2
L’auteur nous fait décou­vrir la famille de Roth­schild à travers le portrait de la baronne Betty peint par Ingres en 1848. C’est l’occasion pour l’auteur-historien de faire revivre une époque et aussi de témoi­gner de l’antisémitisme fran­çais. Il s’amuse aussi à faire des bons mots et à répé­ter ceux qui ont fait sourire le tout-Paris de cette époque. Je n’ai pas trop aimé le livre mais il faut avouer que je n’ai que peu d’intérêt pour la famille de Roth­schild.

Citations

On croit toujours qu’on dispose de beau­coup de temps devant soi quand on se souvient qu’on en a beau­coup derrière

Funèbre, la pompe n’en est pas moins mondaine

Elle paraît en forme, preuve que la méchan­ceté conserve. On hési­te­rait à lui arra­cher son masque de crainte qu’il ne cache rien.

Au fond, si nous avions dû bannir les anti­sé­mites de nos maisons, dîners et bals auraient eu lieu en petit comité.

… ne pas oublier que les gens ne vous pardon­ne­ront jamais le bien que vous leur avez fait. C’est là une constante de la loi d’ingratitude… Un bien­fait ne reste jamais impuni

… elle lui lança « Monsieur vous êtes ivre » qui se voulait cinglant, à quoi il répli­qua aussi­tôt d’un ton placide : « et vous madame, vous êtes laide, mais moi au moins demain je serai sobre »

Mais en vérité les Anglais ne sont pas froids ils sont lents. Il leur faut plus de temps qu’aux autres pour ressen­tir la même chose qu’eux. L’Anglais est ému à retar­de­ment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation