Traduit du Suédois par Anna Postel

Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard. et comme vous le voyez, il a obtenu un coup de cœur du club !

Je ne lis presque jamais de romans policiers,mais celui-ci a été défendu avec un tel enthou­siasme par les membres de mon club, que je n’ai pas hésité à me plon­ger dans cette lecture. Ce roman a très bien occupé ma nuit d’insomnie et comme c’était une nuit de tempête j’avais quelque peu du mal avec les bruits du vent dans les arbres qui ryth­mait trop bien ma lecture. Signe que ce roman est vrai­ment bien mené, c’est la première fois que je ne commence pas par la fin, Camilla Grebe a su rete­nir mon atten­tion jusqu’au bout. Non seule­ment à cause du suspens, mais encore parce qu’elle dévoi­lait peu à peu de la vie de ce petit village suédois aux confins du grand nord, dans l’obscurité et le froid de l’hiver. L’intérêt du roman poli­cier vient de la double enquête qui y est menée :

  • celle de Malin, une jeune poli­cière dyna­mique qui s’apprête à quit­ter défi­ni­ti­ve­ment cette région dont elle est native.
  • celle de Jack un jeune garçon qui aime se traves­tir en femme et se prome­ner la nuit . Un soir il trouve une femme qui erre hagard les pieds nus et qui semble perdue, il a le temps de se cacher et d’entendre qu’elle est prise en charge par quelqu’un qui l’a aperçu dans cette tenue. Il ramasse un gros carnet, commence alors la deuxième enquête, car cette femme c’est Hanne est une enquê­trice qui est venu dans le village pour résoudre une ancienne histoire d’un cadavre trouvé dans le village, c’était celui d’une enfant de cinq ans qu’on n’a jamais pu iden­ti­fier. Elle écrit tout sur un carnet car elle commence une mala­die d’Alzheimer.

Grâce à ces deux enquêtes paral­lèles, le petit village de Ormberg prend vie devant nos yeux. Les deux usines ont été délo­ca­li­sées là où la main d’oeuvre est bon marché, donc ne reste au village que ceux qui n’ont pas eu la force, ni l’envie de partir. Ce sont pour la plupart des gens aigris et très alcoo­li­sés. Dans ce village, l’état y a implanté un centre pour réfu­giés qui sont bien vite accu­sés de tous les maux . Ces étran­gers cris­tal­lisent le mécon­ten­te­ment de la popu­la­tion qui trouve que l’état en fait plus pour eux que pour les Suédois très pauvres qui ont perdu leur emploi. Le village revit l’été grâce à des amou­reux de la nature, mais ces riches oisifs sont détes­tés par la popu­la­tion locale. Voilà pour le cadre, pour les deux enquêtes je vous les laisse décou­vrir, elles plai­ront certai­ne­ment à toutes les amatrices et les amateurs du genre !

20 Thoughts on “Le Journal de ma Disparition -Camilla GREBE

  1. Voilà un livre qui remplit plei­ne­ment son rôle ;-)

  2. Je l’avais noté, sans rien en savoir, tu confirmes qu’il est à lire !

  3. Tu veux dire que moi, qui ne suis pas fan des romans poli­ciers, je pour­rais trou­ver du plai­sir à lire ce livre ?

    • je pense que nous parta­geons cette réti­cence pour les polars et moi j’ai aimé, est-ce suffi­sant ? je n’aurais pas cette préten­tion.

  4. S’il y a en plus une réflexion socié­taire… je pense que je suis preneuse !

  5. Encore une auteure incon­nue à noter ! Les scan­di­naves produisent beau­coup ..

  6. Bonsoir Luocine, pour­quoi pas ? Je n’ai encore rien lu de cet écri­vain. Sinon, j’ai beau­coup aimé La Favo­rite. Bonne soirée.

  7. hop c’est noté pour les jours de disette où j’aime bien lire un polar et les nordiques sont assez bons dans le genre

  8. keisha on 14 février 2019 at 07:25 said:

    Pour­quoi pas ? (mais pas tout de suite)

    • je ne suis pas surprise ( pour le pas tout de suite), tu as le temps de vivre ? bien sûr que oui, je connais déjà ta réponse. Il suffit de trim­ba­ler avec soi une petite biblio­thèque.

  9. j’ai mis la main dessus, y a plus qu’à

  10. Je suis en train de lire son premier traduit (« Un cri sous la glace »); c’est pas mal. Un peu lent mais j’aime bien les person­nages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation