3
Je me souviens de mon plai­sir à lire « les sépa­rés » , un plai­sir fait de sensa­tions retrou­vées de ma jeunesse. Entre ces quatre murs, je retrouve une partie de ce plai­sir, il s’agit, ici, des senti­ments qui soudent et séparent les familles. Le propos du roman est très ténu, le frère aîné d’une fratrie de cinq enfants réunit sa mère veuve, et son frère et ses deux sœurs dans sa maison de Grèce. Lors de son attente, il se remé­more son enfance et lors des trajets de chacun des membres de la fratrie, les secrets des uns et des autres vont être peu à peu dévoi­lés au lecteur .

Toute une réflexion sur la famille s’installe : la force de l’amour certes, mais aussi, le poids des liens qui parfois étouffent et empêchent de mener sa vie d’être libre. J’avoue avoir trouvé le propos un peu léger alors que de très lourds secrets étouffent cette famille. On comprend que la fratrie ait explosé et on s’étonne un peu à la fin de la légè­reté de certains propos. Le style, au début, est insup­por­table , c’est voulu, je crois, cela permet d’être dans la peau de Saul(le frère aîné), et puis, on s’habitue et ça s’arrange un peu.

Un plai­sir en mi-teinte pour moi.

Citations

Exemple du style du début

Parler de Dimi­tri aussi. Il serait temps.
Lire, c’était trahir. S’extraire. S’échapper. Un monde nouveau, en faire partie à tout prix.

Cette phrase me touche

Les êtres proches, vivants ou morts , sont à la fois absents et omni­pré­sents , on ne se défait jamais tout à fait de leur absence.

Interrogation qui est la mienne

Je m’interroge devant les grandes familles unies, les frères et sœurs que rien ne semble avoir sépa­rés , sont-ils meilleurs que nous ? Plus aimants ?

Rôle de la mère avec des enfants adultes

« Maman, tu n’es pas respon­sable de nos déboires, de nos désillu­sions, tu n’es pas toute-puis­sante, tu ne peux pas contrô­ler nos rela­tions, tu ne peux pas savoir ce que ressentent réel­le­ment tes enfants adultes. »

C’est tellement vrai

Parfois dire est inutile et nocif.

On en parle

Sur la route de Jostein Paroles et musiques et d’autres sur Babe­lio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation