http://ecx.images-amazon.com/images/I/41PmS1wNRtL._SL500_AA300_.jpg

3
J’ai fait un petit tour dans ma biblio­thèque préféré et je suis tombé sur ce livre. J’ai immé­dia­te­ment pensé à Krol et sa grande sensi­bi­lité à cette mala­die. Déjà elle m’a fait décou­vrir Rides, j’aurais envie de trou­ver des mots conso­la­teurs pour elle. Mais voilà je ne sais pas. Sauf lui dire qu’elle a raison ce livre est beau et fina­le­ment pas si triste que ça.

C’est une belle histoire d’amour qui se finit tendre­ment malgré la mala­die. Mais il faut aussi dire qu’il faut des moyens finan­ciers énormes pour que la fin d’un être atteint d’Alzheimer soit à peu près correcte. Des moyens person­nels qui ne suffi­ront pas, la prise en charge par la collec­ti­vité a un coût qui me fait toujours me deman­der jusqu’à quand pour­rons-nous suppor­ter de telles charges finan­cières. Car sinon, c’est l’horreur des centres où on parque des malades impuis­sants et dépen­dants.

J’ai beau­coup aimé la façon dont elle raconte son aven­ture à Mada­gas­car, loin d’être accueillie à bras ouverts, elle sera obli­gée de fuir ce pays en but à l’hostilité de la popu­la­tion. On se dit que la France n’accueille peut-être pas si mal les étran­gers. Mais ce n’est pas le propos. L’important c’est la façon dont elle décrit la souf­france du malade et la diffi­culté de la prise en charge.

Je pense que toutes les personnes qui ont été confron­tées à cette mala­die retrou­ve­ront dans cet essai une partie de leur diffi­cile chemin vers une mort qu’ils espèrent la plus digne possible.

Citations

Les statis­ti­ciens aussi y sont allés de leurs élucu­bra­tions et prédic­tions socio­cul­tu­relles, pour nous prou­ver que plus notre niveau de culture et de diplôme est élevé, moins on est « sujet à risque ». Que les intel­lec­tuels se rassurent, ils sont équi­pés d’un « réser­voir cogni­tif » bien garni qui leur permet­tra de mieux résis­ter aux attaques de la mala­die d’Alzheimer. Ex-docteurs ès lettres, ex-ingé­nieurs, ex-avocats ou ex-diplô­més de tous bords que j’ai côtoyés au centre d’accueil de jour, comment avez-vous pu dila­pi­der ainsi votre « réserve cogni­tive » Immu­ni­taire ?

Autre para­digme saisis­sant, énoncé dans une émis­sion de télé­vi­sion avec une véhé­mente componc­tion par un neuro­logue patenté, « le cerveau vieillit bien si l’on n’est pas malade ». Je suppose que le foie aussi s’il n’a pas de cirrhose, tout comme l’oreille, si elle ne devient pas sourde.

On en parle

Chez Krol bien sur et Brize que je viens de décou­vrir dans le monde des blogs litté­raire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation