traduit de l’anglais par Isabelle Chap­man
Lu dans le cadre du club de lecture de ma média­thèque

3
Un livre très inté­res­sant sur un sujet qui ne m’intéresse abso­lu­ment pas : la presse à scan­dale anglaise. Mais après certaines révé­la­tions de la presse fran­çaise est-on si loin des tabloïds britan­niques. C’est un roman à deux voix , une jeune pigiste inté­res­sée seule­ment par les scan­dales que l’on peut lire à longueur de jour­nées dans la presse. Elle vit dans une galère abso­lue et court après tous les articles pour finir ses fins de mois. Elle a la surprise de se voir confier par une rédac­trice d’un jour­nal plus prestigieux,un article sur une jour­na­liste très très âgée qui méprise complè­te­ment la presse d’aujourd’hui.

Le roman permet de décrire tous les rouages de la presse et raconte très bien les diffi­cul­tés des jeunes à s’imposer dans ce monde sans pitié. Et à l’opposé la voix de la vieille femme qui a parcouru tous le siècle avec les horreurs qu’on connaît mais avec une culture qui est si loin des préoc­cu­pa­tions de la jeune Tamara venue l’interviewer. le choc de ces deux mondes donne lieu à des moments d’humour assez drôle.

L’intrigue est assez bien menée. Je pense que c’est impor­tant de lire un tel livre, mais je crois que les gens qui croient à la presse à scan­dale ne liront pas ce genre de roman , dommage ! Quant aux autres, les gens comme moi, on sait qu’on peut inven­ter n’importe quoi dans ces jour­naux et qu’à part le sexe et l’argent rien d’intéressant n’y est vrai­ment traité .

Inté­res­sant mais très triste sur l’état de notre société.

Citations

La vieillesse

Il avait eu un mouve­ment de recul inca­pable de dissi­mu­ler son dégoût Crai­gnait-il que la vieillesse ne soit conta­gieuse ? Elle pouvait le lui confirmer:elle l’était. La mort préma­tu­rée était la seule issue si on voulait l’éviter.

La culture de Tamara

Pour les amuse gueules, ça ira, recti­fia Tamara en son for inté­rieur. Hitler n’était pas Sina­tra, mais c’était quand même une célé­brité, d’une certaine manière. Au moins tout le monde avait entendu parler de lui.

Le directeur de rédaction

Il tenait de l’esquimau :il avait à sa dispo­si­tion cinquante mots pour dire non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation