CVT_Sauver-Mozart_71975
J’ai lu plusieurs articles à propos du deuxième roman de Raphaël Jeru­salmy : « La Confré­rie des Chas­seurs de livres » , et vous souli­gniez combien vous aviez aimé son premier roman « Sauver Mozart ». Puisque vous m’avez tentée, autant commen­cer par le premier !

Quel livre ! Ça fait long­temps que je n’ai pas mis 5 coquillages aussi faci­le­ment. C’est un roman éton­nant et que j’ai lu d’une traite, je vais le relire avec plai­sir pour le savou­rer. Nous lisons les lettres à son fils et le jour­nal de Otto J Stei­ner, mélo­mane « un peu juif » qui dit de lui :

Je suis autri­chien de confes­sion phti­sique . Et fier de l’être.

Il est malade,mal soigné et très malheu­reux d’être dans ce sana­to­rium au milieu de gens encore plus malades que lui . Il va mourir et a souvent envie d’avancer l’heure de sa mort. Il n’a personne à qui se confier, sauf ce jour­nal qui pour­rait bien être une source de graves problèmes. Si bien que le lecteur est le seul à savoir la vérité sur des senti­ments qu’il ne peut que cacher s’il ne veut pas être immé­dia­te­ment dénoncé et fusillé. C’est peut-être pour cela ‚qu’il est a un aussi mauvais carac­tère, et puis fran­che­ment cela devait être diffi­cile d’avoir le sourire en Alle­magne en 1939 ! Il rous­pète sur tout :

- le cabillaud bouilli du vendredi, et puis l’absence de cabillaud quand les temps seront encore plus durs.

- Le malade qui chan­tonne des airs obsé­dants , mais c’est de ce détail que lui vien­dra une idée extra­or­di­naire !


Il rumine sa vengeance contre ce régime et tous ceux qui assas­sinent sa si belle musique , je ne peux, hélas ! sans dévoi­ler les effets du roman, vous dire comment il va s’y prendre. On est pris par ce texte du début à la fin et tout s’enchâsse de façon impla­cable , l’auteur nous plonge dans l’ambiance hitlé­rienne et dans la mala­die , il le fait avec un tel talent que la lecture trans­porte son lecteur , par exemple le jour où Musso­lini a rencon­tré Hitler en 1939 sur un quai de gare est grand moment de litté­ra­ture.

On est boule­versé, égale­ment, quand la Gestapo descend dans le sana­to­rium et que l’on voit ces grands malades parfois graba­taires trai­tés comme du bétail. C’est tragique ! Et tout cela à cause du fils du concierge qui paiera de sa vie un geste d’humanité.

Mais ce livre est aussi un hommage à la musique et ravira tous les passion­nés de Mozart. Il pose cette ques­tion jamais réso­lue comment se fait-il que les nazis pouvaient écou­ter cette musique sublime et aller tuer de façon abomi­nable de pauvres ères sans défense ?

Citations

L’importance de la musique

Je n’ai jamais aussi bien compris la musique que depuis que je n’en écoute plus . Depuis que j’en suis privée par la force des choses. Mais elle a d’autres moyens de se faire entendre . Pas besoin de gramo­phone. Ni de parti­tion. Le génie musi­cal, c’est le souffle qui traverse « la Flûte enchan­tée » avant même qu’elle n’émette un seul son. L « attente qui précède l’entente . C’est le geste, l’attitude, l’émotion. Rien à voir avec les notes.

Un peu de vocabulaire

J ai l’impression de vendre mon âme. Et de trahir Mozart. Servir de « nègre » à Hans .. « Nègre »?C’est l’expression consa­crée. Négri­tude. Servi­tude.

Nous sommes tous esclaves des mots.

La musique et les Allemands

Étrange que les Alle­mands soient mélo­manes. La musique est éter­nelle approxi­ma­tion.

Et voici la postface, qui pose bien les problèmes de la place de la musique

Salz­bourg fut le haut lieu de la vie cultu­relle des nazis et le symbole du « rayon­ne­ment du Reich » .

Aucun des musi­ciens et chefs d’orchestre mention­nés dans le jour­nal d’Otto ne prit jamais la défense de la liberté d’expression ni ne prêta la moindre assis­tance à ses collègues persé­cu­tés.

Après la guerre , tous jouirent de l’admiration sans réserve des mélo­manes du monde entier.
Aujourd’hui, Salz­bourg demeure l’une des capi­tales de la musique et de l’art. Et le « Fest­spiel » conti­nue d’avoir lieu, chaque été.

On en parle

À sauts et à gambades où j’ai pris l’idée de ce livre et lettre express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation