http://ecx.images-amazon.com/images/I/515n2givYsL._SL500_AA300_.jpg

Traduit de l’italien par Danièle VALIN. 

3
L’auteur fait revivre Naples de l’immédiate après guerre, à travers la vie d’un enfant puis d’un adoles­cent orphe­lin. L’auteur raconte, d’un ton un peu déta­ché, les pires atro­ci­tés d’un quoti­dien rude ou la violence et la misère vont de paire. Un person­nage bien­veillant, don Gaetano, veille sur l’enfant et saura lui donner le sens des valeurs et lui sauver la vie. Ce n’est pas une histoire réaliste à laquelle on peut tota­le­ment croire, mais l’auteur a un talent rare pour décrire une ambiance et des person­nages.

Ce petit roman est comme une philo­so­phie de la vie, on se laisse prendre par cette douce ambiance, il ne veut pas rendre la vie plus rose ni plus belle qu’elle n’est , il n’insiste pas sur les côtés noirs , pour moi c’est ce qui m’a beau­coup plu dans ce livre. Ce que j’ai préféré, c est l’ambiance du quar­tier et des gens de la rue. Je ne connais pas l’Italie du Sud et ce livre m’a offert un voyage et c’est bien comme ça que j’imaginais Naples.

Citations

L’antisémitisme particulier des habitants de Naples

Chez nous, les gens ne savaient même pas que les juifs, un peuple de l’antiquité, exis­taient. Mais quand il s’agit de gagner de l’argent, alors tout le monde savait qui était juif. Si on mettait à prix la tête des Phéni­ciens, on était capable de les trou­ver chez nous, même de seconde main.

Jolies phrases

Les désirs des enfants donnent des ordres à l’avenir.

L’avenir est un servi­teur lent, mais fidèle.

Gaetano lit dans les pensées ce qu’il y voit le fait parfois réfléchir

Ce n’est pas bien de savoir ce qui se passe dans la tête des gens. Tant de mauvaises inten­tions vont et viennent sans abou­tir ensuite. Si je dis ce qu’une personne pense d’une autre, c’est la guerre civile.

Les personnages de la cour de l’immeuble

- Elle n’entend rien, il faut qu’elle s’achète un appa­reil pour les oreilles.
- Acous­tique, lui dis je, pour dire quelque chose et ne pas le lais­ser parler tout seul.
- Oui un appa­reil artis­tique
Elle a une voix de clai­ron à réveiller les âmes du purga­toire

Passage plein d’humour

… Ces chré­tiens saints et mastics…
- Mastics ?
- eh ! ceux qui étaient masti­qués par les lions.
- Les martyrs ?
- C » est ça . Je dis que c’est bien pour des chré­tiens saint et mari­nés.
- les voilà en mari­nade main­te­nant ! Mais enfin, ce sont des martyrs !

On en parle

Et l’auteur du blog a fait des recherches sur Erri de Luca De page en page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation