3

En 1959 Fran­çois Maspero , pour débu­ter sa maison d’édition, a publié son premier ouvrage à propos de la guerre d’Espagne. Comme il le dit lui même dans le post-scrip­tum de ce livre,en France à cette époque, il y avait peu de livres consa­crés à ce conflit (depuis il y en eu beau­coup). Il se sent comme une dette vis a vis de Capa dont cette photo si célèbre a décoré sa librai­rie pendant quelques mois.

http://monsieurphoto.free.fr/Capa/Images/capa_espagne.jpg

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4f/Gerda_Taro-Anonymous.jpg/220px-Gerda_Taro-Anonymous.jpg
Il part, dans ce roman, à la recherche d’une autre photo­graphe Gerda Taro qui fut la compagne de Robert Capa. L’histoire de leur amour est mêlée à l’engagement poli­tique pendant la guerre civile en Espagne. On vient de décou­vrir qu’une partie des photos attri­buées à Capa était de Gerda Taro morte en 1937 lors des combats de cette terrible guerre. Capa l’aimait et a tout fait pour qu’on connaisse ses photos mais comme lui même est mort en 1953 en Indo­chine et que la famille de Gerda ( Poho­rylle de son véri­table nom)a été victime de l’holocauste en tant que juifs, il est diffi­cile aujourd’hui de sépa­rer leurs œuvres.

Ce livre part à la recherche de la person­na­lité de Gerda , était-elle commu­niste ou pas tant que ça ? J’avoue que ce débat m’a agacée , je pense qu’en 1959 , le même auteur aurait tout fait pour nous prou­ver son enga­ge­ment auprès de commu­nistes plutôt tendance Trots­kiste, mais aujourd’hui, ce n’est plus vrai­ment « porteur » ! ! ! Alors elle aurait été anar­chiste ! Ce qui est certain , c’est qu’elle est morte en lais­sant des photos qui semblent très inté­res­santes (si j’en juge par celles qui sont montrées dans ce livre et .…l’homme qu’elle aimait est devenu très célèbre.

http://lh3.ggpht.com/monsieur.ogre/SLXaIZ0AqTI/AAAAAAAAC7o/uqimIldETFE/s800/Gerda%20Taro-blog.jpg
Le meilleur du livre, c’est la fin la réflexion sur ce qu’est une photo. Pour le reste, j’ai été déçue, mais il est vrai qu’aujourd’hui la réflexion sur la guerre d’Espagne ne manque pas d’ouvrages riches et très bien docu­men­tés.

Citation

Réflexion sur la photo

Les effets chocs s’annulent, le regard du lecteur , à chaque instant solli­cité, est saturé. Et si tout s’annule, c’est donc que tout se vaut. Il ne s’agit plus dès lors de convaincre le lecteur , passé du statut de sujet pensant à celui de consom­ma­teur , de la justesse d’une cause , de l’inciter à « détes­ter ou à aimer quelqu’un », à « prendre posi­tion ». Il s’agit de triom­pher dans une concur­rence féroce, celle de la course au toujours plus spec­ta­cu­laire. La loi de la jungle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation