http://ecx.images-amazon.com/images/I/41dU0bht9mL._SL500_AA300_.jpg

4
Quand un jour­na­liste peut écrire un roman de cette qualité, on se dit qu’il a emma­ga­siné une somme d’informations colos­sale sur le sujet. Ces articles sur l’Irlande, à l’époque où il couvrait l’actualité, devaient être riches et passion­nants.

Ce roman se lit d’une traite et j’ai été sidé­rée à quel point j’ai déjà oublié ce qui faisait, à une certaine époque partie, de mon quoti­dien : la violence en Irlande du Nord. Je me souviens de Bobby Sand mais je ne savais plus qu’il y avait eu autant de jeunes hommes à mourir de la grève de la faim dans les geôles anglaises. Le roman est construit autour d’un homme qui a été obligé de trahir l’IRA et qui, revenu de tout, se réfu­gie à Killy­begs , petit village de son enfance . C’était là qu’un père alcoo­lique et violent lui avait incul­qué la haine des Anglais.

J’ai été très inté­res­sée par la descrip­tion de la violence haineuse qui a séparé les « papistes » et les « protes­tants » et puis, fina­le­ment le côté vain de cette lutte puisqu’aujourd’hui, ces deux commu­nau­tés vivent ensemble. Je crois que tous les gens de ma géné­ra­tion liront ce roman avec un grand inté­rêt , car si la cause des Irlan­dais était juste, elle n’a pas pour autant triom­phé et comme le person­nage prin­ci­pal , ils se deman­de­ront : fina­le­ment, tous ces morts ont servi à quoi ?

Le côté impla­cable de la répres­sion anglaise est diffi­ci­le­ment suppor­table, je ne sais pas si, seule Madame That­cher est respon­sable ou si le mépris des Anglais pour les Irlan­dais vient de plus loin. Le seul pays a à avoir défendu la réuni­fi­ca­tion de l’Irlande c’est l’Allemagne Nazie, ce n’est pas une très bonne carte de visite. Les auto­no­mistes bretons en savent quelque chose.

Je n’ai pas encore parlé du poids de la trai­trise, qui pour­tant fait une grande partie de l’intérêt du livre, le person­nage prin­ci­pal ne pourra pas y survivre et pour­tant il n’avait pas eu le choix. Personne ne sort gran­dit de cette tragique Histoire ni les indi­vi­dus, ni les nations.

Citations

Quand mon père me battait il criait en anglais, comme s’il ne voulait pas mêler notre langue à ça.

Pour­tant la tris­tesse, en Irlande, c’est ce qui meurt en dernier.

Quand la campagne de l’IRA a offi­ciel­le­ment cessé, en février 1962, huit des nôtres avaient été tués, six poli­ciers avaient trouvé la mort et seules nos rivières couraient libres.

On en parle

Clara et les mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation