Édition Plon, feux croi­sés . Traduit de l’an­glais Auré­lie de Maupéou

Tout est dit avec ces deux coquillages : ce roman n’était pas pour moi ! Pour­tant Keisha en avait parlé avec un tel enthou­siasme, je n’avais donc aucun doute sur mon plai­sir de lecture. C’est peu dire que je me suis ennuyée avec cette pauvre Frances . Cepen­dant, tout le long de la lecture, je me tançais en me disant : « Si Keisha a aimé c’est qu’il y a quelque chose que tu ne vois pas allez conti­nue ! ». Mais tout est triste fade et convenu dans ce roman et j’ai été bien soula­gée de le termi­ner et d’al­ler bien vite m’en débar­ras­ser. Voici le sujet : Frances est correc­trice dans un jour­nal, mais là il ne se passe rien mais alors, rien du tout. Si vous voulez en savoir plus sur le monde de la correc­tion et vous amuser un peu, lisez l’ex­cellent livre de Muriel Gilbert « Au bonheur des Fautes » . Les parents de Frances sont « ordi­naires » et leur fille les aime en les mépri­sant quelque peu. Ce sont les quelques soirées chez eux qui sauvent un peu le livre, je suis toujours inté­res­sée par les diffé­rences sociales et les préju­gés qui vont avec. Frances est le témoin d’un acci­dent mortel pour la femme d’un écri­vain de renom Laurence Kyte. Commence alors les manœuvres pour cette pauvre fille un peu terne pour se faire aimer du grand écri­vain. Et tant pis pour vous, je vais racon­ter la fin (ce livre m’a telle­ment éner­vée !) : OUI la correc­trice anonyme va deve­nir l’épouse du grand Laurence Kyte . Elle va savoir se rendre indis­pen­sable pour les deux enfants dans un premier temps, puis saura se faire aimer par leur père. Tout est prévi­sible dans ce roman et jamais mon atten­tion n’a été captée, il est possible que je n’étais pas d’hu­meur à me lais­ser porter par ce roman qui vaut sans doute mieux que ce que j’ai éprouvé. Et surtout, je vous recom­mande chau­de­ment le blog de Keisha chez qui je trouve souvent des sugges­tions de lectures merveilleuses !

Citations

Le jardin de sa mère

C’est un jardin de très bon goût. Avec un mini­mum de couleur et d’odeur – ma mère consi­dère que la plupart des fleurs sont vulgaires, or elle a une terreur profonde de la vulga­rité, comme si celle-ci pouvait l’at­ta­quer par surprise dans une ruelle sombre – mais une abon­dance de textures et de formes. À cette époque de l’an­née, tandis que le crépus­cule s’épais­sit, il semble plus triste encore que d’habitude.

Humour

Parfois, tout au moins en ce qui concerne ma mère, je soup­çonne que le but réel d’avoir une famille consiste à avoir un sujet de conver­sa­tion tout prêt quand elle croise madame Tucker au supermarché.

16 Thoughts on “Le Beau Monde – Harriet LANE

  1. keisha on 31 mai 2021 at 07:59 said:

    Purée quel fardeau sur mes frêles épaules, j’en ris encore ! Heureu­se­ment parfois on est du même avis. Avec Muriel gilbert par exemple. ^_​^

    • J’exagère, je trouve telle­ment de bonnes idées chez toi que je ne devrais pas parler de mes décep­tions. J’étais certaine que tu le pren­drai bien, oui tu peux rire de ma mauvaise humeur, mais c’est vrai que ce livre n’était pas pour moi.

  2. aie les coquillages s’écrasent sur la plage là

    • et oui ça arrive aussi ! il reste deux coquillages, les autres sont repar­tis dans les flots ! je n’étais peut-être pas d’hu­meur ce jour là ! mais j’ai trouvé sur Babe­lio une critique encore plus sévère que la mienne .

  3. Je l’ai noté moi aussi chez Keisha, je me ferai ma propre idée !

  4. Je ris aussi en lisant ton billet. Ça nous arrive à toutes, un livre qui a beau­coup plus à des blogueuses avec qui nous avons des goûts communs et puis un jour pata­tras ! Un couac. Ce n’est pas bien grave. Et au moins, je ne note rien de plus aujourd’hui.

    • tu pour­rais aussi comme Ingann­mic décidé qu’il n’y a que toi qui pour­rais te faire une opinion. Je l’ai mis dans une boîte à lire et il conti­nue son chemin…

  5. Tu me fais sourire ! Si proches que soient les goûts de lecture de deux personnes, arrive toujours un jour où ils s’op­posent carré­ment… la preuve !

  6. Melanie B on 31 mai 2021 at 22:08 said:

    Je l’avoue, j’avais été embal­lée par le billet de Keisha et déçue comme toi par ce livre que je n’ai pas gardé…

    • Ah , je ne suis donc pas toute seule ! Je pense que les baraques à livres se sont enri­chies de deux exem­plaires de ce roman qui trou­vera peut-être des lectrices plus enthousiastes.

  7. J’adore ta chro­nique ! Elle m’a fait rire…

  8. je trouve qu’il faut toujours parler de ses décep­tions… Sinon, l’avis que l’on porte aux livres que l’on chro­nique est tron­qué pour les lecteurs et l’on s’ima­gine qu’il n’y a que de bons livres qui plaisent à tous le monde.
    Pour ce titre, j’aime pô le convenu et le fade… Donc je vais éviter !

Répondre à Luocine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation