http://ecx.images-amazon.com/images/I/51kwWYMpmaL._SL500_AA300_.jpg

Traduit de l’américain par Isabelle D. Philippe.

3
Avec quelle éner­gie j’ai demandé à lire ce livre, lors de notre première réunion du club de lecture. J’avais vrai­ment adoré le Livre d’Hanna. Quelle décep­tion ! Il faut dire qu’il y a eu telle­ment de beaux et grands livres sur la guerre de Séces­sion. Un de plus, les pages sur l’esclavage sont insou­te­nables, mais trop conve­nues. Il reste que le sujet même du roman, comment un homme idéa­liste et sincère réagit dans les tour­mentes d’une guerre civile, est bien traité. Je suis toujours surprise de lire que la guerre de Séces­sion a fait plus de mort aux Etats-Unis que n’importe quel autre des guerres que les améri­cains ont menées.Le docteur March aura bien du mal à garder son idéal et sa dignité dans un conflit où les coups les plus bas ont été permis. Cette lecture m’a donné égale­ment envie de relire le roman de Louisa May Alcott,les quatre filles du Docteur March qui reste un agréable souve­nir de lecture de mon enfance.

Fina­le­ment je pense que c’est un livre très honnête, j’attendais beau­coup plus de cette auteure qui m’avait enchan­tée avec son précé­dent roman.

Citations

Le seul moyen de garder des esclaves honnêtes est de ne pas leur faire confiance

Guider le nègre sans excès de passion, tel est le défi chré­tien. De cette manière, personne ne prend pour malice person­nelle ce qui est simple exigence de gestion.

Qui peut-on quali­fier de brave ? Celui qui ne connaît pas la peur ? S’il en est ainsi, la bravoure n’est que le terme poli pour dési­gner un esprit dénué de ratio­na­lité et d’imagination. Le brave, le vrai héros, tremble de peur, trans­pire, sent ses entrailles le trahir et, malgré cela, avance pour accom­plir l’acte qu’il redoute.

On en parle

link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation