20151218_095309Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard dans le thème décou­verte de l’Ouest améri­cain.

3Seuls ceux et celles qui liront ce roman compren­dront le gros plan sur la ferme­ture Éclair de mon jean. J’avais déjà lu un roman de cette auteure, « le temps des miracles  » que j’avais beau­coup appré­cié. Ces deux livres sont dans la caté­go­rie « ado » mais peuvent être lus par un large public. À mon avis, celui-ci cible fran­che­ment un public jeune, ce qui lui donne un côté bien sympathique.on a parfois l’impression de lire une BD sans image. On part sur les routes du Far West, avec une fille à fort tempé­ra­ment, pour arri­ver sur la côte Ouest. Bella Rossa est très belle, rousse grâce à son ascen­dance irlan­daise, d’une éner­gie peu commune. Elle a des seins superbes, comme des pastèques dit-elle, et dans ce monde qui manque de femmes c’est loin de n’être qu’un avan­tage. Deux person­nages haut en couleur l’accompagnent. Son père para­lysé, boit sans arrêt, il crie sur sa fille et sur tous ceux qui s’occupent de lui. Et le plus impor­tant pour elle, Jaro, son homme qui n’est pas toujours un cadeau.

Ensemble, ils mène­ront leur carriole sur les pistes des cher­cheurs d’or pour leur vendre des objets pour le moins variés. C’est donc l’occasion de revi­si­ter le Far West avec tous ses dangers (dont la guerre) et des person­nages parfois très peu recom­man­dables, un pasteur pervers et lubrique, des fermiers qui lynchent un homme à cause de la couleur de sa peau, un voleur aidé d’un opos­sum, des femmes trop peu farouches au goût de Bella Rosa… C’est un récit simple et effi­cace en somme, une bonne distrac­tion pour ceux et celles qui aiment les Westerns. Les person­nages ne sont pas cari­ca­tu­raux et le récit est enlevé. Si on consi­dère que ce roman s’adresse a un public jeune, il est parfait, mais pour des adultes, il manque de profon­deur.

Citations

Le tout c’est de trouver le client

Pour palper réel­le­ment ce magot, encore fallait-il trou­ver des clients ! Et, fran­che­ment, Jaro n’avait jamais rencon­tré personne qui eût besoin d’un coupe-œuf ou d’un épineur de raisins secs !

Un moment de grâce

Et tout ça grâce à ta salle manie d’ouvrir ta braguette à tout bout de champ, s’exclama-t-elle en embras­sant Jaros­law avec fougue.
Dans sa fièvre spécu­la­trice, elle oubliait toutes les épreuves que Jaro lui avait fait endu­rer, les pince­ments affreux de la jalou­sie, les ravages causés à son cœur et à sa fierté. Elle oubliait les filles au gros derrière, les nuits de soli­tude à guet­ter le retour de son, amour, les douleurs qui lui trans­per­çaient le ventre, tout.

18 Thoughts on “Pépites Anne-Laure BONDOUX

  1. Même en temps qu’adulte, je m’étais réga­lée ! C’est assez rare de rire en lisant, ce fut le cas avec ce roman là. Et je confirme, les ados se régalent aussi ;-)

  2. je passe mon tour

  3. J’aime bien le thème, je m’y penche dessus actuel­le­ment mais la caté­go­rie « jeunesse » me freine… Peut-être à tort

  4. J’aime beau­coup les livres d’Anne-Laure Bondoux, une auteure jeunesse de qualité. Celui-ci m’a beau­coup plu, il m’a bien fait rire. Mais mon préféré je crois reste Les larmes de l’assassin…

  5. J’ai sûre­ment lu ce livre puisqu’à une époque, je lisais tout ce que publiait Anne-Laure Bondoux (nous habi­tions la même ville). Que ce soit pour les enfants ou pour les adoles­cents, j’ai toujours trouvé qu’elle avait le ton juste et des idées origi­nales.
    (tiens, on ne tape plus de code ?)

    • Je fais un essai sans code mais j’ai déjà des robots qui polluent mon blog . C’est très éner­vant. Je trouve que c’est une excel­lente auteurs. Et très opti­miste.

  6. C’est celui que l’on m’a vive­ment conseillé pour décou­vrir l’auteure. A voir…

  7. La Souris Jaune on 13 janvier 2016 at 15:13 said:

    J’avais lu « L’autre moitié de même », de cette auteure, plus fort qu’une auto­bio­gra­phie parce que marquée par plein d’éléments qui nous touchent tous, j’avais adoré. Tenter ses autres titres, c’est noté ! PS : moi aussi, j’apprécie l’absence de codes sur ton blog :) !! Dommage que te voici harce­lée par les robots ! :)

  8. J’aime vrai­ment cette auteurs, moins les robots qui atteignent mon blog mais je sais que c’est éner­vant d’écrire des codes pour lais­ser des commen­taires. Alors je le tente on verra bien.

  9. J’avais adoré ce titre ! Il a vrai­ment un côté BD, comme tu le dis, Bella Rosa est un beau person­nage, à dévo­rer comme un bonbon !

  10. Les élèves adorent

    • Et je pense que les ensei­gnants doivent se réjouir de voir des jeunes lecteurs et lectrices se réga­ler d’une histoire si bien racon­tée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation