20160315_1058154
Vous avez été nombreux à dire du bien de ce roman, Keisha, Jérôme, Noukette, je savais donc que je le lirai. Un roman vite lu sur un sujet tragique : la mala­die mentale . C’est une jeune femme extra­or­di­naire qui est malade, elle a su se faire aimer d’un homme inven­tif et très drôle . L’amour est ici un feu d’ar­ti­fice , brûlant et pétillant. L’en­fant, au milieu d’adultes aimant la vie et s’ai­mant si fort que rien n’au­rait dû pouvoir les sépa­rer , se construit son monde et ses juge­ments sur les adultes qui l’en­tourent. Un monde de fête et d’ab­sence totale de conven­tion. Bien sûr on se laisse prendre, qui peut résis­ter à la voie de Nina Simone et à tant d’amour. En plus c’est vrai­ment plein d’hu­mour et de moments très drôles.

Malheu­reu­se­ment pour bien connaître la mala­die mentale je me sens un peu mal à l’aise : je n’ai pas connu de moments de vraies fêtes avec des bipo­laires, mais j’ai vu, même quand ils semblaient gais et inven­tifs à quel point ils souf­fraient. C’est ma réserve pour ce roman, mais je ne veux priver personne d’ima­gi­ner que l’on peut se sentir heureux dans la folie, ça fait une très belle histoire, c’est certain.

J’ai, depuis peu, lu plusieurs billets qui expriment égale­ment des réserves sur l’as­pect joyeux de ce livre et de la folie. Dasola par exemple.

Citations

Début du roman (comment ne pas lire la suite ?)

Mon père m’avait dit qu’a­vant ma nais­sance, son métier c’était de chas­ser les mouches avec un harpon. Il m’avait montré le harpon et une mouche écrasée.
– J’ai arrêté car c’est très diffi­cile et très mal payé, m’avait-il affirmé en rangeant son ancien maté­riel de travail dans un coffret laqué.

Dialogue entre ses parents

À cette époque, je l’ai toujours vu heureux, d’ailleurs il répé­tait souvent :
Je suis imbé­cile heureux !
Ce à quoi ma mère répondait :
– Nous vous croyons sur parole Georges, nous vous croyons sur parole !

La réalité de la maladie mentale

Après des années de fêtes, de voyages, d’ex­cen­tri­ci­tés et d’ex­tra­va­gante gaîté, je me voyais mal expli­quer à mon fils que tout était terminé, que nous irions tous les jours contem­pler sa mère déli­rer dans une chambre d’hô­pi­tal, que sa Maman était une malade mentale et qu’il fallait attendre sage­ment de la voir sombrer.

Et pour écou­ter cette superbe chan­son de la grande Nina Simone sur laquelle les parents ont tant dansé…

« I knew a man Bojangles

And he danced for you
In worn out shoes
With silver hair, a ragged shirt
And baggy pants, the old soft shoe
He jumped so high, he jumped so high
Then he lightly touched down
Mr. Bojangles, Mr. Bojangles
Mr. Bojangles, dance ! »

P1030101

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

5
Un grand merci égale­ment à Sandrine qui m’avait déjà donné envie de lire ce roman-biogra­phie, le style est abso­lu­ment magni­fique. L’au­teur est tota­le­ment impré­gné de l’œuvre de Ravel , et il veut que son écri­ture rende compte à la fois du carac­tère de Ravel, de son inspi­ra­tion musi­cale, et de la violence de la guerre 1418. Je vous conseille une expé­rience : lire la page 165, en écou­tant le concerto pour la main gauche , les phrases plus belles les unes que les autres parlent si bien de la musique que j’ai eu du mal à maîtri­ser mon émotion.

Quelques notes claires dans les ténèbres, et c’est comme une énorme bulle remon­tée des profon­deurs, gorgée de lumière, qui s’ou­vri­rait au visage. La souf­france s’éteint, l’an­goisse dispa­raît, et la beauté fami­lière, si mal connue et tout à coup dévoi­lée, donne son dernier baiser. C’est la vie qui reflue à celui qui la perd, juste avant la fin le meilleur de la chanson.

Je ne connais­sais pas la vie de Ravel, et long­temps je ne pouvais citer de son œuvre que Le Boléro. Peu à peu , j’ai appris à aimer sa musique et j’aime beau­coup ce qu’il a écrit pour la voix. Cette biogra­phie lui rend un hommage vibrant et discret, à l’image de ce qu’a été la vie de ce grand compo­si­teur fran­çais. Une élégance et une discré­tion qui allait de pair avec un enga­ge­ment total dans ce qu’il croyait. Sa déter­mi­na­tion à servir son pays, alors que, trois fois, il avait été réformé par la méde­cine mili­taire est admi­rable, mais ce qui m’a la plus touchée, c’est lors­qu’il refuse après la guerre la Légion d’Hon­neur. Lui qui avait vu tant d’hommes mourir au combat ne pouvait pas accep­ter la moindre récom­pense pour sa musique qu’il savait par ailleurs admirable.

Il faut lire ce livre, pour ressen­tir la genèse de la créa­tion musi­cale, la vie de ce compo­si­teur hors du commun et pour comprendre la force du patrio­tisme en 1914, mais par dessus tout il faut le lire pour le style de Michel Bernard qui m’a récon­ci­liée avec la litté­ra­ture fran­çaise, c’est un grand plai­sir de lire de si belles phrases dans sa langue maternelle.

Citations

Le désir de servir sa patrie

La guerre