http://ecx.images-amazon.com/images/I/51K7ZZ1GP5L._SL500_AA300_.jpg

5
Romain Gary a enchanté toute ma jeunesse, j’ai aimé ses livres avec passion, j’y trouvais l’aventure la réflexion sur la vie, l’humour et la tendresse. J’ai choisi de relire « la promesse de l’aube » et j’ai immédiatement tout retrouvé , même mes souvenirs. La vie de Romain Gary est intimement liée a son oeuvre , et sa vie est la quintessence des horreurs du 20e siècle.

Grâce à l’affection  de sa mère, il traversera toutes les épreuves comme protégé par un bouclier d’amour. Il deviendra cet homme au destin incroyable ,lui, le petit réfugié russe élevé dans l’amour de la France. Cela ne l’empêche pas d’ouvrir des yeux amusés et parfois tristes sur les petitesses de ce grand pays qui a bien du mal à accueillir un amour un peu encombrant.

À la relecture j’ai  été surprise des notes de désespoir qui s’y trouvent, mais il est vrai que je connais aujourd’hui la fin de l’histoire, et le suicide de l’auteur plane maintenant sur son oeuvre. Je sais que Romain Gary a toujours de jeunes lecteurs. Ça ne m’étonne pas car il sait embarquer son lecteur dans un roman à la fois drôle et tragique ;  il sait raconter une histoire et nous faire réfléchir sur la condition humaine.

Citations

Grandeur et limite de l’amour maternelle

 Avec l’amour maternel, la vie vous fait une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. Après cela chaque fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur , ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné.

 Humour du fils et démesure de la fierté d’une mère

– Tu seras ambassadeur de France , c’est ta mère qui te le dit.
Tout de même, il y a une chose qui m intrigue un peu. Pourquoi ne m’avait- elle pas fait Président de la République pendant qu’elle y était ? Peut-être y avait-il , malgré tout, chez elle, plus de réserve, plus de retenue, que je ne lui en accordais.

 Des formules qu’on aimerait retenir

Mais enfin, la véritable tragédie de Faust, ce n’est pas qu’il ait vendu son âme au diable. La véritable tragédie, c’est qu’il n’y a pas de Diable pour vous acheter votre âme. Il n’y a pas preneur.   

 J ‘ai rencontré des hommes comme ça

 J’étais donc loin de soupçonner qu’il arrive aux hommes de traverser la vie, d’occuper des postes importants et de mourir sans jamais  parvenir à se débarrasser de l’enfant tapi dans l’ombre, assoiffé d’attention, attendant jusqu’à la dernière ride une main douce qui caresserait sa tête et une voix qui murmurerait : « oui mon chéri, oui, Maman t’aime toujours comme personne d’autre n’a jamais su t’aimer. »

  Ne sommes pas tous comme lui ?

J’ai toujours éprouvé une insurmontable répugnance à faire de la peine à autrui, ce qui doit être chez moi un signe de faiblesse et un manque de caractère.

 Des amours compliqués et toujours autant d’humour

Et la somme fabuleuse de cent cinquante dollars qui me fut versée me permit de faire un voyage en Suède, à la poursuite de Brigitte, que je trouvai mariée. J’essayai de m’ arranger avec le mari, mais ce garçon n’avait pas de coeur.

Je me demande si je n’ai pas raté l’homme de ma vie en lui parlant de Proust

Je me contentai donc de lui caresser doucement les lèvres du bout des doigts, pour tenter d’interrompre le flot de paroles, cependant que, par un regard expressif,  je l’invitai à un  silence tendre et langoureux, au seul langage de l’âme. Elle immobilisait mes doigts dans les siens et repartait dans une dissertation sur le symbolisme de Joyce. Je compris brusquement que mon dernier quart d’heure allait être un quart d’heure littéraire. L’ennui par la conversation et la bêtise par l’intellect sont quelque chose que je n’ai jamais pu supporter.

Cette belle phrase, pour finir

La vie est jeune. En vieillissant, elle se fait durée, elle se fait temps, elle se fait adieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation