Traduit du néer­lan­dais par Bertrand Abra­ham (quel travail !)

5
Livre passion­nant que je lis, relis, prête, offre avec le même succès depuis 2 ans. Le prin­cipe du livre est simple, l’écrivain jour­na­liste part en 1999 retrou­ver les traces du siècle. Chaque mois de son voyage, il traite un moment de l’Europe, par exemple : janvier 1999 il va cher­cher les traces de 1900 à 1914 à Paris l’affaire Drey­fus, puis en Gran­de­Bre­tagne l’enterrement de la reine Victo­ria…

C’est passion­nant car il s’oblige ainsi, à déca­ler son point de vue suivant le pays où il est pour des évène­ments qui concer­ne­ront l’ensemble de l’Europe. Comme j’ai une forma­tion de fran­çaise et que lui est hollan­dais son regard m’a semblé très nova­teur, j’ai eu l’impression de revi­si­ter toute l’histoire et de mieux la comprendre. Lelivre est long mais comme il s’arrête de mois en mois on peut le lais­se­ret le reprendre sans être perdu.

Citations

Freud obtint l’autorisation de quit­ter la ville dans laquelle il avait vécu depuis sa prime jeunesse. Il partit à Londres, où il allait mourir un peu plus d’un an après. Avant son départ, les nazis exigèrent du patri­cien mondia­le­ment connu une décla­ra­tion écrite certi­fiant qu’il avait été parfai­te­ment bien traité. Freud signa sans sour­ciller et n’ajouta qu’une phrase :« Je peux cordia­le­ment recom­man­der la Gestapo à tous ».

Nulle part ailleurs (qu’à la télé­vi­sion suédoise) je n’ai eu l’occasion de voir cinq acteurs rester si long­temps muets et immo­biles à l’écran. Ils devaient être en train de se bouf­fer le nez je pense.

Sabino de Arena fonda­teur du mouve­ment indé­pen­dan­tiste basque (avait évoqué dans sa dernière pièce « libe » le destin d’une femme préfé­rant mourir plutôt que d’épouser un espa­gnol) prit pour épouse une jeune paysanne, unique­ment à cause de la « pureté » de son sang. Après sa mort, elle eut tôt fait de se trou­ver un mari … un agent de police espa­gnol.

En 1954, les Fran­çais ont torpillé le plan de Commu­nauté euro­péenne qu’ils avaient eux-mêmes conçus.

Jusqu’en 1968, la majo­rité des garçons étaient encore en vestes et portaient les cheveux courts, la prédo­mi­nance des pulls, des barbes ou des mous­taches, et des longues cheve­lures ne cessa ensuite de se renfor­cer. Le caftan de berger afghan, doublé de four­rure, était très appré­cié, été comme hiver.

2 Thoughts on “Voyage d’un Européen à travers le XXe siècle – Geert MAK

  1. En regar­dant ton abécé­daire à la recherche d’inspiration, je tombe sur Geert Mak. Ah, quel plai­sir ! Et je ne suis pas étonné qu’il ait reçu 5 coquillages ! Je garde un souve­nir éclairé de ce livre, quel voyage. Tu me donnes envies de reprendre la lecture et de le chro­ni­quer aussi. Je confirme : il y a une sacrée diver­sité dans ton blog, merci :-)

    • Pour moi ce livre est un chef d’oeuvre et je l’ai lu plusieurs fois. Merci pour le compli­ment je dois abso­lu­ment finir mon abécé­daire . C’est long .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation