Édition les allu­sifs . Traduit du polo­nais par l’au­teure relu par Martin Gipet

Je dois cette lecture à Aifelle et je suis ravie d’avoir décou­vert cette auteure. On a tiré une pièce de théâtre de ce petit livre et je pense que la pièce devait être plus passion­nante que le livre. J’ai trouvé le texte trop court et il manque de la profon­deur à chacun des person­nages c’est plutôt un synop­sis qu’un roman ou qu’une nouvelle. Voici donc le sujet : une femme, enfant cachée de la guerre découvre que la meilleure amie de sa mère morte à Birke­nau lui a volé son manus­crit . Elle est deve­nue riche et célèbre. L’en­fant de la femme juive, ne veut qu’une chose se venger et elle est complè­te­ment habi­tée par cette vengeance. En moins de 60 pages, l’au­teure donne une idée des prota­go­nistes de ce drame qui s’avance inexo­ra­ble­ment vers une fin tragique , sauf que … la fin en forme d’épi­logue et de carte postal enlève (maladroi­te­ment selon moi !) le tragique de l’histoire.

Citation

Épeler son nom

Voulez-vous savoir comment je m’ap­pelle ? Voilà une ques­tion préli­mi­naire qui m’hor­ri­pile ! J’ai­me­rais vous répondre Marie Smith ou Stanis­lawa Gorka ou Rachel Néguev. En faisant un effort, je vous dirai mon vrai nom, Irena Gole­biowska. Si vous n’êtes pas slave, et cepen­dant honnête et bien inten­tionné, vous allez aussi­tôt me deman­der d’épe­ler ce nom barbare. Et cela va m’ir­ri­ter. On ne me deman­dait jamais cela en Pologne. C’est à des détails comme celui-ci qu’on s’aper­çoit qu’on est en exil. Après toutes ces années, de telles requêtes provoquent toujours chez moi une réac­tion presque paranoïaque.
(PS : pour habi­ter la France je sais qu’il n’y a pas besoin d’être étran­ger pour épeler son nom les Lozac’h bretons en savent quelque chose)

10 Thoughts on “Le mur entre nous – Tecia WERBOWSKI

  1. J’aime juste­ment ce coté court, qui en même temps en dit long entre les lignes. Et je suis fan de son écri­ture. Je compte pour­suivre avec cette auteure.

  2. Je l’ai noté aussi chez Aifelle, mais j’ai du mal à le trou­ver en librai­rie, il faudrait que je le commande. A moins que suite à ton avis, je décide de la décou­vrir avec un autre titre..

  3. keisha on 15 juin 2021 at 07:40 said:

    A propos de noms, mon arrière grand père est d’une fratrie de 8, les quatre premiers un s à la fin, les quatre derniers un t à la fin… Les parents étant illet­trés, on suppose que c’est la mairie la respon­sable. ^_​^

  4. Autant je ne suis pas fan des pavés, autant 60 pages cela me paraît court pour s’at­ta­cher aux person­nages etc !

  5. Moi, c’est ce que tu dis de la fin du texte qui fait que je ne vais pas le noter, quitte à décou­vrir l’au­teure avec un autre titre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation