Je ne sais pas, si un jour, je compren­drai pour­quoi les Améri­cains ont besoin d’écrire des énormes pavés et pour­quoi les Euro­péens se contentent de livres très courts sur des sujets tout aussi graves et impor­tants. Stépha­nie Hochet s’empare de la vie d’un Kami­kaze japo­nais. Un de ceux qui ont choisi le suicide comme mode de combat. Elle raconte très bien l’en­doc­tri­ne­ment de cette jeunesse japo­naise qui pensait servir la plus noble des causes : celle qui permet­trait aux valeurs du Grand Japon de domi­ner toute l’Asie au nom de l’Em­pe­reur repré­sen­tant de Dieu sur terre. Nous revi­vons l’en­fance et la forma­tion mili­taire d’Isao Kaneda, beau­coup de choses sont dites en peu de pages : son éduca­tion par une grand-mère issue d’une famille de Samou­raïs et qui place l’hon­neur du Japon au-dessus de toutes les autres valeurs. Puis l’exal­ta­tion mili­taire et l’embrigadement dans le corps des Kami­kazes . C’est très bien raconté mais je pense, comme souvent, quand un auteur non autoch­tone s’empare d’un phéno­mène qui nous est telle­ment étran­ger, que rien ne vaut un témoi­gnage même romancé écrit par un écri­vain du pays concerné. Dans la troi­sième partie , le kami­kaze atter­rit bien malgré lui dans une petit île coupée du monde. Cela nous vaut une réflexion sur ce que veut dire la civi­li­sa­tion, la version idyl­lique de la vie sur cette île para­di­siaque est brus­que­ment inter­rom­pue par un procédé très barbare de mise à mort pour des voleurs de nourriture.

Un roman agréable à lire et qui décrit bien l’état dans lequel devait être les Japo­nais qui accep­taient le sacri­fice suprême pour défendre les valeurs de leur pays. Je trouve que, par rapport à notre époque où des gens sont prêts à tuer et se faire tuer pour défendre leur concep­tion de la reli­gion qu’ils veulent impo­ser au monde entier, réflé­chir sur ce sujet est intéressant.

Citations

Début du roman

Je noue le « hachi­maki » au couleur de notre Japon éter­nel autour de mon casque. J’ai effec­tué ce geste avec lenteur et solen­nité, sans pensées sans émotions. Le froid dans mes veines, le temps s’est arrêté, je suis une fleur de ceri­sier pous­sée par le vent.
Ai-je le choix ? Ai-je eu le choix il y a un mois, quand nous avons été réunis par les offi­ciers au petit matin sur la base aéro­nau­tique ? Le soleil se levait, rond et rouge, l’image du drapeau impé­rial. Ils ont annoncé que notre esca­drille se portait volon­taire pour deve­nir des « Kiku­sui », des « chry­san­thèmes flot­tants ». C’est le nom poétique donné au sacri­fice d’un avion et de son pilote sur un navire ennemi. Pour être plus exact, ils nous ont demandé sans nous deman­der : « Ceux d’entre vous qui ne veulent pas donner leur vie pour notre grand empire nippon n’y seront pas forcés, qu’ils lèvent la main, ceux qui ne se sentent pas capables d’ac­cep­ter cet honneur. Qu’ils lèvent la main maintenant ! »
Nous étions prêts. Personne n’au­rait osé refu­ser la mission, aucun soldat japo­nais n’ar­ri­vera jamais à cette igno­mi­nie. Être volon­taire est le devoir du combat­tant. Il n’est pas en son pouvoir d’agir autre­ment. Et nous n’avions qu’une envie, être à la hauteur. Celui qui aurait levé la main aurait été vu comme un traître. En réalité, mes cama­rades et moi étions téta­ni­sée. À vingt et un ans, j’ai l’hon­neur d’ac­cep­ter de mourir pour l’empire du Grand Japon. Je dissi­mule le vertige qui me saisit.

La philosophie de sa grand mère qui l’a élevé

Grand-mère cite le « bushido » comme la source de l’es­prit de l’ar­mée. Se compor­ter avec courage, droi­ture, bien­veillance et poli­tesse était le credo du samou­raï. Ce combat­tant devait aussi mépri­ser la mort et choi­sir de se tuer dans certaines circons­tances. Envi­sa­geant sa fin avec déta­che­ment, le guer­rier devais choi­sir soigneu­se­ment le moment où ils allaient procé­der au « seppuku », agir comme s’il n’était déjà plus de ce monde. Elle citait un « bushi » célèbre : « La recti­tude est le pouvoir de prendre une réso­lu­tion selon une certaine ligne de conduite conforme à la raison, sans hési­ta­tion – mourir quand il est bon de mourir, frap­per quand il est bon de frapper. »

Phrase scandée en chœur par toute la classe

Monsieur le profes­seur, nous compre­nons le rôle primor­dial de l’empire du Grand Japon dans la libé­ra­tion des pays d’Asie de l’Est. Notre mission consis­tera à rendre aux peuples asia­tiques l’hu­ma­nité que l’Oc­ci­dent a flétrie, nous les libé­re­rons du poids de l’ex­ploi­ta­tion colo­niale. Un jour, grâce à l’ar­mée japo­naise, les peuples vivront en paix, dans la concorde et le respect de leurs traditions.

8 Thoughts on “Pacifique – Stéphanie HOCHET

  1. Je le note, celui-ci, parce que le sujet m’a l’air bien inté­res­sant. Tout ce qui a trait au Japon me passionne !

  2. En géné­ral les auteurs améri­cains creusent beau­coup plus le contexte socié­tal et histo­rique. Ça me paraît assez risqué en effet de se mettre à la place d’hommes d’une culture aussi éloi­gnée de la nôtre.

  3. un sujet inté­res­sant et cela fait bizarre que ce soit traité par une européenne

  4. Effec­ti­ve­ment, le sujet est inté­res­sant. Et le fait d’y réflé­chir via une époque et des lieux loin­tains pour nous est sans doute une bonne chose, au niveau de l’im­pact de nos réflexions.
    Comme toi, je ne comprends pas pour­quoi les améri­cains écrivent de tels pavés, qui me décou­ragent souvent. Et le pire, c’est que j’ai l’im­pres­sion que cela devient aussi de plus en plus une mode en France, notam­ment chez les auteurs de thril­lers. de mon côté, je préfère les livres assez courts, car ils sont concis et souvent plus percutants !

    • je partage complè­te­ment ton avis sur les romans trop longs mais je trouve du charme aux pavés Améri­cains . Comme quoi je ne suis pas à un para­doxe près en plus mon auteur fran­çais préféré c’est Marcel …Proust !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation