SONY DSC

4Ce sont les blogs qui m’ont conduite vers cette BD, et le moins que je puisse dire c’est que je ne le regrette pas. Zaï Zaï est un objet abso­lu­ment unique et qui m’a presque tota­le­ment convain­cue. (Je finis par croire que j’aime les BD). J’ai été éton­née de lire les commen­taires dans Babe­lio, beau­coup de lecteurs sont abso­lu­ment morts de rire. J’ai souri moi aussi, par exemple en lisant ces deux pages

SONY DSCMais la plupart du temps, je souris jaune, car si les situa­tions sont absurdes et jamais méchantes , c’est quand même notre société et ses disfonc­tion­ne­ments qui sont mis en scène. Le ton ne se veut pas tragique certes, et la sanc­tion prévue par cette faute si grave que tous les gendarmes vous courent après est à mourir de rire. Il n’empêche, il ne faut pas grand chose pour deve­nir un paria dans cette société pas si futu­riste que ça : ne pas avoir sa carte du maga­sin sur soi et voilà que toutes les polices du pays sont à vos trousses. Tous les gags sont toujours au bord de deve­nir graves et puis fina­le­ment à l’image des gendarmes qui se préci­pitent pour aller cher­cher des granules d’Arnica 9CH au pauvre type étendu sur la route, la tension retombe dans un sourire. Personne ne se révolte, même les défen­seurs de notre fugi­tif qui ressemblent beau­coup aux enfoi­rés, ils ont imaginé une chan­son pour le défendre et ils sont aussi ridi­cules que ce jeune couple qui s’enlace tendre­ment à l’idée d’être à 37 points de son service à raclette. Il y a quand même une ado qui saute par la fenêtre, mais c’est parce que ses parents n’ont pas vu qu’elle avait mis des lacets de couleurs diffé­rentes pour expri­mer son refus de cette société pour­rie..

Le dessin est mini­ma­liste et donne une impres­sion irréelle, on distingue très peu les person­nages entre eux mais cela va bien avec l’histoire : aucun person­nage ne remet­tra en cause la gravité de l’acte du dessi­na­teur de BD en cavale : « ne pas avoir sa carte du maga­sin sur soi », cela donne le ton à tout l’album, rien n’est aussi grave que ça. Même le suicide d’une ado, où la possi­bi­lité qu’un petit garçon se fasse violer, s’ils ont leur carte du maga­sin tout va bien. Tout est NORMAL. Les ados de tout temps, ça se suicident, et les petits garçons ont toujours été mena­cés par des pervers-violeurs (pas avec une trop grosse bouteille quand même !) . Rien de grave , je vous l’avais bien dit.

Je suppose que le dessi­na­teur écou­tait cette chan­son tout en dessi­nant alors un petit coup de Zaï Zaï Zaï Zaï ne vous fera pas de mal (surtout si comme moi vous perdez systé­ma­ti­que­ment vos cartes de fidé­lité) !

24 Thoughts on “Zaï Zaï Zaï Zaï – FABCARO

  1. Ça me rappelle un bouquin de James Love­grove : « Days », sur la société de consom­ma­tion, sur nous autres dans les super­mar­chés. Oui, c’est drôle et il vaut mieux en rire plutôt que de vrai­ment se mettre à la place des prota­go­nistes…

  2. Déjà bien repéré, cet album!!! De lui j’avais lu un voyage au Pérou, TB aussi

    • j’y vais douce­ment pour les BD mais je fais parfois de belles rencontres , si on clique sur la photo que j’ai mise, on voit aussi à quel point ce dessi­na­teur croque des choses qui nous énervent , comme les inter­views des passants par les télé­vi­sions lors d’événements plus ou moins tragiques.

  3. Ah, tu t’y mets toi aussi ! Mon rayon BD est en train de s’agrandir dange­reu­se­ment ! Bon l’avantage des BD c’est qu’on peut les relire faci­le­ment !

    • Je viens de lire ton billet et je vis que tu te mets aussi aux BD . J’y vais douce­ment . Mais parfois j’aime beau­coup . Celle-ci fait réflé­chir.

  4. On vient de me l’offrir, je vais bien­tôt m’y plon­ger et autant te dire que j’en suis ravi !

  5. Je ne sais pas si j’aimerais ce genre-là, il faudrait que je jette un œil à la bibli.

    • Le genre de cette BD je ne peux pas répondre pour toi. En revanche, je suis sûre que tu seras amusée par la façon dont cet auteur pointe tous nos agace­ments de la vie quoti­dienne. Par exemple , moi ça m’énerve à chaque fois que la cais­sière me demande si j’ai la carte » super U, inter­marche, cora, monop, décath­lon, carre­four.… je pense que lui aussi et il est parti de ça pour sa B.D.

  6. mais oui tu aimes les BD ! :)) On trouve des pépites, il me reste à lire celle-là (et d’autres encore, fort heureu­se­ment!)

    • c’est pour­tant un genre assez nouveau pour moi je m’y mets douce­ment et les pépites ce sont souvent des amies blogueuses qui me les soufflent

  7. Il faut vrai­ment que j’y mette le nez :)

  8. j’adore le titre c’est à mi chemin entre l’imprécation et la rigo­lade

  9. Pas pour moi, je crois que j’aurais le même ressenti que toi !

  10. C’est malin, subtil, drôle, intel­li­gent… tout ce que j’aime !

  11. Le dessin je n’aime pas trop (encore qu’il soit très expres­sif et ait du carac­tère) , mais l’idée, les pages que vous montrez sont convain­cants. Le genre Fluide Glacial qui a souvent emporté mon adhé­sion.

  12. J’ai beau­coup souri jaune, moi aussi ! Cette histoire de carte de fidé­lité en cache une autre, bien moins amusante, comme tu le soulignes juste­ment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation