Édition Acte Sud , traduit du néer­lan­dais (Belgique) par Philippe Noble.

J’ai suivi pour cette lecture une de mes tenta­trices habi­tuelle : Keisha ! Mais me voilà bien ennuyée car ce petit livre m’a mise en colère. Comme Keisha le destin de ce petit terri­toire le village de Mores­net, capi­tale mondiale pendant un siècle de l’ex­trac­tion du Zinc et qui fut aussi un « pays neutre » ni alle­mand, ni néer­lan­dais ni belge m’intriguait.

Si vous avez, vous aussi cette curio­sité, lisez l’ar­ticle de Wipé­dia vous en saurez beau­coup plus , mais ma colère ne vient pas de là , sauf que quand même dans un livre de 60 pages cela prend beau­coup de place pour ce qui me semble être seule­ment de l’in­for­ma­tion. Keisha m’a répondu : oui … mais dans le roman, il y a Emil . Pour vous écono­mi­ser l’achat de ce livre je vous livre la phrase de la quatrième de couver­ture et vous saurez tout :

Emil Rixen . Né en 1903, cet homme ordi­naire chan­gera cinq fois de natio­na­lité sans jamais traver­ser de fron­tières : « Ce sont les fron­tières qui l’ont traversé ».

Avouez que là aussi on se dit voilà un destin inté­res­sant, mais l’au­teur n’a pas su nous rendre la vie du person­nage inté­res­sant. Il lui a manqué soit un talent roma­nesque pour faire vivre ce Emil, soit il a voulu rester si près de sa source sans rien défor­mer qu’il n’a pas pu en dire plus. Peu importe ma frus­tra­tion était là, et j’ai regretté les huit euros cinquante ( le prix du livre que je veux bien envoyé à qui veut tenter cette expé­rience du vide !)

Citation

Une déclaration prémonitoire sur le contenu du livre

Mais depuis le temps, j’ai appris que les dernières années d’un être humain ne nous apprennent pas grand-chose de sa vie anté­rieure. De paisibles vieillards peuvent s’avé­rer avoir été, durant des décen­nies, de sinistres indi­vi­dus. Avec le temps, de joyeux drilles sont souvent de vieux grin­cheux. Et un suicide vient parfois mettre un terme à une vie pleine d’exubérance. 

12 Thoughts on “Zinc – David VAN REYBROUCK

  1. keisha on 12 août 2021 at 08:40 said:

    Gloups, je suis déso­lée. Bon, cela ne t’a pas pas pris trop de temps (60 pages) mais t’a coûté des euros et de l’aga­ce­ment mauvais pour tes artères (?).
    Tu n’as pas perdu ton sens de l’hu­mour, ouf.
    L’au­teur n’est pas roman­cier, donc il ne brode pas, c’est son choix, tu l’as bien vu.
    Prochai­ne­ment, tu empruntes le livre, même si je suis enthou­siaste ! ^_​^ Je ne t’en voudrai pas de ta méfiance.

    • Et puis j’adore telle­ment ton blog et je me permets quand même de ne pas être d’accord….. j’exagère mais je sais que tu l’acceptes.

  2. Oh mince… je viens de l’ache­ter (suite aux avis de Keisha et d’Atha­lie) !! A voir, alors..

  3. parfois un livre déçoit sans vraies raisons, c’est ainsi pour cet auteur auquel je suis un rien réfractaire

  4. J’ai l’im­pres­sion que mon commen­taire de ce matin n’est pas passé…
    Je disais que je l’avais acheté récem­ment, suite aux avis de Keisha et Atha­lie.. tu me fais un peu peur !

    • Si si ton commen­taire était passé mais je dois l’accepter je ne sais pas pour­quoi. J’ai envie de te dire que tu as suivi de très bonnes conseillères et que cette lecture ne va pas te fatiguer.

  5. Aïe ! Je n’ai pas encore eu l’oc­ca­sion de lire cet auteur, je ne vais pas me préci­pi­ter sur celui-ci. D’ailleurs, je commen­ce­rai par regar­der s’il est à la bibli.

  6. Mince ! Moi, il m’avait touchée le Emil, balloté sans pouvoir agir sur l’his­toire. C’est l’ab­sence de roma­nesque que j’avais juste­ment trouvé juste (pour une fois …)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation