20160526_105726(1)Traduit de l’anglais ( États Unis) par Éric Chédaille.

3Après avoir lu « La Montagne en Sucre  » je n’ai pas hésité à me lancer dans ce second roman que Domi­nique et Keisha m’avaient conseillé. Hélas, ce roman centré sur les amitiés entre univer­si­taires améri­cains ne m’a pas vrai­ment inté­res­sée. Le roman suit la desti­née de deux couples spécia­listes de litté­ra­ture anglaise, ils se prennent d’amitié, l’un a beau­coup d’argent et fait profi­ter de son confort un couple d’amis moins fortu­nés. Le person­nage prin­ci­pal dans lequel on peut recon­naître Wallace Stegner est l’universitaire moins riche mais doué pour l’écriture de romans à succès et qui , pour cette raison, est visi­ble­ment appelé à faire une belle carrière alors que son ami aura plus de mal à s’imposer car il aime surtout écrire de la poésie. Nous sommes donc dans le milieu d’enseignants au compor­te­ment et à la réus­site divers, on voit combien il est impor­tant, aux Etats-Unis, de publier des articles ou des livres pour réus­sir en tant qu’universitaire. Les deux carrières de ces amis évolue­ront donc à des rythmes très diffé­rents. La vie et un acci­dent que je ne peux pas racon­ter sans dévoi­ler l’intrigue, mettra leur amitié à rude épreuve. J’ai eu du mal à suppor­ter les critiques sur le couple juif qui est, comme par hasard, arri­viste et inté­ressé. Un moment Stegner se demande (à travers son person­nage prin­ci­pal) s’il n’est pas victime de l’antisémitisme ambiant. Je peux lui répondre qu’il ne trouve aucune qualité à ses collègues juifs et que ça n’est pas très agréable car on peut penser que des profes­seurs capables de peti­tesses, il y en a de toutes couleurs et de toutes confes­sions ! Comme beau­coup d’Américains, ils sont passion­nés par la nature, je pense que c’est un aspect du roman qui a beau­coup plu à Domi­nique . Quant à moi, je dois un peu me forcer pour lire les descrip­tions surtout quand je les trouve gratuites. Je dirai que c’est un roman à lire pour ceux qui sont inté­res­sés par le monde univer­si­taire améri­cain d’avant guerre, et que Stegner est d’une honnê­teté totale dans l’analyse des senti­ments mais, hélas, on ne retrouve pas du tout le souffle épique de « Montagne en sucre « .

Citations

Les descriptions de la nature que je dois me forcer à lire

Traver­sant les feuillus qui poussent au pied de la hauteur, traver­sant le cordon de cèdres, où des sources rendent le sol spon­gieux, je marche d’un pas alerte et mes yeux se repaissent. J’avise dans la boue des empreintes de raton laveur, un adulte et deux petits, je vois des herbes mûris­santes ployées par l’humidité comme des arceaux de croquet, de fausses oronges, en cette saison encore plates voire concaves et conte­nant de l’eau, et des forêts minia­tures de pied-de-loup et de lyco­podes. Il y a, sous les jupes des épicéas, des cavernes mordo­rées, abris tout indi­qués pour les mulots et les lièvres.

Vanités

Quoique j’aie été occupé, peut-être surmené, toute ma vie durant, il me semble aujourd’hui que j’ai accom­pli bien peu de choses impor­tantes, que mes livres n’ont jamais été à la hauteur de ce que j’avais en tête, et que les grati­fi­ca­tions -revenu confor­table, célé­brité, prix litté­raires et titres honorifiques-n’ont été que du clin­quant et rien dont un homme doive se conten­ter.

10 Thoughts on “En lieu sûr – Wallace STEGNER

  1. On est parfois déçu par des livres qui ont enchanté d’autres personnes… Tel que tu le présentes, il ne me tente guère.

    • je crois que cet auteur vaut pour l’honnêteté de l’analyse des senti­ments de ses person­nages . J’ai bien retrouvé l’ambiance que je connais un peu du monde univer­si­taire améri­cain mais sans passion.

  2. C’est toujours dommage d’être déçue par un auteur que l’on a aimé par ailleurs, mais ça arrive ..

  3. Oh j’ai adoré ! (pas objec­tive, je sais) ^_​^

  4. Je comp­tais sur toi pour que tu m’en dises un peu plus du pour­quoi de ta passion.

  5. Je suis -très égoïs­te­ment – contente de pouvoir passer !

  6. J’avais noté la montagne en surce et je note aussi celui-là. J’ai aimé les deux cita­tions que tu as noté et les descrip­tions ne me gênent pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation