20161024_141947Je signale que la photo est prise sur ma veste en gore­tex, soli­da­rité oblige ! Traduit de l’an­glais (Austra­lie) par Odile DEMANGE. Lu grâce au club de lecture de la média­thè­que de Dinard.

5
Je mets toujours 5 coquillages quand un livre me fait rire, c’est très rare et ça fait telle­ment de bien. Le thème du club ce mois-ci, était : « des livres légers qui font sourire ». Ce livre corres­pond exac­te­ment à cette défi­ni­tion, et comme beau­coup de livres qui nous font sourire et parfois (pour moi en tout cas) pouf­fer de rire, il est plus profond qu’il n’y paraît. La quatrième de couver­ture cite le ques­tion­naire que Don Till­mann met au point pour réali­ser « son Projet épouse », en bon scien­ti­fique, il a très bien balisé le terrain pour trou­ver la femme idéale.

Celle ci ne doit pas :

  1. fumer et boire
  2. être végé­ta­rienne et aimer la glace à l’abri­cot
  3. se lever après 6 heures.

Mais elle doit :

  1. faire du sport
  2. être ponc­tuelle
  3. accep­ter le système de Repas Norma­lisé qui prévoit du homard au dîner le mardi.

Mais voilà qu’une certaine Rosie qui fume qui est végé­ta­rienne qui n’a qu’un sens rela­tif des conven­tions et des règles vient trou­bler le quoti­dien de cet homme brillant mais tota­le­ment inapte à vivre en société. Tous les person­nages sont inté­res­sants et les situa­tions extrê­me­ment drôles. Graeme Simsion, n’écrit que du point de vue de Don, et donc à nous d’ima­gi­ner les réac­tions de ceux qu’une trop grande fran­chise peuvent pertur­ber. Don est un scien­ti­fique à la mémoire prodi­gieuse mais inca­pable instinc­ti­ve­ment de rela­tions sociales avec les autres humains et surtout d’im­pro­vi­sa­tion. Sa vie est donc entiè­re­ment prévi­sible et tout le temps qu’il gagne à faire très vite ce qui l’en­nuie, il le garde pour parfaire ses connais­sances scien­ti­fiques. Bien sûr cela ressemble à un compor­te­ment autiste et ses amis le poussent d’ailleurs à faire une confé­rence sur le syndrome Asper­ger, persua­dés sans doute qu’il se recon­naî­tra. Mais là n’est pas son problème, il est occupé à trou­ver une épouse et à aider Rosie à trou­ver son père biolo­gique. Il fait une confé­rence aussi sérieuse que peu conven­tion­nelle évidem­ment, devant un parterre de parents d’en­fants autistes et cela a peut-être été pour eux un formi­dable moment d’es­poir. En tout cas « les aspis » ont adoré !

J’ai beau­coup appré­cié que les person­nages secon­daires ne soient pas des cari­ca­tures plusieurs histoires s’en­tre­mêlent et elles ont toutes de l’in­té­rêt. J’ai vu souvent passer ce roman sur les blogs et je rejoins le chœur des avis posi­tifs. Si vous avez un petit coup de blues lisez ce théo­rème et vous retrou­ve­rez le sourire.

Citations

Un métier passionnant

Mon travail person­nel porte sur la prédis­po­si­tion géné­tique à la cirrhose du foie. Je consacre une grande partie du temps que je passe à la fac à saou­ler des souris.

Une honnêteté dure à supporter pour son entourage

Une femme au fond de la salle a levé la main. Concen­tré sur mon argu­men­ta­tion, j’ai commis une erreur sociale mineure que j’ai promp­te­ment corri­gée :

- Oui la grosse.… La dame en « surpoids » du fond ?
– Elle est restée silen­cieuse un moment et a regardé autour d’elle avant de poser sa ques­tion

L’avantage d’une veste en Goretex par rapport à une veste de laine imposée dans un restaurant chic

Ma veste en gore­tex « ce vête­ment de haute tech­no­lo­gie » qui m’avait protégé de la pluie et de tempêtes de neige, se voyait désor­mais, de façon tota­le­ment irra­tion­nelle, injuste et contre-produc­tive, désa­van­ta­geu­se­ment compa­rée à l’équi­valent en laine essen­tiel­le­ment déco­ra­tif de l’employé. J’avais payé la mienne mille quinze dollars, dont cent vingt dollars de supplé­ment pour la couleur jaune fluo dispo­nible sur option.

Don Tillman fait souvent des remarques très justes

Le cerveau humain est programmé pour se concen­trer sur les diffé­rences au sein de son envi­ron­ne­ment. Il faut qu’il puisse rapi­de­ment repé­rer la présence d’un préda­teur. Si j’avais des repro­duc­tions ou autres objets déco­ra­tifs, je les remar­que­rai pendant quelques jours et ensuite mon cerveau les igno­re­rait.

Réflexions sur les vierges qui attendent les fous qui tuent au nom d’Allah

Je trouve ça irra­tion­nel, ai-je remar­qué, de vouloir des vierges. Une femme ayant une certaine expé­rience sexuelle est certai­ne­ment préfé­rable à une novice

Un de mes éclats de rire : Don s’entraîne à la danse de salon dans son bureau à l’université

Je travaillais mes pas de danse quand Gene est entré dans mon bureau
– Il me semble que les statis­tiques de longé­vité reposent sur des mariages avec des femmes vivantes, Don.
Il faisait allu­sion au sque­lette que j’uti­li­sais pour m’en­traî­ner.

35 Thoughts on “Le Théorème du Homard ‑Graeme SIMSION

  1. Oh là, un roman prévu dans ma LAL depuis long­temps. Il y a une suite, tu le sais ?

    • comme je n’aime les séries que télé­vi­sées , je ne suis pas certaine de lire la suite. Mais je conseille forte­ment ce roman pour des moments de moro­sité.

  2. Certains passages sont effec­ti­ve­ment assez drôles…

  3. Lu et bien aimé aussi (pas fait de billet) !

  4. Je n’avais pas fait très atten­tion à ce roman ; avec ce que tu en dis je note. C’est si rare de lire avec un roman de nos jours ;-)

    • c’est vrai, le seul reproche qu’on peut lui faire c’est que le syndrome Asper­ger est souvent traité avec humour dans les romans c’est beau­coup moins drôle dans la vie.

  5. tu as bien raison, il est salu­taire de rire avec un livre

  6. Jamais vu ce livre ! Si tu dis qu’il est drôle, je le lirai si je le trouve à la biblio­thèque !

  7. J’ai lu telle­ment d’avis posi­tif que je l’ai acheté… Mais il traine dans ma PAL. visi­ble­ment, c’est plutôt réussi, et j’avoue que j’au­rai bien de rire un peu ces temps-ci ! Merci du conseil !

  8. Pas si souvent qu’on rigole oui, je note précieu­se­ment !

  9. Très rare aussi qu’un livre me fasse vrai­ment rire, je suis d’au­tant plus inté­ressé par celui-ci !

    • en plus l’éclat de rire c’est vrai­ment rare , je souris parfois , je savoure toujours l’hu­mour mais là j’ai souvent éclaté de rire

  10. Je ne sais pas si je lirai le livre, mais merci pour les cita­tions amusantes.

  11. Comme il est vrai qu’il n’est pas facile de (me) faire rire en litté­ra­ture. Alors tu te doutes bien qu’a­vec un article pareil, je regarde ce titre d’un oeil curieux.

  12. ouhhh tu m’in­trigues, je ne connais pas du tout ! Allons nous marrer !

  13. Oh diable, un « projet épouse », rien que ça ne donne pas envie de s’ap­pro­cher du monsieur :-D

  14. Bonjour Luocine, j’avais beau­coup appré­cié ce roman très amusant en effet et puis c’est dépay­sant. http://​dasola​.canal​blog​.com/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​2​0​1​4​/​0​4​/​1​4​/​2​9​5​2​3​8​9​4​.​h​tml Et je compte bien lire la suite. Bonne jour­née.

  15. Tes extraits sont drôles, c’est certain, mais je ne suis pas certaine de tenir l’hu­mour sur la longueur, je trouve que c’est un exer­cice de haute voltige que de parta­ger à éclat de rire à l’écrit. Tant mieux si cet auteur y arrive ! Mais, je dois être trop diffi­cile …

  16. delph on 20 novembre 2016 at 18:28 said:

    Hello Luocine,
    Ca donne super envie.…Mais, c’est un roman??..Ou doc?..J’arrive pas trop à savoir..Bises

  17. Oh, un livre léger, ça fait du bien. Je note tout de suite.

Répondre à Luocine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation