Lu dans le cadre du club de lecture de la média­thèque de Dinard.

Édition Les Éditions de Minuit

Ce roman prend comme point de départ l’ins­tal­la­tion de deux Pari­siens dans une proche banlieue et dans un petit ensemble « écoquar­tier ». Leur bonheur sera de courte durée car les voisins vont s’avé­rer plus pénibles à suppor­ter qu’ils ne l’avaient imagi­ner. De plus, la construc­tion de ce quar­tier n’échappe pas aux malfa­çons habi­tuelles et rendent assez vite la vie de tous les jours fort désa­gréables. En réalité ce roman est une satyre de tous les compor­te­ments à la mode autour de l’éco­lo­gie et des clichés autour du « mieux vivre ensemble ». Je n’ai pas adhéré au projet de l’au­teur qui ne m’a pas embar­quée dans son histoire ni dans la descrip­tion des person­nages. Je m’ex­plique assez mal pour­quoi car le sujet aurait dû m’intéresser. Le côté décalé sans doute, et, l’ac­cu­mu­la­tion des petits détails signi­fiants qui m’ont semblé assez lourds. Cela donne souvent cette impres­sion quand on n’adhère pas à un roman. Beau­coup d’avis posi­tifs sur ce livre qui permet­tront de se rendre compte que je suis passée à côté d’un roman qui a trouvé son public.

Géral­dine ‚par exemple avait bien aimé (sauf la fin).

Citations

La métaphore des soucis qui traverse le roman

Après quoi elle s’est penchée par la fenêtre pour admi­rer mes soucis. J’avais vrai­ment la main verte, s’est elle excla­mée, il faudrait que je lui donne des conseils.
- Les soucis sont résis­tants, ai-je répondu, ils se relèvent du pire comme du meilleur.
Et nus avons ri. 

Le quartier devient invivable

J’ai laissé mon regard errer vers la fenêtre. Les trouées des cana­li­sa­tions béaient à ciel ouvert. Sous la chaleur, la boue craque­lait en plaques assoif­fées, pour­tant le gazon demeu­rait irré­duc­ti­ble­ment vert. Il m’a semblé qu’on pour­rait toujours en resté là, à mi-chemin de la réso­lu­tion sans que la balance penche jamais d’un côté ni de l’autre.

12 Thoughts on “Propriété Privée – Julia DECK

  1. keisha on 5 octobre 2020 at 08:39 said:

    Tiens oui, figure toi que je l’ai lu, un point de départ promet­teur, mais je ne me souviens plus trop des détails ensuite… Trop d’el­lipses, peut être ?

  2. Mon mari l’a lu et n’était pas très emballé, du coup je l’ai revendu sans qu’il passe par ma PAL… j’ai bien fait, je crois…

  3. Il me tente depuis un moment parce que le thème est inté­res­sant, mais tu me refroi­dis un peu.…

  4. ça fait un peu roman à clichés. Je passe.

  5. Lu l’an­née dernière. pas mémo­rable donc je suis retour­née jeter un oeil à mon billet. J’avais beau­coup aimé malgré une fin (que j’ai oubliée aussi) dépi­tante !

  6. Un petit bobo land sans inté­rêt, vu les extraits.

Répondre à Luocine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation