Traduit de l’anglais par Valé­rie Le Plou­hi­nec (elle a dû bien s’amuser).
5
J’ai beau­coup, beau­coup ri et en même temps ce livre est tragique. Je ne suis pas complè­te­ment certaine que ce livre s’adresse à des adoles­cents. Il s’adresse aussi bien à des adultes qu’aux ados. On comprend le déses­poir absolu des indiens vivant dans les réserves, et en même temps on rit. C’est aussi la première fois que je lis des choses aussi crues sur le sexe sans que ce soit vulgaire. Le héros est un jeune indien qui est trop intel­li­gent pour rester dans l’école de la réserve indienne , mais qui en même temps va perdre toutes ses racines. La descrip­tion des réserves indiennes est sans doute plus proche de la réalité que les images que l’on se fait à travers les films améri­cains (hélas !).

Citations

Ouais abso­lu­ment, j’avoue que je me masturbe.
J’en suis fier.
Je suis doué.
Je suis ambi­dextre.
S’il exis­tait une Ligue des Mastur­ba­teurs Profes­sion­nels, je serai proclamé n°1 et je gagne­rai des millions de Dollars.
Et vous vous dites peut-être : « Écoute, vrai­ment, tu ne devrais pas parler de mastur­ba­tion en public. »
Et bien tant pis pour vous, je vais en parler parce que TOUT le MONDE le fait TOUT le MONDE aime ça.
Et si Dieu n’avait pas voulu qu’on se masturbe, Dieu ne nous aurait pas donné de pouces. Donc je rends grâce à Dieu pour mes pouces.
C’est nul d’être pauvre, et c’est nul d’avoir l’impression que d’une certaine manière, on mérite de l’être. On se met à croire que si on est pauvre, c’est parcequ’on est bête et moche. Ensuite, on se met à croire que si on est bête et moche, c’est parce qu’on est indien. Et parce qu’on est indien, on se met à croire qu’on est destiné à être pauvre. C’est un cercle vicieux et il n’y arien à y faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation