http://ecx.images-amazon.com/images/I/41bQ4jjM3nL._SL500_AA300_.jpg

4
J’ai adoré ce roman. Et je ne peux pas douter de la réac­tion du club de lectrices. (et oui, nous n’arrivons pas à convaincre les Dinar­dais de nous rejoindre !) Ce roman a vrai­ment tout pour me plaire, une atmo­sphère : les lycées huppés de la Suisse dans les années 60, une intrigue bien fice­lée : la vente de l’établissement dirigé par deux sœurs qui sont « tout » l’une pour l’autre, les failles secrètes de chaque person­nage. Ce roman­cier que je ne connais­sais pas, a un vrai don, celui de créer une histoire à laquelle on croit. J’ai poussé un ouf de soula­ge­ment quand le profes­seur d’allemand ose écrire la vérité « La guerre a pris fin mais tu es resté fasciste »au spécia­liste d’Hölderlin qui en 1937 avait dit :

« Je ne vois pas comment tous ces juifs peuvent aimer Hölder­lin. A moins que Hölder­lin n’ai écrit des poèmes en yiddish ».

J’ai cru que Nadel­man allait se conten­ter d’une lettre vague qui aurait permis à son collègue autri­chien de faire comme si… il avait oublié. Tous les ensei­gnants de cette véné­rable insti­tu­tion ont des « petits » secrets, qui sont autant de moments émou­vants et parfois très forts dans le récit. Une fois le livre refermé, je n’ai eu qu’une envie y retour­ner pour mieux savou­rer et aussi mieux comprendre chaque person­nage. La fin est terrible. Bref un coup de cœur !

Citations

Au moment de déclen­cher l’obturateur, il devait savoir ce qu’il faisait. Cela l’obligeait à maîtri­ser tous les para­mètres (lumière, expo­si­tion, focale, choix du cadrage, et beau­coup d’autres) mais aussi à se prendre en main, à se saisir. Il avait alors le senti­ment de former un tout, d’être lui-même, et cette sensa­tion lui procu­rait un bien-être inouï.

Je lisais cette phrase …d’Appelfeld. « Une bles­sure écoute toujours plus infi­ni­ment qu’une oreille »

-et ?

Il lui sourit :

A l’institut, on vous sait bles­sée, alors on partage. Et nos souve­nirs nous paraissent plus légers.

Souvent je me dis : les internes de l’institution, ils sont éduqués, ils sont riches, ils sont ceci, ils sont cela. Mais on les a mis de côté ! Et qui les a mis de côté ? Qui ? leurs parents ! Pas la vie. Pas la guerre. Pas la misère.

C’est ça, la calli­gra­phie ! On écrit avec tout le corps ! Tous les muscles ! Même les orteils sont tendus, je vous jure. Au début, on va très lente­ment. Et puis, d’un coup, le trait trouve son chemin, il part, il part, il ondule, il danse…

Interview de l’auteur

Link.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation