4
Libres, ces deux auteures le sont, leur dialogue est sous le signe de la liberté de penser et de « dire » tout ce qui concerne la place de la femme dans les reli­gions. J’avais entendu l’interview de Talis­man Nasreen sur France Culture et j’avais été si séduite par son intel­li­gence et son courage que j’ai aussi­tôt acheté son livre. C’est très facile à lire, et j’ai beau­coup appré­cié la façon dont, lorsqu’elles ne sont pas d’accord, elles confrontent leurs argu­ments.

Toutes les deux défendent la laïcité, la liberté de penser et de s’exprimer. Pour ces idées-là, l’une est mena­cée de mort et chas­sée de son pays, l’autre est mal comprise par sa famille poli­tique : le risque n’est évidem­ment pas de même nature comme le souligne Caro­line Fourest. La gauche fran­çaise supporte mal, en effet, qu’on critique l’Islam. Taslima Nasreen est beau­coup plus radi­cale que la jour­na­liste fran­çaise sur la critique de l’Islam. Pour elle, cette reli­gion prône la violence et la soumis­sion par la force de la femme. La solu­tion ne pourra venir que par l’éducation et par la pratique de l’esprit critique.

Je pense que c’est un livre à lire dans le débat actuel qui oppose la laïcité fran­çaise à l’Islam et aux inté­grismes de toutes les reli­gions qui ne se diffé­ren­cient plus, alors, des sectes.

Citations

Talisman Nasreen

Ma mère n’était pas reli­gieuse à l’origine. Elle l’est deve­nue lorsqu’elle a décou­vert que mon père la trom­pait. Elle était en perma­nence igno­rée et insul­tée par mon père. Elle était telle­ment malheu­reuse qu’elle s’est réfu­giée dans la reli­gion.

Saint Paul cité par Caroline Fourest

« L’homme, lui, ne doit pas se couvrir la tête, parce qu’il est à l’image et à la gloire de Dieu : quant à la femme elle est à la gloire de l’homme. »

Caroline Fourest

Quand je pense que certains fran­çais musul­mans pensent être des citoyens de seconde classe dans un pays laïque… Ça donne envie d’organiser des voyages scolaires à la rencontre des mino­ri­tés reli­gieuses de pays comme le Pakis­tan, le Bangla­desh ou même l’Egypte.

Talisman Nasreen

Tant qu’une femme est oppri­mée et sans défense, les gens l’aiment et compa­tissent. Mais dès qu’elle refuse de tester exploi­tée ou étouf­fée, dès qu’elle se lève et se tient droite, qu’elle impose ses droits, qu’elle brise le système social pourri qui l’enchaîne afin de libé­rer son corps et son esprit, elle n’est plus admi­rable – elle devient haïs­sable.

Talisman Nasreen

Les inté­gristes musul­mans m’ont atta­quée, ont lancé des Fatwas contre moi, ont mis ma tête à prix et ont orga­nisé de violentes mani­fes­ta­tions, mais pas un seul n’a été puni. C’est moi qui suis punie….Moi j’ai perdu ma maison mon rêve, sans rien avoir à me repro­cher. Je dois subir l’exil.
Mon pays , mon chez moi, ce sont les gens qui croient aux droits de l’homme, de la femme et à l’humanisme laïque.

On en parle

link.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation