bien aimé Enfant 44 et je lirai celui là certai­ne­ment

    • Luocine on 24 octobre 2014 at 15:11 said:

      j ai préféré enfant 44.
      mais il y a des aspects inté­res­sants à celui-ci qu’on ne peut pas dévoi­ler sans donner des indi­ca­tions de l’intrigue .…

  3. Bonsoir Luocine, comme je n’ai pas beau­coup aimé Enfant 44, quelques faci­li­tés dans les péri­pé­ties de l’histoire, je passe. Bonne soirée.

    • Luocine on 24 octobre 2014 at 21:44 said:

      Curieu­se­ment je pense alors que ce roman pour­rait te plaire car il est diffé­rent de « Enfant 44 »

  4. J’aime ta façon de procé­der en commen­çant par la fin ;)
    Je ne suis pas du tout thril­ler, j’ai horreur du suspens et je déteste me faire peur quand je lis donc je vais faire l’impasse sans regret.

    • Luocine on 25 octobre 2014 at 08:25 said:

      Mais ce roman n’est pas qu’un thril­ler c’est aussi une réflexion sur la mala­die mentale en cela il est inté­res­sant

  5. J’avais adoré « Enfant 44 », pour celui-ci tu n’as pas l’air vrai­ment convain­cue ?

  6. Je viens faire un tour par ici…
    De l’auteur, j’ai lu et beau­coup aimé « Enfant 44 ».
    Celui-ci, je ne le connais pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation