SONY DSC

Traduit (et très bien traduit) de l’américain par Pierre FURLAN.
Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

5
Je n’aime pas les nouvelles, voilà qui est dit ! Alors pour­quoi ces cinq coquillages ? Parce que cet auteur que je ne connais­sais pas, est tout simple­ment extra­or­di­naire, les moins de 40 ans diraient « génial ». Je déteste passer d’une histoire à une autre, surtout quand j’étais bien dans un univers, j’ai besoin de reprendre ma respi­ra­tion. Je ne lis pas deux romans à la suite, j’ai besoin au moins d’une nuit pour chan­ger d’univers, pour les nouvelles c’est pareil. Aban­don­ner deux amies, l’une mariée à un Frank qui ne fait pas le poids face aux charmes qu’offre la liberté d’un récent veuvage de l’autre , pour aller vers un barmaid qui est le cham­pion des cock­tails, c’est pénible. Malgré toutes les quali­tés de l’écrivain cela reste un problème pour moi, mais j’ai adoré ses nouvelles . Un peu comme Carver ou comme Hooper, Russel Banks peint un pays dans toute sa variété quoti­dienne, les gens qui s’ennuient en couple ou seuls, ceux qui auraient aimé trom­per leur femmes, et ceux qui le font. Les récits n’ont pas forcé­ment de chute, parfois rien de grave ne s’y passe, parfois si.

Les portraits sont criants de vérité, cet écri­vain sait capter l’attention du lecteur en quelques phrases, c’est très impor­tant pour des nouvelles surtout au début, car sinon on reste dans l’atmosphère du récit précé­dent un peu trop long­temps. On vit au rythme des retrai­tés qui préfèrent le soleil de Miami aux froi­dures du nord. On appelle ces gens « les oiseaux des neiges », et une des nouvelles porte ce titre, c’est une de mes préfé­rées. La scène de l’urne funé­raire est très réus­sie. Je note d’ailleurs que les urnes funé­raires sont de bons sujets litté­raires. J’ai été très émue par cet ancien marine, qui est resté digne toute sa vie, mais qui ruiné, a trouvé une mauvaise solu­tion pour que ses enfants n’en sache rien, et par cette femme noire qui essaie de réali­ser le rêve de sa vie : ache­ter une voiture d’occasion et se retrouve coin­cée derrière les grilles du garage gardé un chien féroce. Toutes ces nouvelles pour­raient être le script d’un film, tant les person­nages sont vivants.

On n’est pas dans l’Amérique des perdants,même si une nouvelle parle de la drogue, la violence affleure sans être omni­pré­sente, mais ce n’est pas non plus l’image des gens qui réus­sissent , ou alors c’est juste le moment d’avant ou d’après. Les gens ne sont souvent pas exac­te­ment ce qu’ils semblaient être. Une des nouvelles, la plus courte, montre combien on se raconte parfois des histoires sur une personne rencon­trée par hasard. A partir d’une simple liste de courses, l’homme croit comprendre la détresse d’une femme qui fina­le­ment le taxera de vingt dollars pour se payer sa dose de drogue. J’ai beau­coup aimé cette nouvelle où il se passe si peu de choses.

Si je ne suis pas récon­ci­liée avec le genre litté­raire (les nouvelles) je sais, en revanche, que je viens de décou­vrir un écri­vain de grand talent.

Citations

Les maisons de retraite

On en parle

Chez Clara.

24 Thoughts on “Un membre permanent de la Famille -Russell BANKS

  1. Je n’aime pas les nouvelles non plus, mais tu me donnes envie de décou­vrir Russel Banks, que je n’ai encore jamais lu.

  2. Alors moi j’adore les nouvelles mais je n’ai jamais réussi à finir un roman de cet auteur (et j’ai essayé avec au moins trois titres diffé­rents !). Du coup je me dis que ce serait peut-être l’occasion de me récon­ci­lier avec lui.

    • Pour moi ses nouvelles sont parfaites et je me demande qui peut avoir un avis néga­tif , je n’ai pas lu ses romans. Mais il est fréquent qu’un auteur soit parfait pour un genre litté­raire et moins pour un autre. Maupas­sant en est un exemple, ses romans sont moins bons que ses contes qui sont de petits chefs-d’oeuvre.

  3. et une deuxième aller­gique aux nouvelles mais bon parfois je dois recon­naitre que .…
    C’est drôle de lire ton billet, cette semaine quelqu’un m’a fait une critique telle­ment bonne de ce livre que je l’ai mis sur ma liste en me disant on verra bien
    je vais finir par me conver­tir
    Ne le dis à personne mais je viens de lire 3 nouvelles de Dostoïevski qui m’ont emballé alors…

    • ok, si tu es avec Dostoïevski, tu es un peu au sommet, mais, je n’hésite pas, vas y lis ‚Russel Banks et on verra ce que tu en penses !

  4. Si Russel Banks sait capter l’attention de ses lecteurs avec ce recueil de nouvelles, toi tu sais donner envie de le lire au plus vite ! vendu je le note à lire au plus vite ! merci

  5. maggie on 20 mars 2015 at 19:04 said:

    Je sais qu’il a beau­coup de succès mais j’ai aban­donné un de ses romans et c’est un auteur qui ne m’attire pas du tout, malgré les 5 coquillages !

    • J’ai eu un vrai coup de coeur pour ces nouvelles, mais il y a tant de choses à lire, on parta­gera sûre­ment d’autres plai­sirs de lecture.

  6. J’ai aussi été épatée par ces nouvelles… Chaque texte crée ses person­nages, son atmo­sphère, d’une manière que j’adore !

  7. J’aime les nouvelles mais je n’ai jamais lu cet auteur. Alors peut-être commen­cer par ce recueil avant d’aborder ses romans…

  8. Je n’aime pas les nouvelles non plus, pour les mêmes raison que toi, j’aime m’installer dans une histoire … Celles-ci m’ont pour­tant convain­cue, et comme toi, j’ai pensé à Hopper. Ma préfé­rée serait plutôt celle de la fête de Noël, mais elles ont toutes ou presque, un truc qui retient. La scène de l’urne funé­raire m’a fait penser à un moment du film « The big Lebovski » qui m’avait fait mourir de rire … De cet auteur, je te conseille « De beaux lende­mains » : tripial » diraient les moins de 20 ans !

  9. Je n’ai rien contre le nouvelles, bien au contraire, et j’avais beau­coup aimé « les beaux lende­mains », alors je le pren­drai à la biblio­thèque dès qu’il y sera.

  10. Cela fait bien long­temps que je n’ai rien lu de R. Banks, mais je garde un souve­nir très fort des lectures de cet auteur !

    • je n’ai aucune réserve pour ses nouvelles , j’ai vu dans les commen­taires que plusieurs personnes étaient réser­vées pour ses romans

  11. ton avis me ravit, j’ai un énorme pavé de Russell Banks dans ma PAL, Conti­nents à la dérive ‚et je compte l’en sortir bien­tôt.

  12. Bonjour Luocine, j’ai prévu de lire ce recueil d’ici la fin du mois j’espère. Je ne suis pas très « nouvelles » mais je pense que cela devrait me plaire. Et puis, cela me permet­trait de décou­vrir Russell Banks (et oui, j’ai des (grosses) lacunes!). Bon lundi de Pâques.

    • bonsoir Dasola
      les lacunes ça n’existe pas ! il y a tant de livres à lire que personne ne peut croire lire assez , la seule, règle lire pour son plai­sir et j’ai hâte que tu dises ce que tu penses de ce recueil qui m’a ravie.
      Le soleil était là ce lundi j’espère que tu en as profité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation