Traduit de l’an­glais (Irlande) par Isabelle D. Philippe. Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard thème : « en chan­tant ».

Pour une fois, je crois qu’il vaut mieux voir le film que lire le livre qui l’a inspiré.

Film d’Alan Parker.


Le film est très drôle, visi­ble­ment, j’ad­mire le talent des cinéastes qui savent à partir d’un tel livre faire un excellent film. On sent bien cepen­dant toute la vie qui jaillit des dialogues mais c’est très très pénible à lire. Pour vous faire une idée je vous reco­pie un passage, tout le roman est écrit sous cette forme là. J’ai fini par survo­ler plus que vrai­ment le lire.

Citation

Création du groupe

-Tous ces trucs à la noix sur l’amour, la campagne et les rendez-vous avec les meufs dans les super­mar­chés ou au McDo­nald, c’est fini, à la masse. C’est malhon­nête, déclara Jimmy.C’est bour­geois…
-Merde !
-C’est des trucs ringards, Dieu merci !
-Qu’est ce qui marche alors ? lui demanda Outs­pan
-Je vais te le dire. Le sexe et la poli­tique.
-Quoi ?
-Le vrai sexe. Pas le genre senti­men­tal « Je te tien­drai la main jusqu’à la fin des temps » Baiser, foutre… tu vois ce que je veux dire ?
-Je crois.
-Mais on ne peut pas dire « foutre » dans une chan­son objecta Derek…

24 Thoughts on “The commintments – Roddy DOYLE

  1. J’adore le film, vrai­ment. Et les deux autres de la trilo­gie de Barry­town, The van, The snap­per. Mais je ne les ai pas lus. Par contre j’ai lu et aimé La femme qui se cognait dans les portes et Paddy Clarke ha ha ha.

    • J’ai bien dit dans ce billet que je n’ar­ri­vais pas à lire ce genre de livres, mais que le film me semblait vrai­ment bien. Je pense égale­ment que, ne pas le lire dans sa langue d’écri­ture, rajoute à la distance.

  2. Cela ne m’étonne pas d’Alan Parker !

  3. Alan Parker, bah oui ! Je regar­de­rai le film alors, plutôt que le livre.

  4. il y a parfois des films qui trans­cendent les livres. J’en connais quelques uns

  5. Je ne connais pas ce film…

  6. Je rejoins eeguad, la trilo­gie est excel­lente (j’ai quand même une préfé­rence pour The snap­per. Cepen­dant, le scéna­rio de the commit­ments a été beau­coup repris depuis, pas certaine du coup, qu’il garde la fraî­cheur du départ.
    Pour le livre, je ne sais plus ce que j’avais tenté de lire de l’au­teur, mais je me souviens que j’avais eu l’im­pres­sion de m’en­fon­cer dans une écri­ture très pesante …

  7. c’est rare mais ça arrive qu’un film soit excellent tout en étant issu d’un livre passable

    • je me suis mal expri­mée , le livre n’est pas moyen, moi je ne sais pas lire ce genre de romans, il s’agit d’une succes­sion de dialogues qui sont certai­ne­ment des moments de vie mais je deviens myope et je ne vois pas la vie derrière ces propos répé­ti­tifs. Un cinéaste a tout de suite vu le parti qu’il pouvait en tirer . Surtout que l’image et la musique cela va bien ensemble. Et tous ceux et toutes celles qui ont vu les films ont visi­ble­ment beau­coup appré­cié.

  8. J’ai vu et aimé le film ; les Anglais sont vrai­ment très bons dans ce registre-là. Par contre, je ne me lance­rai pas dans la lecture.

  9. J’ai lu ni vu ce titre ! En voyant la BA, je ne suis pas sûre que ce film soit pour moi !

  10. J’avais adoré ce roman, très drôle ! A la suite, j’avais lu « The snap­per » et « The van », biens aussi mais moins drôles. Pas vu le film « The commit­ments » mais « the van ».

  11. Je n’ai pas vu les films non plus, mais j’ai lu ce livre et n’en avais rien retiré. D’ailleurs, je ne sais abso­lu­ment plus de quoi ça parle… Ton billet me rassure ;)

    • C’est une lecture d’un genre parti­cu­lier. Je crois qu’il faut tout le temps imagi­ner les scènes. Moi je n’arrive pas à lire ce genre de livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation