Traduit du hongrois par Marcelle Régnier et Georges Régnier.

3
Les Braises est consi­déré comme un chef-d’œuvre par de nombreux lecteurs et critiques. J’avais déjà lu Méta­mor­phose d’un mariage du même auteur sans beau­coup appré­cier, tout le monde m’a dit qu’il fallait lire les Braises. C’est fait, je sais de façon défi­ni­tive que cet auteur n’est pas pour moi. J’ai retrouvé la même lour­deur et lenteur. Il s’agit d’un long mono­logue puis dialogue autour d’une trahi­son et du désir de vengeance. Tout y est très fine­ment analysé.

On a l’impression d’un arrêt sur image de 200 pages. Les films d’Ingmar Berg­man à côté c’est Speedy Gonzales !

Citations

« Je veux être poète ! » dit il un jour en contem­plant la mer, le regard rêveur sous les paupières mi-closes, tandis que ses boucles blondes ondoyaient dans le vent chaud. La nour­rice l’entoura de ses bras et pressa sa tête contre son sein.

» Non, tu seras soldat. » dit-elle.

« Comme mon père ? » ques­tionna-t-il et, déçu, il secoua la tête.

Il doit être atroce le moment où la tenta­tion subjugue un cœur humain et où un homme lève son arme pour tuer son ami.

On en parle

link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation