SONY DSCLu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.
Traduit de l’américain par Hélène Four­nier.

4
Ma biblio­thé­caire préfé­rée m’avait encou­ra­gée à le lire, en me disant que ce n’était pas un polar clas­sique. Elle avait bien raison, c’est plus un roman de carac­tère sur une petite ville améri­caine qui ne va pas si mal. Les habi­tants non plus. Ils ne sont ni meilleurs ni pires que beau­coup d’autres. Leurs bonheurs et leurs peines sont ceux de tout le monde. Une grande partie de la société améri­caine est repré­sen­tée : la profes­seur du collège qui a bien du mal à inté­res­ser sa classe et qui n’aime plus son mari, les adoles­cents si cruels entre eux, les ouvriers vieillis­sants qui ont peur de perdre leur boulot, le poli­cier noir bel homme qui a ressenti autre­fois le rejet d’une popu­la­tion blanche tradi­tion­nelle et enfin Ronny celle par qui le scan­dale arrive, trop libre, trop en dehors des clous trop malheu­reuse, et donc méchante parfois.

Je ne « divul­ga­che­rais » rien de l’enquête poli­cière pour ne pas perdre de lecteurs ni de lectrices, car l’enquête est loin d’être un élément mineur du roman. Je dois dire que je n’avais pas imaginé cette fin qui pour­tant est hyper logique et dont l’auteure sait distil­ler des petits indices tout le long du livre. Non, je n’en dirais pas plus, car je sais que les amateurs du genre se diront comme moi lorsqu’ils ferme­ront ce roman : « Mais bon sang, c’est bien sûr ! ». Donc avis aux amateurs, c’est un bon polar et une plon­gée dans le quoti­dien des améri­cains qui vaut la lecture.

22 Thoughts on “Kentucky Song – Holly GODDARD JONES

  1. Rien à la bibli, dommage, tu le vendais bien. ^_​^

    • Pour­tant c’est vrai que je n’en ai pas dit grand chose, car si je parlais plus préci­sé­ment des person­nages , je dévoi­le­rai un e grande partie de l’intrigue, même du chien je ne peux pas parler !

  2. Tu me donnes très envie de lire ce livre, sans rien dire de trop !

  3. quoi quoi quoi un polar ici !! ciel cachez ce petit noir que je ne saurais voir :-)
    je le note évide­ment car je ne suis jamais décou­ra­gée malgré mes déboires récents et puis ton avis est un bon marqueur

  4. Je l’ai eu entre les mains récem­ment. Et reposé (je l’ai trouvé trop épais en fait, c’est un critère ridi­cule, je sais ;) ).

  5. Un polar et la vie des Améri­cains, voilà qui me tente fort ; c’est noté.

    • L’aspect polar passe au second plan et pour­tant, si le cadavre est présent dès les premières pages,aucune solu­tion n’est évidente. C’est compli­qué d’en parler car il ne faut vrai­ment rien dévoi­ler avant la lecture.

  6. Et bien tu vois sans rien dévoi­ler de l’histoire, tu donnes à tes lecteurs très envie de lire ce livre, malgré son épais­seur !!!

    • Et oui, mais comme je l’ai déjà dit , je tiens aussi ce blog pour ma mémoire défaillante .. pour bien m’en souve­nir , il faudra donc que moi aussi je le relise ! Là où tu as entiè­re­ment raison c’est que pour ce roman en parler trop c’est dévoi­ler une part de son inté­rêt .

  7. Pardon d’intervenir abrup­te­ment avec un commen­taire sans rapport avec cet ouvrage (qui m’a l’air inté­res­sant par ailleurs) mais il y a long­temps que je voulais vous dire que je trouve l’esthétique de votre blog parti­cu­liè­re­ment remar­quable. Bravo, c’est un régal pour les yeux.

  8. oh ! vous êtes tout pardonné et moi je suis toute émue, mon fils m’a aidée pour la mise en page et souvent il me donne de bons conseils, par exemple « mets tes livres en situa­tion, c’est plus agréable qu’une simple couver­ture de livres », j’y prends goût et je suis ravie que ça vous plaise.

  9. Brize on 7 novembre 2015 at 18:40 said:

    Je l’avais repéré à sa sortie mais il ne figure pas au cata­logue de mes biblio­thèques, donc je verrai s’il sort en poche, main­te­nant que j’ai lu ton avis posi­tif à son sujet.

  10. Tu m’as donné envie de décou­vrir cet auteur ! C’est noté, je verrai si je le trouve à la biblio­thèque…

  11. Bien envie de le lire, et en plus je sais qu’il est à la biblio­thèque de Dinard !

  12. Je te lis et je farfouille dans ma biblio­thèque car ce nom me dit quelque chose. Et bingo : « Une fille bien » (mais rangé à Jones, pas à Goddard…) : pas encore lu…

  13. ah oui je me demande quel nom il faut choi­sir, je ne connais pas la règle pour les doubles noms améri­cains , moi j’ai choisi Goddard mais je ne sais pas pour­quoi
    je lirai sans doute le roman dont tu parles, j’attends ton commen­taire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation