Traduit de l’an­glais (Grande-Bretagne) par Pierre Ménard (ça m’amuse que l’on souligne de quel anglais il s’agit…)

2Je suis dans une mauvaise passe. Les livres m’en­nuient, ou alors je ne trouve pas ceux qui me réveille­raient ! Ce n’est pas tout à fait vrai , je relis Bryson (Motel blues) et j’ac­croche tout de suite pour­tant je l’ai lu et relu, en plus il me fait rire, je vous donne un exemple : l’au­teur visite la ville de Bryson et même si celle-ci porte le même nom que lui , il n’y a rien à faire alors il se balade au super marché et voici la scène :

« Vous imagi­nez ça : il y a un gars dont le boulot est de trou­ver un nom accro­cheur pour les alvéoles d’un protège-slip fémi­nin ! Mais impos­sible de me rappe­ler ce nom. Et comme je n’avais rien de mieux à faire, je déci­dai d’al­ler jeter un œil au rayon des protège slip du super marché A&P . Il y en avait une sélec­tion surpre­nante . Je n’au­rais jamais cru que le marché fût si floris­sant ni que les slips de Bryson City eussent autant besoin d’être proté­gés. Je n’y avais jamais prêté atten­tion aupa­ra­vant et c’était assez inté­res­sant. Je ne sais pas combien de temps j’ai bien pu passer à exami­ner les diffé­rentes marques et à lire leurs descrip­tions. Peut-être même me suis-je mis à parler tout haut , ce que je fais parfois quand je suis tota­le­ment absorbé par une tâche agréable. En tout cas , au moment précis où je saisis­sais un paquet de « New Free­dom, Protec­tion extra-mince avec nouveau système breveté de Nids d’Abeilles (Marque dépo­sée) » et où je m’écriais : « Ah, vous voilà , petits coquins ! » j ai tourné la tête et j’ai vu au bout du rayon le direc­teur et deux vendeuses qui m’ob­ser­vaient. En rougis­sant , j ai remis tant bien que mal le paquet sur l’éta­gère . « Je ne fais que regar­der » leur ai-je lancé d’une voix qui manquait de convic­tion. »

Rien à voir avec le livre dont je voulais vous parler, mais voilà je n’ai rien à dire sur « la dame à camion­nette » , je l’ai lu jusqu’au bout , mais rien.
Pour­tant, j’avais appré­cié « la reine des lectrices » mais là rien … Le roman aurait pu être dans les dernières pages, quand on découvre que cette femme qui se clochar­dise avait été été une pianiste virtuose mais l’au­teur n’a aucune expli­ca­tion à nous donner.

Alors à mon avis lisez ou reli­sez Bryson ou d’autres et donnez moi des bonnes idées de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation