http://ecx.images-amazon.com/images/I/51aalUZhivL._SL500_AA300_.jpg

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Lucie Delplanque.

3
Je voulais comprendre ce qu’était Face­book. J’ai donc lu ce livre et j’ai bien compris , je le recom­mande donc, à tous ceux ou celles, qui se posent des ques­tions sur ce phéno­mène. Le livre n’a pas d’autre inté­rêt que de nous faire comprendre le monde très parti­cu­lier d’une créa­tion sur Inter­net qui fait gagner beau­coup d’argent. L’écrivain n’a pas pu rencon­trer Mark Zucker­berg (le person­nage prin­ci­pal) alors il raconte cette histoire à partir des témoi­gnages de ceux qui ont entouré le petit « génie » puis se sont sépa­rés de lui avec procès à la clé. J’ai compris ce qu’était Face­book, c’était le but par contre cela ne rend pas le monde des petits génies d’Internet très sympa­thique.

L’idée est simple : en ne donnant qu’une adresse email chacun peut retrou­ver immé­dia­te­ment tous les gens qu’il a connus et qui sont sur le site Face­book. Le nombre fait que la publi­cité y est rentable et donc la société vaut beau­coup d’argent. On peut résu­mer la chose en une formule pour se venger des filles qui ne le regar­daient jamais, Mark Zucker­berg a inventé le moyen le plus rapide de rencon­trer des gens. Et lui, a toutes les filles qu’il veut car il est très, très, riche !

Depuis je suis sur Face­book… Mais je n’ai rencon­tré personne.

Citations

Le type à la droite d’Eduardo, un gras­souillet d’un mètre soixante-cinq, était membre de l’équipe d’échecs de Harvard et parlait couram­ment six langues. Rien de vrai­ment utile en matière de drague.

Pour un obser­va­teur exté­rieur la rela­tion qu’il entre­te­nait avec son ordi­na­teur semblait bien plus harmo­nieuse que toutes celles qu’il pouvait créer avec le monde exté­rieur. Mark ne semblait jamais aussi heureux que devant son écran.

Même à Harvard, la plus pres­ti­gieuse univer­sité du monde, il n’était en réalité que ques­tion de cul. To fuck or not to fuck. Il y avait ceux qui s’envoyaient en l’air et les autres.

C’était un outil inouï pour lubri­fier les rapports sociaux. Tout allait beau­coup plus vite. Sur Face­book, vous connais­siez déjà les gens que vous invi­tiez à être vos amis en ligne, même si vous ne leur aviez parlé qu’une fois.

On en parle

Stef au pays des livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation